L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Challenge création tourisme Mayotte : des activités sur terre, dans la mer et les airs

À lire également

Mayotte : « Clouée au sol depuis le 19 mars », Ewa Air tente de passer la crise

La compagnie mahoraise détenue à 51% par Air Austral et qui compte aussi la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mayotte parmi ses actionnaires, espère voir bientôt le bout du tunnel. Pour maintenir la flotte pendant le confinement, Ayub Ingar, son directeur général délégué, a tenté d’organiser quelques vols. Ce mardi, c’est ainsi un avion-cargo qu’il devait réceptionner à l’aéroport de Pamandzi. Il revient pour le Flash Infos sur cette opération, et sur l’activité d’Ewa Air depuis le début du confinement.

Pourquoi 180 passagers ont vu leur vol Mayotte-Réunion annulé ce vendredi ?

La reprise des vols commerciaux par Air Austral est encore timide. Et ce vendredi 3 juillet, 180 passagers ont vu leur réservation annulée à la dernière minute à cause d’une restriction de la capacité de voyageurs à l’arrivée, à l’aéroport de Saint Denis.

Circulation alternée : A partir du 19 juin, ce sera moitié-moitié dans Mamoudzou

L’arrêté de circulation alternée pendant un mois a été rendu public, ce jeudi 1er juin. Dès le 19 juin, les véhicules venant de l’extérieur...

Mayotte : les bus scolaires sont parés pour la reprise mais roulent à vide

Tous les bus scolaires sont à nouveau de service, mais les élèves se font rares. La société qui est en charge, Carla Mayotte Transport Baltus, fait respecter les mesures barrières avec les moyens du bord. Cependant, la gérante s’inquiète particulièrement pour la prochaine rentrée qui arrive à grands pas alors que rien n’est prêt.

La première phase du « Challenge création tourisme Mayotte 2022/2024 » lancé par l’Agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte (AaDTM) arrive à son terme avec la présentation des lauréats de l’appel à projets. En présence des vainqueurs et des partenaires, l’agence a organisé une conférence de presse, ce jeudi matin. L’occasion de présenter plus en détails les projets retenus. 

Le challenge, lancé en 2022, avait pour but d’encourager la création d’activités innovantes de loisirs et de tourisme dans le territoire. Au total, ce sont 38 candidatures qui ont été reçues. Parmi elles, douze ont été présélectionnées sur dossier écrit, pour, par la suite, passer des auditions devant un jury. En résultat à ces oraux, sept lauréats ont été retenus. Ces porteurs de projets ont été sélectionnés pour la solidité du projet et sa faisabilité, mais aussi pour la création de retombées économiques qu’il induira. Un dernier critère est entré en considération dans le choix, le respect du développement durable. 

Cette phase maintenant terminée, place à la deuxième phase opérationnelle, celle de l’accompagnement des porteurs de projets jusqu’à fin 2024. « Ce dispositif, nous l’avons voulu comme une expérimentation et surtout, que ce soit un accompagnement efficient », note Michel Madi, directeur de l’AaDTM. Ce dernier pourra porter sur les domaines financiers, développement durable, économique ou encore social. « Ce sont des activités qui ne sont pas assez développées ici, soit totalement nouvelles. Chacune va venir tirer vers le haut les offres touristiques de Mayotte », affirme le directeur. 

De nouvelles activités maritimes

Partant du constat que Mayotte possède un lagon qui reste méconnu par une part importante des locaux, l’activité « Rand O Palma » vise la facilitation de sa découverte. Pour construire son projet qui sera implanté sur les plages de Sohoa et Hamjago, Massoundi Mahamadi Halifa a réfléchi à « comment amener les natifs de Mayotte à aller découvrir le lagon et les fonds marins de l’île et comment démocratiser l’activité ». 

Un projet maritime atypique et innovant, porté par Assaini Hadidja et Abdou Kamardine est prévu à Kani-Kéli et apportera une innovation dans l’offre de loisirs nautiques. L’activité de « Donuts boat » consiste à louer une embarcation sans permis en forme de donut avec un barbecue, parasol et glacière. Cette base nautique mènera des actions respectueuses de l’environnement avec un bateau 100 % électrique et l’installation de panneaux photovoltaïques. Un troisième projet sur le thème de la mer a été retenu, la location de structures gonflables ludiques dans le sud de Mayotte. Pour Massiala Nourayne, à l’origine de l’idée, « ce nouveau projet permettra de mettre en place une offre ludique et des services d’animation sur les plages de Mayotte ». 

Une aventure sur terre et dans les airs

Zalia Mahamoud, porte le projet « Acrobena », premier parc acrobatique en hauteur (ou accrobranche) de Mayotte. Au sein de la zone forestière de Dembéni, une dizaine de parcours dans les arbres sera proposée. Ce parc sera l’occasion de découvrir Mayotte « sous un autre angle », affirme-t-il.  Lui qui a ce projet depuis « très longtemps en tête » est parti du constat que la forêt n’était pas assez exploitée dans le 101e département. 

Retenu pour son positionnement écotouristique et sa singularité, le projet « La Jolie » d’Abdou Hamissi Abdillah est un lieu de découverte de l’île au travers de ses épices, ses fleurs et ses plantes aromatiques. Situé dans les hauts de Kawéni, ce projet a pour ambition  de participer à la sensibilisation aux enjeux environnementaux et à la conservation des plantes locales. « Mon idée permettra aux visiteurs d’utiliser les sens du toucher, le goût et la vue », confie-t-il. De son côté, la ferme pédagogique « des 3 litchis » s’inscrit dans une volonté de transformation sociale pour les visiteurs en permettant un retour à la compréhension de la nature et du vivant. Récemment installé au pôle agricole de Bandrélé, l’agriculteur Assaini Boinaidi souhaiterait « remettre en place ce que nos grands-parents faisaient ». 

Sans oublier le bien-être !

Au cœur de Combani, le premier centre de balnéothérapie de Mayotte, proposé par Faharadine Dassami à La Cannelia, pourrait s’implanter sur un site de 600 m². Ce projet proposera une offre exclusivement dédiée au bien-être et à la relaxation dans un décor intimiste, raffiné et moderne. Une fois cette étape terminée et les activités opérationnelles, « on offre [aux porteurs de projets] une année d’accompagnement dans la phase d’exploitation dans le but d’assurer une certaine pérennité des activités », confie Michel Madi. 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....