Contre l’invisibilité, Mayotte compte ses artistes

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Flou artistique autour des arts de la scène

Les artistes et intermittents du spectacle ne peuvent, à Mayotte, prétendre au statut juridique spécifique pourtant de vigueur en métropole, du fait de l’application tardive du droit du travail dans le 101ème département. Une situation qui complique encore un peu plus l’avenir de ces professionnels, souvent écartés des décisions politiques.

 

Depuis le début de la crise sanitaire, le milieu culturel et artistique apparaît comme l’un des plus touché. Mais à Mayotte, du fait de l’application encore partielle du droit commun, les artistes et intermittents apparaissent souvent comme invisibles aux yeux de Paris et de ses décisionnaires. Alors, le collectif des Arts Confondus vient d’enclencher la première étape d’une enquête d’ampleur, visant à recenser les acteurs du secteur, leurs revenus et leurs besoins.

À travers l’île aux parfums, le recensement est souvent une question épineuse. Et le milieu artistique n’y déroge pas. Ainsi, le collectif des Arts Confondus, formés par plusieurs structures culturelles, vient de lancer le premier volet d’une étude inédite, visant à compter tous les pratiquants des arts dits vivants à Mayotte.

artistes-mayotte2

« Nous travaillons sur cette reconnaissance depuis 2018 », souligne Sophie Huvet, porte-parole du collectif et directrice de l’association Hip-Hop Évolution. « Lorsque nous voulions engager des démarches avec le ministère de la culture à Paris, nous nous sommes rendus compte que les institutions nationales se demandaient s’il y avait réellement des artistes à Mayotte… » Et pour cause : sans observatoire et sans reconnaissance du statut d’intermittent sur l’île, difficile pour le 101ème département de rendre visibles ses artistes et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer sur le territoire, où le droit commun ne leur permet pas encore de jouir des mêmes avantages que leurs homologues métropolitains. D’abord programmée pour le début d’année dernière, l’enquête a dû être repoussée face à la dégradation de la situation sanitaire. « Comme nous étions tous occupés à essayer de sauver nos structures et réorganiser nos activités, la mise en place a été plus longue que prévu. Et puis n’oublions pas que plus de 50% des gens qui travaillent dans les structures culturelles sont des bénévoles, donc ils ont aussi une activité à assumer à côté… », décrit encore Sophie Huvet.

 

Une enquête en trois temps

 

Mais désormais, la machine est bel et bien en marche. Jusqu’à la fin du mois, le premier formulaire (disponible sur la page Facebook « Les Arts Confondus Mayotte ») permettra ainsi aux jeunes pratiquants amateurs de se signaler, afin notamment d’estimer les besoins en formation professionnalisantes. Puis, viendra le tour des acteurs culturels et artistes, pour étudier leurs revenus et moyens. Enfin, la troisième étape concernera les lieux qui peuvent accueillir des actions d’éducation artistique, et avec elles, un public, du moins lorsque le contexte le permet. « Tout cela va nous permettre de préparer l’avenir de la culture à Mayotte », espère Sophie Huvet. Une stratégie d’autant plus nécessaire en période de crise sanitaire, le nombre d’adhésion aux associations culturelles ayant chuté d’au moins 30% à la rentrée 2020.

artistes-mayotte3

Lors du premier confinement, le ministère de la culture avait débloqué 15.000 euros, principalement à destination des techniciens du spectacles mahorais. « Du fait de l’arrêt de la diffusion des spectacles, ils n’avaient plus aucun revenu », précise la porte-parole du collectif des Arts Confondus. « Mais pour les artistes en tant que tels, il ne s’est pas passé grand chose, si ce n’est qu’ils ont pu reprendre un temps les ateliers artistiques en milieu scolaire. On sait que l’on va pouvoir compter sur les aides du Département et de l’État et nous avons finalement réussi à obtenir le chômage partiel à Mayotte pour le secteur culturel, mais les perspectives d’avenir sont encore très fragiles. »

Crédit photos @chababi project

 


 

Intermittents mahorais et métropolitains : un même métier, mais des applications différentes

En métropole, tout artiste ou technicien des arts de la scène peut prétendre au statut d’intermittent du spectacle et par conséquent, accéder à des droits et des régimes sociaux conçus selon les spécificités du métier. Un dispositif qui encadre également l’accès à la formation ou à des congés spécifiques selon une convention nationale, décidée avant que l’île ne bascule sous le régime de la départementalisation. Depuis plusieurs années, les professionnels des arts vivants à Mayotte militent pour qu’enfin, le territoire soit intégré dans ces textes. Problème : «  Pour ça, il faut rouvrir des négociations avec les syndicats nationaux », résumait déjà Sophie Huvet l’année dernière. Une démarche qui pourrait potentiellement permettre au ministère de se rétracter concernant certains acquis. « Nous, ce qu’on propose, c’est de simplement rajouter Mayotte sans nouvelle négociation, mais même si on le faisait, notre accès à la Sécurité sociale ou à Pôle Emploi ne serait pas le même », du fait de l’arrivée progressive du droit commun sur le territoire.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Alison Morano, anthropologue : « Il n’y a pas de profil type du délinquant à Mayotte »

En 2016, Alison Morano se penchait sur « la catégorie sociale des mineurs isolés à Mayotte », dans le cadre de son mémoire d’anthropologie...

À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM....

Diffamation : le président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS de Mayotte devant le tribunal

Après une grève de plusieurs semaines qui a pris fin le 14 septembre 2020, l’ex-directeur du SDIS, le colonel Fabrice Terrien, cible de propos...

Soulaïmana Noussoura : « Il y a dix ans, les gens pensaient que j’étais un illuminé »

À l’occasion de la sortie de son livre, intitulé « Plan Marshall pour Mayotte », Soulaïmana Noussoura revient sur un projet qui lui tient...

48 étrangers en situation irrégulière interpellés à Koungou dans une opération de grande envergure

Après les violences du week-end dernier, une vaste opération menée par la gendarmerie nationale et la police aux frontières a été conduite à Koungou...