100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Chez Hippocampe 976, « je suis passée d’animatrice à directrice stagiaire »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Employée depuis moins d’un an chez Hippocampe 976, Farida Fanida est en contrat PEC (parcours emploi compétence). À la fois animatrice et directrice stagiaire, elle travaille avec les enfants dans un centre de loisirs à Passi-Kéli avec l’objectif de les divertir lors des vacances scolaires. Sa structure, qui accueille des mineurs avec et sans hébergement, favorise également l’insertion professionnelle en proposant des formations telles que le brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur. Retrouvez tous les mercredis notre série sur les petites mains des associations ou des entreprises sociales et solidaires.

Basée sur plusieurs sites à Mayotte, Hippocampe 976 donne la chance aux jeunes de se divertir, mais aussi d’entreprendre des formations professionnelles. Après avoir effectué son brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur dans l’association en 2018, Farida Fanida y a ensuite enchaîné les jobs d’été qui lui ont permis de devenir salarié pour une durée d’un an. « J’ai travaillé avec eux en tant que saisonnier pendant les vacances et puis nous avons gardé contact. Ils m’ont ensuite proposé de signer un contrat en tant que PEC (parcours emploi compétences) », déclare la jeune femme. Directrice stagiaire en ce mois de juillet au centre de loisirs à Passi-Kéli, elle gère les équipes d’animatrices, ainsi que les groupes d’enfants. « Cette année, nous avons comme thème les cerfs-volants et on [leur] apprend à comment les fabriquer et quel est leur origine », souligne l’animatrice. En plus de cela, les jeunes sont également emmenés en plein air pour s’entraîner avec l’objet et faire des exercices sportifs.

hippocampe-976
Farida Fanida a commencé à travailler dans l’association Hippocampe en 2018 par l’intermédiaire d’un job d’été. Elle y est devenue directrice stagiaire.

« Le métier d’animatrice est évolutif, on ne stagne pas »

À l’approche des vacances scolaires, les animateurs se chargent de faire du porte-à-porte pour informer les parents de l’ouverture du centre et également de distribuer des fiches d’inscriptions. « Pour les enfants qui étaient précédemment dans le centre, nous avons déjà leur contact et nous les contactons tout naturellement », souligne la directrice stagiaire. En collaboration avec Famille Rurale, association qui agit en faveur des familles sur tout le territoire, Hippocampe 976 élabore les formations pour les jeunes adultes. « Nous sommes 75 personnes et même plus en contrat PEC. Certaines partent et d’autres viennent. Les contrats durent un an. Par exemple, le mien se termine en décembre », indique Farida Fanida.

Après avoir été renouvelé à plusieurs reprises, elle a évolué et est passée d’animatrice à directrice stagiaire. Un poste qui lui tient à cœur. « Le métier d’animatrice est évolutif, on ne stagne pas. On passe d’animatrice à formatrice ou directrice. Et moi, j’ai acquis les trois fonctions », affirme la jeune femme. Sa nouvelle fonction permet de rencontrer beaucoup de personnes et d’acquérir des compétences. Sur le plan personnel, elle a appris à être patiente et à travailler en équipe, alors qu’elle est d’habitude assez timide. De plus, ce qu’elle estime être le plus important c’est la tolérance. « Après mon baccalauréat littéraire, j’avais pensé à être institutrice, mais le métier d’animatrice m’est tombé dessus », affirme Farida Fanida.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...