L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Pamandzi accompagne ses taxis dans l’innovation

À lire également

Mayotte : « Clouée au sol depuis le 19 mars », Ewa Air tente de passer la crise

La compagnie mahoraise détenue à 51% par Air Austral et qui compte aussi la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mayotte parmi ses actionnaires, espère voir bientôt le bout du tunnel. Pour maintenir la flotte pendant le confinement, Ayub Ingar, son directeur général délégué, a tenté d’organiser quelques vols. Ce mardi, c’est ainsi un avion-cargo qu’il devait réceptionner à l’aéroport de Pamandzi. Il revient pour le Flash Infos sur cette opération, et sur l’activité d’Ewa Air depuis le début du confinement.

Pourquoi 180 passagers ont vu leur vol Mayotte-Réunion annulé ce vendredi ?

La reprise des vols commerciaux par Air Austral est encore timide. Et ce vendredi 3 juillet, 180 passagers ont vu leur réservation annulée à la dernière minute à cause d’une restriction de la capacité de voyageurs à l’arrivée, à l’aéroport de Saint Denis.

Circulation alternée : A partir du 19 juin, ce sera moitié-moitié dans Mamoudzou

L’arrêté de circulation alternée pendant un mois a été rendu public, ce jeudi 1er juin. Dès le 19 juin, les véhicules venant de l’extérieur...

Mayotte : les bus scolaires sont parés pour la reprise mais roulent à vide

Tous les bus scolaires sont à nouveau de service, mais les élèves se font rares. La société qui est en charge, Carla Mayotte Transport Baltus, fait respecter les mesures barrières avec les moyens du bord. Cependant, la gérante s’inquiète particulièrement pour la prochaine rentrée qui arrive à grands pas alors que rien n’est prêt.

Est-ce la fin des arrêts intempestifs de taxis en bordure de route à Pamandzi ? Une campagne de sensibilisation est lancée à destination des usagers et des taxis sur la création de plusieurs dizaines points d’arrêt et de récupération de la clientèle. D’autres innovations sont également annoncées.

La commune de Pamandzi s’apprête à lancer la création de trente arrêts de taxis sur l’ensemble de son territoire. L’opération a été officialisée, jeudi matin à 10 heures, par le maire Madi Madi Souf, en compagnie de Salama Ramia, quatrième adjointe chargée du commerce et de l’artisanat. Plusieurs jours durant, l’information sera portée aux conducteurs de taxis pour qu’ils visualisent bien l’emplacement exact de ces arrêts qui leurs sont destinés. Ce projet « des arrêts de taxis » entend répondre positivement à un certain nombre de difficultés rencontrées par les conducteurs de taxis et leurs usagers. En effet, lorsqu’on circule en Petite-Terre, il est courant d’entendre des personnes se plaindre du manque de taxis ou du fait qu’ils affichent toujours pleins aux heures d’arrivée et de départ des avions, particulièrement en cette période de vacances estivales. Une situation qui n’est pas sans conséquences fâcheuses, l’intercommunalité de Petite-Terre ne faisant pas mystère de son ambition de créer dans un avenir proche une ligne de bus pour pallier ce problème. « Nous entendons tous ces projets, mais en attendant qu’ils voient le jour, nous pensons qu’il y a mieux à faire pour améliorer la vie des particuliers et aider les 115 artisans taxis officiellement déclarés comme opérant sur Petite-Terre », indique Salama Ramia. À travers elle, la commune de Pamandzi lance un appel aux autres collectivités locales pour qu’elles privilégient le développement d’un modèle propre à Mayotte et éviter de se précipiter sur des concepts extérieurs inadéquats aux difficultés spécifiques à notre département.

Prévenir avant de sévir

« Les transports en commun aux moyens de bus ont le vent en poupe actuellement sur l’île, tout le monde y va du sien et personne ne pense à améliorer, moderniser l’existant pour innover. Pour notre part, nous avons choisi d’accompagner la profession de taxis depuis deux ans et l’aider à se structurer pour mieux satisfaire les attentes de nos populations »,
rajoute Salama Ramia. Un objectif qui sera atteint à travers ce projet à travers trente arrêts de taxis disséminés dans Pamandzi. Le principe vise à permettre aux usagers de ne plus arrêter les taxis sur le bord de la route, ni de galérer à parcourir de longues distances à la recherche d’un taxi. En se rendant directement à un arrêt précis, ils ont la certitude qu’un transporteur passera automatiquement à cet endroit pour les récupérer. Pareillement pour ces derniers, ils feront des économies de carburant à n’ayant plus à faire le tour de la ville en quête de clients lorsqu’ils ne sont pas affairés à relier les quais de barges à l’aéroport. Terminé aussi pour eux le risque de se faire verbaliser pour stationnement
interdit, la nouvelle législation en la matière étant draconienne. Mieux encore, la commune de Pamandzi, avec le soutien financier du département de Mayotte, soutien les adhérents de la coopérative « Taxis-Vanille » (laquelle a été créée pour couvrir tout le territoire de Mayotte) à s’équiper de moyens nouveaux, notamment de géolocalisation et de moyens de paiement.

Les premiers taxis électriques pour 2024

La clientèle est désormais en droit de demander un reçu au terme de sa course, mais aussi de pouvoir payer la prestation au moyen d’une carte de crédit. Autre innovation de taille, le lancement d’ici peu de temps d’une carte de paiement de rechargeable pour le taxi comme à la barge. Un avantage indéniable pour s’éviter les soucis de petite monnaie. Une partie des 115 taxis officiels de Petite-Terre est joignable via une centrale d’appel. Il est donc désormais possible de commander un taxi par téléphone en fournissant des données de géolocalisation. Dans son élan, Pamandzi anticipe déjà l’avenir et envisage d’inciter les conducteurs de taxis à s’équiper de véhicules électriques dès 2024. Pour cela, elle compte une fois de plus sur le soutien financier du Département de Mayotte pour l’acquisition des équipements connexes.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1076

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...