Publicités

Le paillage et la baissière, deux nouvelles techniques expérimentées par les agriculteurs

À lire également

L’éclosion parfumée du pôle d’excellence rural de Coconi

À Mayotte, encore plus qu'ailleurs, il faut savoir prendre son mal en patience pour voir émerger un projet. Celui du pôle d'excellence rural à...

Réduire le budget agricole européen dans les Outre-mer, un scénario « non négociable »

La possible réduction du budget du programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité (POSEI) pour la période 2021-2027 a créé un mouvement de...

Jeunes agriculteurs de Mayotte, un syndicat à la rescousse de la profession

Le syndicat Jeunes agriculteurs existe en France depuis plus de 60 ans. Sa mission, à Mayotte comme ailleurs, est de renouveler les générations puisque...

Avec 1.500 tonnes par an, l’abattoir de Kahani donne des ailes à Mon Pouleti

Lancée à l’initiative d’éleveurs et d’industriels en 2017, la SAS Abattoir de volailles de Mayotte (AVM) vient de sortir de terre son outil. Forte...

Tout au long de l’année, le centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) basé à Coconi organise diverses sessions thématiques à Mayotte. Cette semaine, dix-huit inscrits ont participé à la formation jardin vivrier agroécologique, animée par deux salariés de l’association Terre & Humanisme.

Trouver des légumes frais à Mayotte, quel casse-tête ! Le climat tropical et les ravageurs mènent la vie dure aux agriculteurs, qui souvent se résignent à traiter abondamment leurs cultures à l’aide de produits phytosanitaires. Heureusement, des solutions existent et c’est ce que veulent mettre en avant les intervenants au sein du centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) situé à Coconi.

Formation autour du maraîchage, de l’élevage, de la permaculture ou encore des modalités de conversion et de réglementation en agriculture biologique, les thèmes sont pléthores. Ce mardi 13 juillet, Clément Doche et Olivier Hebrard, salariés au sein de l’association Terre & Humanisme, basée à Lablachère en Ardèche, animent des ateliers autour de la protection des sols et de la lutte contre l’érosion. Réunis chez Toioussi, producteur à Mroalé, les agriculteurs peuvent commencer leur formation.

Première étape : récolter de la matière organique pour réaliser un paillage qui sera disposé au pied des cultures et dans les allées. De vieilles feuilles de bananiers, des écorces de cocotiers ou encore des herbes diverses feront l’affaire. “Nous allons alterner les différents types de paillages et des zones de terre que nous laisserons nues. Ainsi, nous verrons le réel impact de ce paillage sur les plants et la qualité du sol”, détaille Clément Doche. “Protéger le sol avec un paillage permet de ne pas le dévitaliser, d’économiser de l’eau et diviser par trois ou quatre l’évaporation.”

Utilisation des ressources naturelles

Second atelier du jour : la fabrication d’une baissière. Une technique de récupération des eaux de ruissellement mise en avant en permaculture, qui permet une utilisation optimale des ressources naturelles en eau. L’objectif ? Adapter cette technique à un terrain en pente afin d’éviter l’érosion de celui-ci à la saison des pluies. “Pour réaliser une baissière, nous creusons une tranchée de 30 centimètres de profondeur sur 60 centimètres de large, puis nous disposons du bois à l’intérieur. L’idée est de ne pas reboucher le fossé et laisser les sédiments le remplir à la prochaine pluie”, précise Olivier Hebrard. En associant des techniques comme celle de la baissière et des cultures comme l’ananas ou la papaye, même les terrains agricoles les plus pentus peuvent être cultivés sans risquer d’être dégradés.

Expérimentation et transmission du savoir

Les professionnels venus se former cette semaine recherchent tous de nouvelles méthodes pour vivre au mieux de leur activité sans dégrader le patrimoine naturel de leur île. Toioussi qui les accueille a également suivi diverses formations et continue à se documenter pour développer son exploitation. “Pour éviter les attaques de ravageurs, j’utilise des filets que je dispose au-dessus de mes champs. Je pratique également la rotation des cultures sur mes parcelles afin de ne pas appauvrir les sols. Je n’avais jamais disposé de paillage sur mes plants auparavant, mais je croise les doigts pour que l’expérience soit concluante. Quant aux baissières, c’est une technique qui a fait ses preuves ailleurs dans le monde et j’espère qu’elle puisse être adaptée à Mayotte. Je pourrai en faire le constat dès que la saison des pluies débutera”, affirme-t-il. Des idées innovantes apportées par les formateurs venus spécialement de métropole pour l’occasion et qui espèrent que les Mahorais présents pourront, à leur tour, former les nouvelles générations d’agriculteurs de l’île.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...