100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Quinze projets touristiques expérientiels accompagnés par l’AaDTM

À lire également

L’Hôtel Hamaha : une histoire familiale, un environnement luxuriant et un potentiel infini

Débuté en 2000, le projet hôtelier construit à deux pas de la plage de Hamaha à Kawéni vient enfin d’ouvrir ses portes. Un établissement...

Hôtel Ibis à l’aéroport de Mayotte : six ans plus tard, et d’une pierre de posée !

La société Eden Island vient de poser la première pierre de l’hôtel de l’aéroport qui vient gonfler de 80 chambres les capacités d’hébergement de...

Récif Hélicoptères paré au décollage à Mayotte

Le premier opérateur d’hélicoptères de Mayotte a lancé hier, mardi 1er juin, son activité sur l’île aux parfums. Après trois années de travail, la...

(Agri)culture : Mayotte, une île où le jardin d’Eden à un goût de vanille

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office de tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

L’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte a dévoilé ce jeudi 18 novembre les quinze projets qu’elle va accompagner pour développer des offres touristiques expérientielles. Les touristes, habitants de Mayotte ou venant de l’extérieur, ne seront plus observateurs, ils pourront vivre pleinement les traditions mahoraises. Pour cela, un travail de fond et de forme est à faire pour que les porteurs de projets puissent répondre aux nouvelles exigences du tourisme.

Avez-vous déjà voulu pêcher au djarifa, organiser un manzaraka ou voir une usine sucrière en réalité virtuelle ? Si ce n’est pas déjà fait, cela sera bientôt possible sur l’île aux parfums. L’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte se mobilise pour développer des offres touristiques expérientielles. Quinze porteurs de projets font partie des heureux élus choisis par la structure pour être accompagnés dans la concrétisation de leurs idées. « On va travailler sur l’accueil, sur les tarifs que les gens vont payer, sur la mise en scène. L’objectif est que ces offres soient uniques, qu’on ne puisse les vivre qu’à Mayotte », insiste Michel Madi, le directeur de l’AaDTM, convaincu des bienfaits de cette opération séduction.

Pour ce faire, l’agence a fait appel à un cabinet de conseil dont la mission consiste à rendre ces offres attractives. L’accompagnement se fera durant les six prochains mois et sera individualisé. « Chaque porteur de projet aura sa feuille de route avec ses besoins. On va les aider à répondre aux questions qui se posent et qui ne se posent pas pour que ça marche », indique David Martin, le directeur du cabinet Ted conseil. En commençant par définir le contenu des projets. Puis en trouvant une appellation qui marque les esprits et qui soit assez vendeur pour attirer les clients. « Le choix du nom est important parce que c’est le premier contact qu’aura le futur client, qu’il soit Mahorais ou extérieur à Mayotte. Le nom est une évocation de la promesse qu’on lui fait, du voyage qu’on lui propose. »

Cet accompagnement est crucial pour ces porteurs de projet qui manquent cruellement d’outils pour s’inscrire dans le temps. « Le projet ne doit pas disparaître au bout d’un an, on va les accompagner pour que ça soit viable et pour cela, ils doivent générer de l’argent. Le tourisme est un secteur économique, certaines de ces activités sont déjà pratiquées, mais elles n’ont pas cette approche expérientielle ni commerciale », selon Michel Madi. Les touristes devront donc apporter une participation financière pour vivre l’expérience mahoraise !

Les consommateurs deviennent des consom’acteurs

En partenariat avec les différents offices de tourismes de l’île, l’agence d’attractivité et de développement touristique de Mayotte a choisi les quinze projets. Triés sur le volet, tous proposent une autre forme de tourisme, qui sort de l’ordinaire et qui répond aux besoins des touristes de plus en plus exigeants. « Les gens ne veulent plus être observateurs, ils veulent essayer, vivre les expériences. Ils passent de consommateurs à consom’acteurs », prévient le directeur du cabinet Ted Conseil. De nos jours, le secteur du tourisme ne cesse de s’innover et si Mayotte veut devenir une destination prisée, elle doit jouer de ses atouts. L’environnement, la gastronomie ou encore les traditions doivent être mises sur le devant de la scène selon le directeur de l’AaDTM. « Il s’agit de faire de l’ADN de Mayotte des offres touristiques. Les touristes veulent vivre ce que nous vivons et c’est pour cela que ces projets ont été retenus. » Rendez-vous courant 2022 pour voir leur concrétisation.

Participer à un manzaraka

Il est indéniable que les manzaraka, les grands mariages mahorais, font désormais partie du paysage de l’île. Attoumani Harouna, le porteur de ce projet veut faire vivre pleinement l’expérience aux touristes qui viendront visiter l’île. « Ils ne vont pas simplement regarder le mariage et s’habiller comme les Mahorais, ils vont participer à l’organisation, cuisiner avec la famille, préparer les mariés et tout ce qu’il s’en suit », explique-t-il. Et pourquoi pas donner envie à un touriste d’organiser son mariage à Mayotte comme les Mahorais.

La pêche au djarifa

C’est une pratique qui est en train de se perdre et que Taambati Moussa veut préserver coûte que coûte. Cette fervente défenseure des traditions mahoraises propose aux touristes locaux et étrangers de découvrir la pêche au djarifa. « Cela se faisait beaucoup avant, mais aujourd’hui ça se fait de manière anecdotique. Pourtant, je sais que les touristes adorent cela car ceux que j’accueille me le réclament sans cesse », affirme Taambati Moussa. La pêche au djarifa consiste à aller attraper des petits poissons avec de longs tissus de six mètres que l’on plonge directement dans l’eau, au bord de la mer.

Usine de Soulou en réalité virtuelle

Le tourisme 2.0 est également très apprécié par certain, et El Farouk Adinani l’a bien compris. Ce porteur de projet a l’idée de « faire découvrir les usines sucrières et autres sites anciens en réalité virtuelle ». Vous vivrez le temps passé comme si vous y étiez.

Découverte de la mangrove

Les scientifiques ne cessent de le répéter : la mangrove mahoraise est en danger ! Elle a complètement disparu à certains endroits de l’île alors qu’elle préserve une biodiversité riche. L’association Haïdo veut participer à cette préservation en faisant découvrir la mangrove de Mayotte tout en proposant des activités. « On pourra faire du kayak et de la pirogue pour prendre soin de la santé environnemental. »

Apprendre les danses traditionnelles

Le debaa et le mbiwi sont des danses traditionnelles mahoraises agréables à regarder, mais difficiles à réaliser. L’association Fleurs des îles veut initier les touristes à la pratique de ces danses. Ils apprendront la technique, mais pourront également choisir les tenues et les fleurs qui font partie intégrante de ces moments artistiques.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...