L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Les contrôleurs de bus pourront coller maintenant des amendes

À lire également

Avec Transdev, la gestion du réseau a pour objectif de monter en compétences

Depuis le début du mois de mai, la société Transdev s'occupe de la partie gestion du réseau de transports scolaires pour le compte du...

Encore caillassés, les chauffeurs de bus de Mayotte exercent à nouveau leur droit de retrait

Depuis ce lundi 13 septembre 2021, les transporteurs de Mayotte exercent leur droit de retrait pour mise en danger des agents. En cause :...

Les chauffeurs de bus ne veulent plus conduire « la peur au ventre » à Mayotte

Ce jeudi 3 juin, les directions des transports scolaires ont décidé de suspendre l’activité des bus pour manque de matériel sur le réseau. Depuis...

Sécurisation, nouvelles flottes : les transporteurs scolaires préparent la rentrée

Dans un peu plus d’une semaine, les milliers d’élèves mahorais reprendront le chemin de l’école. Certains le feront avec les bus scolaires. Un rendez-vous...

Une quinzaine d’agents de Transdev, qui assure le transport scolaire sur Mayotte, ont été assermentés le 20 juin dernier. Dans les faits, ils pourront désormais rédiger des procès-verbaux en cas d’absence de titre de transport ou demander les papiers d’identité. Et gare aux contrevenants*, prévient le délégataire.

« Avant, on pouvait simplement refuser la montée dans le bus en cas d’absence de titre de transport. Un fois que le voyageur était à l’intérieur, on ne pouvait plus rien faire », raconte Hamza, contrôleur de bus depuis deux ans. Avec ses quatorze collègues, il fait désormais partie de l’équipe de contrôleurs de bus assermentés, pouvant désormais faire appliquer le code des transports sur le réseau de bus mahorais. Une avancée voulue par Transdev il y a un an déjà et qui se concrétise en ce mois de juin par un premier contrôle. C’est d’ailleurs Hamza, le premier à monter dans le bus garé devant le lycée des Lumières à Kawéni, ce mercredi après-midi. Une dizaine de jeunes voyageurs seulement, en raison de la fin de l’année scolaire qui approche, seront soumis aux contrôles, ce jour-là. Les formateurs de Transdev sont aussi à bord pour voir si les consignes dispensées pendant l’année sont bien respectées.

« Ils ont suivi une formation en trois étapes avec une partie théorique et de la mise en situation », indique Fabrice Grolleau, responsable contrôle, médiation, sûreté de Transdev Outre-mer. Pour parfaire leur apprentissage, ils ont été envoyés à La Réunion afin de réaliser des premiers contrôles sur des lignes Transdev. Ils réitéreront chacun cette expérience au cours de l’été en vue de la rentrée prochaine. Car si la prévention et la sensibilisation seront toujours en vigueur, ils doivent être prêts à sortir leur carnet.

Des amendes de 15 et 135 euros

Et l’addition peut être salée. En cas d’injures, dégradations ou de pieds sur les banquettes, « tout ce qui est comportemental », poursuit Fabrice Grolleau, l’amende sera de 135 euros. Les défauts de titre de transport, des tickets défectueux entraîneront eux un procès-verbal d’un montant de 15 euros. Les papiers d’identité pourront être désormais contrôlés en cas d’infraction. « Les élèves pouvaient donner n’importe quel nom, les contrôleurs ne pouvaient pas vérifier », fait observer Nadjima Saïd, responsable communication Transdev.

Et il faudra que les élèves soient prêts dès la rentrée*, les quinze contrôleurs seront déployés partout sur le territoire, parfois en collaboration avec les forces de l’ordre. « L’idée est que tout le monde ait sa carte à la rentrée », prévient le responsable contrôle. Une campagne de communication est déjà lancée dans ce sens, tout comme la chasse aux fraudeurs.

*Transdev invite les parents à retirer les cartes de transport 2022-2023 à Longoni, Kawéni, Dembéni et Coconi.

Le caillassage reste le plus gros souci du réseau

Les chiffres compilés par Transdev cette année montrent une baisse du nombre d’incidents sur l’année. Entre le premier et le troisième trimestre, le délégataire note une diminution de « 38% » des faits. Pour le dernier trimestre justement, une large part était encore des caillassages (75%). Ce phénomène concerne plusieurs lignes, notamment celles du nord. « Ça a diminué », note toutefois Djouma « Siaka » Anli, médiateur de Transdev. Avec les forces de l’ordre, les collectivités et surtout les associations de parents, il tente d’enrayer ce fléau. « L’avantage des parents, c’est qu’ils connaissent les quartiers et les jeunes », rappelle celui qui préfère en appeler « aux moyens humains qu’aux grenades lacrymogènes ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait encore...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....