asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Etudiants mahorais : comment stopper la détresse ?

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Le 11 juin, des ouvriers intervenant dans le cadre de travaux d’une résidence étudiante à Saint-Étienne, découvraient le corps sans vie d’une étudiante mahoraise. Âgée de 26 ans, la jeune femme, décédée de mort naturelle, se trouvait en situation d’isolement.

 

Le 11 juin dernier, une étudiante mahoraise de 26 ans était retrouvée morte dans son appartement d’une résidence étudiante de Saint-Étienne. Découverte par des ouvriers intervenant dans le cadre de travaux,la jeune femme était décédée plusieurs jours plus tôt, de mort naturelle*. Un drame qui met une fois de plus en avant l’isolement et la précarité psychologique de certains étudiants mahorais dans l’Hexagone.

Face à la situation, inquiétante et bien connue, six psychologues** réunis en collectif ont envoyé une missive aux différents acteurs concernés par la problématique : Conseil départemental, rectorat, Commission d’octroi des bourses et aides, Ladom, délégué de Mayotte à Paris, ou encore associations d’étudiants mahorais en métropole.« Cette année universitaire a été particulièrement traumatisante pour la communauté étudiante mahoraise en métropole. Nous comptons à ce jour sept décès dont certains sont survenus dans des circonstances encore inconnues. (…) En tant que psychologues et originaires de Mayotte, ces drames nous interpellent au plus haut point », y expliquent-ils en soulignant que ce nouveau décès « vient questionner une problématique qui est peu abordée car encore méconnue : la santé mentale des étudiants mahorais en France hexagonale. » Une « santé mentale qui serait fragile par manque de préparation au départ. « Les jeunes de Mayotte sont-ils mieux préparés au voyage et aux changements qui les attendent hors de leur île natale ? Ont-ils les outils pour trouver les bonnes ressources en cas de nécessité ? », questionnent-ils. Et d’apporter une réponse : « Nous savons tous que tout le monde n’est pas armé pour un tel voyage, un tel changement social en environnemental. Quitter son cocon familial n’est pas chose facile pour la majorité de ces jeunes qui voyagent pour la première fois et quittent leurs familles pour se retrouver seuls dans un territoire et dans une ville qu’ils connaissent à peine. À cela s’ajoutent les nombreuses responsabilités auxquelles les jeunes doivent faire face, à savoir se gérer soi-même, gérer son budget au quotidien, faire ses démarches administratives et surtout mener à bien son projet d’études. » Le tout dans un contexte bien différent de celui de leur île natale, « une perte de repères face à la confrontation à une autre société française et occidentale. Ensuite une perte de ses racines dans le sens où l’on se retrouve loin de sa terre natale, de sa communauté, de ses traditions. Et enfin une perte de contenance en ce sens où les parents ne sont plus là pour maintenir ce lien si réconfortant et imposer ce cadre de vie protecteur. » Conséquence : « Du jour ou lendemain, le jeune étudiant mahorais se retrouve seul face à lui-même. Une solitude qui s’agrandit au fil du temps surtout si le jeune ne retrouve pas des éléments qui vont l’aider à se reconstruire et à reconstruire progressivement des repères qui vont l’aider à tenir face à l’adversité. À la contenance parentale, il lui faut désormais une contenance groupale nécessaire pour créer du lien social et tendre vers un équilibre. Ces nouveaux repères vont de pair, bien évidemment, avec le maintien du lien avec la famille qui, elle, est restée à Mayotte. Malgré la contenance groupale matérialisée par les associations étudiantes, certains jeunes craquent. Et cela nous pousse à soulever la question de la personnalité de chacun. On a tous une sensibilité, différente d’une personne à l’autre, et l’apparition d’un évènement dans notre vie peut nous fragiliser et nous rendre vulnérable. » Les étudiants sont vulnérables, et il faut le dire ouvertement. Ils sont vulnérables socialement financièrement et psychologiquement. »La tribune poursuit : « C’est pour ces raisons essentielles que certains jeunes, démunis, s’isolent et font semblant de vivre comme les autres. Dans notre culture, il est très malvenu de parler ouvertement de nos problèmes. Nous le savons, l’isolement amène tôt ou tard à des comportements à risque, entre autres, le suicide. »

L’impossibilité d’évacuer les problèmes

Alors, comment agir ? L’objectif de la lettre est clair : alerter et encourager les autorités compétentes à se réunir de manière collégiales et pluridisciplinaires pour,qu’ensemble, elles trouvent des solutions. Une démarche de sensibilisation. « Nous ne travaillons pas au sein des structures ou institutions qui prennent en charge ces jeunes », commente en aparté l’un des professionnels, qui continue :« Ils doivent faire le nécessaire pour réfléchir ensemble, avec différents professionnels dont des professionnels de la santé psychique qui pourront leur donner leur expertise. Mais c’est bien un travail incluant plusieurs professions [qui est nécessaire] pour accompagner au mieux ces jeunes aussi bien au niveau social, financier et psychologique. Il ne faut négliger aucun aspect. »

Leur courrier donne tout de même des pistes de réflexion. « Les associations étudiantes et les médiateurs académiques font partie des forces vives sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour repérer les jeunes afin de les soutenir et les accompagner et ainsi répondre au mieux à leur bien-être psychique. En effet, dans le cadre de leur accompagnement, il est nécessaire de rajouter des outils comme la sensibilisation à la détresse psychique pour compléter l’évaluation du bien-être de l’étudiant. En amont, nous proposons de rajouter dans les rencontres déjà réalisées par la DPSU, le service des bourses du rectorat de Mayotte, Ladom et le CUFR, l’aspect psychologique pour qu’ils aient dans leur préparation avant le départ au moins des débuts d’idées pour mettre en place et entretenir une certaine hygiène de vie psychique dans cette vie inédite. Par la suite, et tout au long de la scolarité, il serait nécessaire que la DPSU ait une prise en charge davantage proximale afin de détecter et orienter les étudiants fragiles psychiquement. »

 

*Contrairement à la piste du suicide, d’abord privilégiée, les résultats de l’autopsie ont révélé qu’elle était décédée de mort naturelle.

**Nazlli Joma, Hadidja Madi-Assani, Houssamie Mouslim, Rozette Yssouf, Amani Halidi, Fatima Abdallah.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...