L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Faire du Jardin Maore une locomotive touristique »

À lire également

L’Hôtel Hamaha : une histoire familiale, un environnement luxuriant et un potentiel infini

Débuté en 2000, le projet hôtelier construit à deux pas de la plage de Hamaha à Kawéni vient enfin d’ouvrir ses portes. Un établissement...

Hôtel Ibis à l’aéroport de Mayotte : six ans plus tard, et d’une pierre de posée !

La société Eden Island vient de poser la première pierre de l’hôtel de l’aéroport qui vient gonfler de 80 chambres les capacités d’hébergement de...

Récif Hélicoptères paré au décollage à Mayotte

Le premier opérateur d’hélicoptères de Mayotte a lancé hier, mardi 1er juin, son activité sur l’île aux parfums. Après trois années de travail, la...

(Agri)culture : Mayotte, une île où le jardin d’Eden à un goût de vanille

Pour mettre à l'honneur ses richesses et les faire découvrir au plus grand nombre, l'Office de tourisme du Centre Ouest organisait un éco-tour le...

Alors que le Jardin Maore a déjà ouvert son nouvel hôtel construit à N’gouja, dans la commune de Kani-Kéli, l’inauguration de ce vendredi 9 juin a fait la bascule vers la deuxième phase de travaux prévue dès 2024. Le but reste le même, l’écolodge doit particulièrement s’adapter au lieu et s’efforcer de le préserver.

Le groupe hôtelier Amanta a inauguré, ce vendredi 9 juin, la première partie du Jardin Maore, à N’gouja. Après plus de trois ans de travaux et dix à douze millions d’euros dépensés pour cette première partie, l’écolodge compte depuis peu 27 nouveaux hébergements, un centre nautique, un bar snack, ainsi qu’un bâtiment de services et des logements pour le personnel. Edgard Valero, président et fondateur du groupe Amanta, déclare chercher « à faire du Jardin Maore une référence dans l’hôtellerie à Mayotte, une locomotive touristique et un moteur pour l’économie du Sud. On doit apprendre à mieux produire et mieux consommer. Il faut prendre conscience qu’avec ce modèle basé sur les énergies fossiles et la surconsommation, on va dans le mur ! Cette planète, on n’en a pas d’autres ! ». Le groupe espère pour cela attirer un tourisme écoresponsable et non un tourisme de masse.

S’adapter à l’environnement et non l’inverse

Ce complexe, imaginé dans une démarche écoresponsable, respecte la biodiversité environnante. Aucune fondation des nouveaux bungalows n’a été coulée. Seulement des poteaux en fer supportent le poids des constructions. Julien Segara, responsable technique, explique : « le bâtiment épouse parfaitement la forme du sol. Aucun des poteaux n’a la même taille. On a réfléchi pour que les bâtiments s’adaptent à l’environnement et non l’inverse. Dans un chantier normal, on aurait pris les bulldozers et tout mis à niveau ». Des chambres construites dans des conteneurs, des murs préfabriqués à assembler sur place, les matériaux utilisés sont soit issus d’une agriculture écoresponsable soit ont un bon bilan carbone. Un soin spécial a de plus été apporté à la construction sur pilotis, pour limiter l’utilisation du béton. Car dans ce lieu, la préservation de la faune et de la flore est une des priorités majeures.

Une nouvelle phase de travaux sera amorcée début 2024, elle est estimée à huit millions d’euros. L’équipe du staff rassure les potentiels clients en leur assurant que l’hôtel fonctionnera à 100 % pendant cette seconde phase du chantier.

Le lycée agricole de Coconi participe

La responsable écologie du site, Manon Mauvais, signale qu’ils essaient de mettre en place en partenariat avec le lycée agricole de Coconi, pour « favoriser l’alimentation en circuit court et les produits locaux ». Dès la reprise des cours en septembre, les jeunes viendront et apporteront leur aide au jardin de l’hôtel. Des petits potagers ont été installés derrière les constructions. Les membres de l’équipe ont, avant tout, planté des aromates et exécutent pour l’instant des tests. Il s’agit de savoir s’il y a assez d’ensoleillement, si la terre est bonne. Julien Ségara plaisante : « on espère que ça va porter ses fruits ». Mais ce n’est que le début, l’équipe souhaiterait être autonome en cuisine grâce à leurs plantations.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...