L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Au pôle culturel de Chirongui, « on sent l’engouement du public »

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Le complexe qui combine cinéma et spectacle vivant dans le sud de Mayotte enregistre une augmentation de sa fréquentation, attirant 35.000 spectateurs en 2023. L’équipe, comme son bâtiment, « est à flux tendu ». Celle-ci voit son travail récompensé par la classification Art et Essai que le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) vient de lui décerner.

« On aimerait bien avoir des copains ! », lance tout sourire Lisa Patin, directrice du pôle culturel de Chirongui, qui vient tout juste de finaliser le bilan de l’année. D’autres copains, pour d’autres bâtiments de ce type. Le complexe, unique en son genre sur l’île, comptabilise environ 35.000 entrées de spectateurs (cinéma et spectacles) pour l’année 2023, avec une seule salle de 190 places. C’est plus que les années précédentes : près de 20.000 entrées ont été vendues en 2021 et 32.000 en 2022. « Alors qu’on ne pensait pas pouvoir faire plus ! », commente la responsable. L’année se solde, en prime, d’une récompense. Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a octroyé au cinéma le classement Arts et Essais pour sa diversité de films projetés. Ainsi que le label Jeune Public, « sans même l’avoir demandé ». Une première à Mayotte.

Ce succès se manifeste encore ce mercredi 10 janvier, dans la grande salle délicieusement imbibée d’une odeur de popcorn, où le public s’amasse pour la séance d’« Aquaman », le blockbuster réalisé par James Wan. « On sent l’engouement du public. Il arrive qu’on refuse du public pour les spectacles faute de places. Ça révèle bien qu’il y avait une envie d’avoir une plus grande offre culturelle sur l’île », déroule celle qui est aussi responsable au service culture et patrimoine de la ville. « On ne peut pas dire qu’il y en avait trop. »

« Pas dans les codes de s’enfermer pour du spectacle vivant » 

À son ouverture, son seul concurrent de l’île pour la partie cinéma, à Mamoudzou, Alpajoe, était en travaux. Et aucun autre bâtiment n’accueille du spectacle vivant professionnel. Durant la crise du Covid-19, l’activité du pôle s’est maintenue autant que possible avec des évènements à l’extérieur, « pour montrer que cela reste vivant malgré tout et éviter l’amalgame de coquille vide comme on a pu constater les frustrations avec les MJC ».

Si le cinéma pouvait être attendu dans le sud, « ce n’était pas du tout dans les codes des Mahorais de s’enfermer dans une pièce pour du spectacle vivant », avance Lisa Patin, embauchée au poste de directrice en 2021. Depuis la toute première saison culturelle, qui se prépare un an à l’avance, la scène accueille du théâtre, de la danse… Et du cirque qui créé « les paillettes dans les yeux du public ». « Il y a de quoi faire », teinte d’humour la chargée de la communication, Fayka Attoumani Boto, l’une des dix salariés du pôle.

Des petits qui « amènent même leurs parents »

Ce à quoi s’ajoutent, pour atteindre la jeunesse, le dispositif « Ma classe, mon cinéma », en lien avec le CNC et le rectorat, ainsi que le parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC) en partenariat avec le rectorat et la direction des affaires culturelles de Mayotte. « On est à flux tendu toute l’année », rapporte Lisa Patin. Exemple : les 25.000 demandes de scolaires pour des séances cinéma ou encore les 8.000 demandes pour assister aux spectacles. La prochaine représentation de la Compagnie du petit monsieur, « Deux secondes », obtient même une deuxième date pour honorer toutes les demandes.

« Des professeurs nous demandent pourquoi on ne ferme pas le pôle pendant les vacances scolaires. Mais il n’y a pas que des mzungus qui viennent ! », affirme cette ancienne directrice culturelle en métropole qui note une réelle mixité du public. « On a des petits qui sont venus quand le cinéma a ouvert qui, maintenant, ont l’habitude de venir et aiment nous dire ce qu’ils ont vu. Ils amènent même leurs parents. » Nombreux seraient également les habitants du nord de l’île qui profitent d’un week-end dans le sud pour « voir les tortues et venir au pôle culturel ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...