L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Football : Entraîner l’équipe première du FCM, « un rêve » pour Mansour Ramia

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

UNSS Mayotte : les néo-collégiens à la découverte du sport scolaire

Une vingtaine d’établissements scolaires ont organisé la Journée nationale du sport scolaire 2020/2021, ce mercredi. Devant la crise sanitaire et les adaptations qu’elle implique, les participants ont été bien moins nombreux que les éditions précédentes. Malgré cela, l’événement n’a rien perdu de son enthousiasme.

Une première très attendue pour les badistes mahorais

Le badminton mahorais sera représenté pour la première fois aux Jeux des îles de l’océan Indien en août prochain à Madagascar ! Nous nous sommes...

Intronisé entraîneur principal de l’équipe première du football club de M’Tsapéré au début du mois d’août, Mansour Ramia ne cache pas sa joie de relever ce nouveau défi. Une mission sportive à laquelle il compte greffer un volet social via son poste de directeur de l’union départementale des confédérations syndicales des familles de Mayotte (UDCSFM). Son objectif : lancer des jeunes du village pour en faire des modèles auprès de la génération en déshérence.

Assis sur le banc de touche du stade du Baobab, Mansour Ramia ne quitte jamais bien longtemps du regard le pré. Intronisé entraîneur principal de l’équipe première du football club de M’Tsapéré au début du mois d’août après des expériences à Dzoumogné, Passamaïnty et Kawéni, le quadragénaire vit « un rêve » depuis son retour au sein de sa formation de cœur. Et pour ses débuts, ses protégés le lui rendent bien, avec un bilan comptable d’un nul et deux victoires, sur les scores sans appel de quatre à zéro.

football-entrainer-equipe-premiere-fcm-reve-mansour-ramia (3)Mais indépendamment des résultats sportifs, le coach sportif de Moovafrica a une autre idée bien précise derrière la tête. « Je veux retrouver les valeurs que nous transmettaient les aînés lors de mon retour à Mayotte en 2005. » C’est bien là tout l’enjeu de sa nouvelle mission : s’appuyer sur le passé pour façonner l’avenir. Un avenir qui s’inscrit principalement avec « des jeunes du village pour qu’ils deviennent des modèles auprès de la génération en déshérence ». D’où la présence dans son groupe de trois joueurs âgés de seulement 16 ans.

Approcher les copains isolés des jeunes joueurs

Sauf que ce surclassement exige d’être irréprochable à tous les points de vue. « J’entame une relation en amont avec les parents pour qu’ils s’investissent, qu’ils puissent m’avertir si certains relaient de mauvais comportements à l’école, dans le but qu’avec tous les éducateurs du club, nous puissions serrer la vis et tirer dans le même sens dès l’âge de 13 ans. » Un vrai travail d’équipe, souhaité par le président du FCM, qui commence déjà à porter ses fruits : « Ils se donnent à fond ! » Et selon lui, cette exemplarité dans l’effort et cet encadrement peuvent à court terme donner envie à « leurs copains isolés, sans références, de se rapprocher de nous ». Un volet social primordial aux yeux de Mansour Ramia, également directeur de l’union départementale des confédérations syndicales des familles de Mayotte (UDCSFM), qui suit « 40 gamins déscolarisés à Koungou et 30 à Sada ».

Encore faut-il pouvoir bénéficier d’infrastructures dignes de ce nom pour mener à bien cette politique de réinsertion. Sinon, « les jeunes font n’importe quoi ! », insiste l’ancien joueur de Naval au Portugal. « Le sport est l’une des solutions pour lutter efficacement contre la délinquance. Nous ne pourrons y remédier tant que les collectivités et les techniciens haut placés depuis des lustres n’en prendront pas conscience. La priorité des élus est la jeunesse, mais rien n’est fait pour eux sur le territoire… Avoir un terrain de bonne facture, c’est le minimum syndical. En 2021, c’est tout simplement indigne pour le football mahorais de jouer sur un tel champ de patates. » En attendant un quelconque changement structurel, il compte bien jouer « la continuité entre mon rôle d’éducateur au FCM et celui de directeur de l’UDCSFM ». Avant peut-être de prendre les rênes de la sélection à l’occasion des prochains Jeux des Îles en 2023 ? « Je l’ambitionne ! Mais pour cela, il faut que je fasse mes preuves », admet-il, tout sourire, avant de reprendre le chemin de l’entraînement.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...