L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une manifestation très confidentielle des agriculteurs mahorais

À lire également

À l’image de Latouldine, la nouvelle génération mahoraise à la main verte

À Barakani, le jeune agriculteur Latouldine Madi cultive les terres de ses grands-parents avec amour et passion. Respectueuse de l'environnement, son activité est en...

Pépinière, poulailler, ferme pédagogique, concept-store : Maoraland dévergonde le milieu

En parallèle de son métier d'institutrice, Nasra Abdou s'est lancée dans l'agriculture en créant Maoraland à Kahani où se trouve une pépinière et un...

L’éclosion parfumée du pôle d’excellence rural de Coconi

À Mayotte, encore plus qu'ailleurs, il faut savoir prendre son mal en patience pour voir émerger un projet. Celui du pôle d'excellence rural à...

Avec l’agriculture syntropique, le savoir pousse et les mentalités changent à Coconi

Dans le cadre de la formation Concevoir son projet et son système agricole avec la permaculture et l’agroforesterie successionnelle, les intervenants Steven Werner et...

Ce mercredi matin, les agriculteurs mahorais ont manifesté leur mécontentement par rapport à la suppression des aides de la Politique Agricole Commune (PAC). Toutefois, un manque de communication en interne a fait que très peu d’agriculteurs s’étaient déplacés à Mamoudzou pour crier leur ras-le-bol. La petite dizaine présente a toutefois assumé le mouvement et a défilé en cortège jusqu’au locaux de la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF) où elle a réussi à être reçue.

Un gros dispositif policier était présent sur la place de la République ce mercredi matin pour encadrer la manifestation des agriculteurs de l’île. Preuve que les autorités pensaient sans doute y trouver un grand nombre de personnes. Or, le mouvement a en quelque sorte fait chou blanc puisque les manifestants étaient à peine une dizaine. « Nous avions demandé à Mayotte la 1ère de diffuser un communiqué pour informer de [sa] tenue, mais cela n’a pas été fait. Peu d’entre [nous] ont donc eu l’information », explique Ali Hamada, le président de la confédération paysanne de Mayotte.

Qu’à cela ne tienne, malgré leur faible nombre, les agriculteurs présents ont manifesté comme prévu. Munis de leur banderole « Sauvons l’agriculture mahoraise », ils ont fait le tour du rond-point de la barge avant de monter jusqu’à la direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF) où ils ont réussi à être reçus par son directeur et celui de la direction des ressources terrestres et maritimes du conseil départemental (DRTM).

La suppression des aides de la PAC à l’origine du mécontentement

Le mécontentement des agriculteurs mahorais trouve son origine dans la suppression des aides de la PAC pour ceux installés de longue date sur des parcelles du conseil départemental. Ces dernières étant situées en zones forestières protégées, la préfecture a donc estimé que leur exploitation par les agriculteurs n’était pas légale, d’où la suppression des aides. Une décision qui a plongé les principaux concernés dans une profonde incompréhension. « Ces parcelles sont exploitées depuis des dizaines d’années par les agriculteurs, ça n’avait jamais posé de problème auparavant d’autant plus que les agriculteurs concernés ont tous un numéro de Siret », s’exclame Ali Hamada dont la confédération a pris le dossier en main, soutenu par la chambre de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture de Mayotte.

« Il est urgent de régulariser le foncier pour que les agriculteurs puissent continuer à recevoir les aides de la PAC », poursuit Anthoumani Saïd, son président. « Ils ne demandent qu’à faire leur travail dans les règles, mais ont besoin d’être soutenus. Or la suppression subite des aides les a mis en grande difficulté », développe-t-il. Apparemment, cette suppression a été faite sans qu’ils n’aient été correctement informés en amont. Les aides annuelles de la PAC s’élèvent à minimum 410 euros, mais se calculent en fonction du nombre d’hectares exploités. « C’est un gros manque à gagner pour les agriculteurs quand nous savons que le secteur a déjà du mal à décoller sur le territoire », déplore Anthoumani Saïd.

Un dialogue a été engagé

Malgré leur faible nombre, les agriculteurs présents à la manifestation ont quand même été entendus par la DAAF et la DRTM qui les ont reçus. « Les directeurs de ces instances nous ont expliqué qu’ils allaient procéder à une régularisation des titres d’occupation, mais que cela se fera au cas par cas », révèle Ali Hamada. Un début de dialogue qui a rassuré les représentants des agriculteurs, sans pour autant véritablement calmer leur colère. « Ils nous ont expliqué que l’Europe ne pouvait pas accorder des aides aux agriculteurs qui exploitaient des parcelles situées en zone forestière protégées, mais les agriculteurs cultivent là où ils peuvent ! », s’indigne le président de la confédération paysanne.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...