L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Des excursions aux quatre coins de l’île

À lire également

Retards de courriers, la Poste s’explique

Une lettre ne vous est pas parvenue dans les temps ? Elle n’est jamais arrivée ? Vous le savez sans doute : vous n’êtes pas le seul à qui ce déboire arrive. Que se passe-t-il dans la distribution du courrier ? Mayotte Hebdo est allé chercher des explications auprès de La Poste.

À la rencontre de … Zaïnaliambidina Nizari Andinani, avocat

"Je suis fier de ce que Mayotte m'a apporté, aujourd'hui je veux transmettre à ma façon" Docteur en droit,  titulaire de deux Masters 2, dont...

A la rencontre de… Tanchiki Maoré

La vie en rose "Il est venu tout seul, avec un projet. Nous lui avons apporté une aide financière pour le soutenir. Il est allé...

Andjizi Daroueche : Un grand pas vers la gastronomie mahoraise

A ndjizi, aux allures vives et déterminées, nous a ouvert les portes de son futur restaurant. Situé à Pamandzi, en Petite-Terre, ce restaurant dégage...

L e Mont Choungui (594 mètres), situé au Sud de Mayotte, dans la commune de Kani-Kéli n’est pas le point culminant de Mayotte. Il est devancé par le Mont Bénara (660). Mais du fait de sa forme en pic, le mont Choungui est le plus prisé des Mahorais et des touristes. On peut y accéder à partir des villages avoisinants : Kani-Kéli, M’ronabéja, Dapani ou encore Chirongui. Leurs parcours sont néanmoins rudes.

Pour une randonnée, il faudrait quasiment une demi-journée pour atteindre le sommet. L’autre alternative est de se rendre au village de Choungui pour entamer la randonnée au pied du Mont. Nous choisirons cette seconde option. Au coeur du village, alors que l’on aperçoit des silhouettes au sommet, un sentier discret sera le départ de notre périple.

Il nous mène au milieu de maisons en tôles, de bangas en torchis (faites de terre, de bois et de paille et d’eau), nous fait traverser un champ de bananes, une coulée d’eau issue de la montagne et, où des mères de famille effectuent une partie de leurs tâches ménagères. “Bonjour !”, s’exclament les enfants aux abords du ruisseau. Les leurs probablement.

Ils nous accompagnent quelques mètres avant de rebrousser chemin. Sur les arbres, des marquages distinctifs indiquent si nous sommes sur la bonne voie : deux traits parallèles horizontaux rouge et blanc pour un oui, une croix – de mêmes couleurs – pour un non. Après un bon quart d’heure de marche combinée de quelques ascensions, et déjà la sueur coule le long du T-shirt. Voici une intersection.

En face, nous continuerions sur la piste menant au village de M’ronabéja. Mais c’est sur la perpendiculaire que nous poursuivons notre randonnée. Cent mètres plus haut à peine, et les premières racines auxquelles s’accrocher apparaissent. L’usage des mains n’est toutefois pas encore indispensable.

Un peu plus haut encore, la piste devient plus raide : cette fois il n’y a plus d’autres choix que celui d’escalader. Nous n’en finissons plus de grimper tandis que le gouffre sous nos pieds se fait plus creux. Des roches sont instables : l’attention et la concentration sont doubles.

Une heure et demie après notre départ, nous voilà enfin au sommet du mont Choungui ! La vue est imprenable. L’air est pur, la fraîcheur, douce. Le temps, idéal. Sur place, une table est cassée : elle semblait indiquer les directions des grandes villes et des grands pays du Monde. Peu importe, nous y sommes, et pourrions y rester de longues minutes, des heures mêmes à y apprécier l’île, ses villages, ses forêts, ses plages, son lagon…

Un rocher pend sur le Mont. Les moins frileux ont pour habitude de s’y poser et vivre pleinement le moment. Le temps est venu de regagner Choungui, le village. La descente n’est pas une partie de plaisir…

Nous y arriverons tout de même en 1h30, autant qu’à l’aller. Retour à la civilisation après quatre heures d’évasion. Se perdant dans nos meilleurs souvenirs, au restaurant du Mont ou sur la route du retour, promesse est faite d’y retourner. Car aussi éprouvante soit-elle, cette expérience, en famille ou entre amis, vaut la peine d’être vécue et revécue.

I.M

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1089

Le journal des jeunes

À la Une

Choléra : Les écoles de Majicavo-Lamir et Majicavo-Koropa fermées par précaution

La présence de plusieurs cas de choléra dans la commune de Koungou a amené la municipalité à prendre des mesures drastiques. Les écoles des...

Comores : Azali Assoumani invité au 80e anniversaire du débarquement de Normandie

Au cours du dernier entretien téléphonique entre le président comorien et Emmanuel Macron, les deux dirigeants ont, entre autres, discuté de la coopération et...

Ambdilwahedou Soumaïla : « ce seront deux années d’engagements »

Maire de Mamoudzou depuis 2020, Ambdilwahedou Soumaïla se retrouve confronté à toutes les crises du territoire, sanitaire, social, migratoire et insécurité. Un contexte qu’il...

Une convention pour un centre intercommunal de santé dans le Sud signée avec le ministre Frédéric Valletoux

Si la journée de jeudi était consacrée au choléra lors de la visite du ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention,...

Des collégiens de Kawéni à Marseille pour des battles de danse

Deux équipes du collège Kawéni 1 et du lycée Bamana, à Mamoudzou, participeront aux championnats de France de danse battle hip-hop à Marseille, de...