asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les travaux du Caribus portent préjudice au bar-restaurant « Chez Cousin »

À lire également

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Le chantier pour mettre en place la ligne de bus Caribus a débuté depuis déjà quelques mois. Ce mardi 9 août, la société SMTPC a enlevé le gabier hors d’usage situé devant le bar-restaurant « Chez Cousin », situé au niveau du rond-point du Baobab. Problème : ces travaux ont été effectués sans aucune considération pour l’établissement qui en subit de plein fouet les désagréments.

« Je suis d’accord à 100% avec le fait de développer Mayotte, mais il ne faut pas que cela se fasse au détriment des petits commerces », s’insurge Cousin, le patron du bar-restaurant du même nom. Le chantier de la ligne Caribus se déroule en effet juste devant son établissement, qui en subit de plein fouet les désagréments : poussière, destruction de son parking et abattage des palmiers qu’il avait planté de ses propres mains…

travaux-caribus-chez-cousin
Le sol est recouvert d’une épaisse couche de poussière.

« Certes, une personne de la société SMTPC était venue me prévenir que le gabier hors d’usage situé devant mon établissement allait être détruit, mais il ne m’avait pas donné de détails sur le déroulement des travaux ni sur leur durée. Or, les ouvriers sont ici depuis 7h du matin (il était 13h au moment de l’interview, ndlr.). Je pensais que j’allais avoir à faire à de vrais professionnels qui allaient protéger mon établissement de la poussière à l’aide de bâches. Or là, ils s’en fichent complètement et cela fait fuir mes clients ! », s’exclame le restaurateur. Bruit infernal, plus de place pour se garer, poussière à outrance… Il est de facto difficile pour un client d’apprécier un bon repas dans ce genre de conditions et Cousin craint que cela ne fasse chuter significativement son chiffre d’affaires.

Un manque flagrant de communication

« Les ouvriers m’ont demandé d’enlever le fil permettant d’alimenter mon camion à sandwich (situé juste en face du bar) en l’électricité », explique Cousin. Une requête immédiatement refusée dans la mesure où il n’en a jamais été question. « On ne m’a prévenu qu’une semaine à l’avance sans me donner aucun détail, ce n’est pas normal ! », estime-t-il.

travaux-caribus-chez-cousin
Cousin, patron du bar-restaurant du même nom, a tenu à signaler son mécontentement dans nos colonnes.

Ce problème illustre le manque de communication dont font régulièrement preuve les institutions publiques de Mayotte. Sans prendre la peine d’informer correctement les personnes impactées par les chantiers qu’ils mettent en place, ils envoient régulièrement leurs prestataires sans égard pour les commerces ou habitations alentours. Le même problème s’était posé en 2019 quand la mairie de Mamoudzou avait entrepris la refonte de la route principale de Passamaïnty : les petits commerces avaient vu leurs établissements envahis de poussière, dégradant même parfois certaines marchandises. D’autant plus que, pour d’obscures raisons, les travaux s’étaient éternisés.

Nous n’avons malheureusement pas réussi à joindre la Cadema (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) pour lui demander des explications sur cette absence de dialogue. À quand un partenariat véritablement harmonieux entre les différents acteurs économiques et politiques de l’île ? La question reste entière !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...