100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

May Wild Paintball, le paintball renaît !

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Une seule idée : “créer une activité de loisir accessible à tous qui pourrait intéresser les locaux, comme les métropolitains”. Ce projet, le sadois le cultive depuis deux ans déjà. Deux mois avant l’ouverture officielle du site, on pouvait déjà voir sa campagne de publicité sur les réseaux sociaux. Vidéos, photos, on s’y croyait déjà. “Je me disais que dès qu’ils auront vu, ils voudront tester !”, assure le jeune homme. Si le champ, qui lui appartient, est aujourd’hui orienté vers le paintball, le gérant ne compte pas s’arrêter là. “Commencer par un terrain en campagne, c’est un moyen d’allier d’autres activités de loisirs, en plus du paintball. Le quad pour les plus petits, la vente de produits agricoles, de fruits et de volaille, vont se développer progressivement”. Mickael souhaite ainsi faire émerger de terre un vrai champ de commerce : “Le paintball est le pilier de fondation, mais l’idée a toujours été de travailler à la campagne et de me baser sur les activités de nature en plein air”.

Étant le seul pour le moment à proposer cette activité, Mickael a conscience que la concurrence arrive très vite, mais se rassure : “Pour conserver le monopole, je compte continuer à pratiquer des tarifs attractifs et de groupes. Je suis aujourd’hui moins cher que certains centres de paintball en métropole, par exemple”. C’est dans cette optique que l’entrepreneur envisage de collaborer avec les clubs et les associations pour les faire venir en équipe, et les initier à la pratique du jeu. Pour pallier les éventuels problèmes de transports, le jeune prévoyant a pensé à tout : “On mettra en place des navettes sur réservation, mais en général, quand les gens veulent se déplacer, ils y arrivent”, plaisante-t-il.

À la question “Comment comptes -tu allier ton activité d’enseignant à celle de gérant du centre ?”, le malicieux s’amuse : “Je vais me démultiplier”. Ouvert seulement du vendredi au dimanche, Mickael espère ouvrir ensuite dès le mercredi, tout en continuant à enseigner “ne serait-ce qu’à mitemps”. En effet, cette activité lui permet “d’avoir accès aux jeunes et de leur donner envie de réussir”. Cette jeunesse mahoraise, l’homme en a fait son cheval de bataille : “J’aimerais vraiment que le département s’implique pour accompagner les initiatives des jeunes”. Et à ces jeunes qui veulent devenir entrepreneur, mais qui ne savent pas vers qui se tourner ni par où commencer, M. Attoumani a la solution : “se faire conseiller par des personnes qui ont créé. Elles seront plus à même de vous exposer les risques et les intérêts de l’entrepreneuriat”. Sur son futur métier, lui n’avait aucun doute : “Je voulais être mon propre patron, j’ai toujours voulu être entrepreneur”.

Toutefois, la détermination ne suffit pas, pour monter un projet, il faut des aides. Pour cela, l’entrepreneur a dû investir : “une bonne partie de mes ressources personnelles dans la communication et le dédouanement des marchandises. J’ai aussi sollicité un prêt à l’ADIE, un autre à taux zéro NACRE d’un certain montant, puis une subvention à la DIECCTE”. Des aides dont Mickael a eu connaissance grâce à son passage à la boutique de gestion. “La boutique de gestion m’a permis de connaître les partenaires locaux, savoir ce qu’il faut faire rapidement et trouver les aides”. Pour rentabiliser, le gérant espère avoir “au minimum quatre réservations par jour d’ouverture, de 10 à 12 personnes, pour pouvoir me rémunérer, rémunérer les salariés et penser au renouvellement du matériel et des investissements”.

Anastasia Laguerra


May Wild Paintball
0639 67 74 97
Tsingoni grande route,
direction Soulou
à partir de 12 ans
Service restauration sur place
15 euros les 50 billes
22 euros les 100 billes
29 euros les 150 billes
7 euros la tranche de 50 billes
Groupe : 190 euros le carton
de 1000 billes
pour 12 joueurs maxi

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...