test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Football : Elhad Saïd, l’espoir mahorais de Châteauroux

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

UNSS Mayotte : les néo-collégiens à la découverte du sport scolaire

Une vingtaine d’établissements scolaires ont organisé la Journée nationale du sport scolaire 2020/2021, ce mercredi. Devant la crise sanitaire et les adaptations qu’elle implique, les participants ont été bien moins nombreux que les éditions précédentes. Malgré cela, l’événement n’a rien perdu de son enthousiasme.

Une première très attendue pour les badistes mahorais

Le badminton mahorais sera représenté pour la première fois aux Jeux des îles de l’océan Indien en août prochain à Madagascar ! Nous nous sommes...

Du haut de ses 18 ans, Elhad Saïd a déjà l’étoffe d’une star du football professionnel. Il vient de rejoindre le centre de formation de la Berrichonne de Châteauroux, qui évolue en National. Une nouvelle étape dans sa carrière de footballeur qui le rapproche de son objectif, devenir professionnel et jouer dans les grands clubs.

Son talent est indéniable. Elhad Saïd, jeune footballeur originaire de Mayotte, a su se frayer un chemin dans le monde du football pour se hisser sur le podium des talents prometteurs. Il a commencé à jouer dans sa ville natale de Limoges grâce à son grand-frère, Dhoulkamal Saïd. « Il m’a initié au foot alors que je n’avais que 5 ans. J’y ai pris goût et je n’ai jamais voulu arrêter », raconte-t-il. Le jeune garçon passe par plusieurs clubs de Limoges avant d’être recruté dans le très prestigieux Racing Club de Lens à l’âge de 11 ans. Elhad y évolue pendant six ans, gravit les échelons et intègre l’antichambre du RC Lens, mais, à cause du Covid-19, il ne pourra jouer avec la réserve. Qu’à cela ne tienne ! Le jeune footballeur ne baisse pas les bras, continue les entraînements, et une nouvelle opportunité se présente à lui. « Le club de Châteauroux cherchait un ailier gauche. Elhad a fait une semaine d’essai, ça s’est bien passé et ils l’ont retenu », explique son frère, Dhoulkamal Saïd.

football-elhad-said-espoir-mahorais-chateaurouxIl entre en U-19 et cela lui permet de jouer plus. « Je m’entraîne avec la réserve, la Nationale 3, et les week-ends je joue avec les groupes nationaux. Mon objectif est de maintenir Châteauroux en U-19 National », précise le joueur. Le centre de formation de la Berrichonne de Châteauroux est réputé pour être exigeant, la discipline est de rigueur et Elhad doit s’y plier. « On doit manger équilibré, on dort à des heures précises pour éviter les blessures. Mais j’étais déjà habitué à ça. » Le footballeur a signé un contrat qui se terminera en juin 2022, à la suite duquel il espère décrocher un contrat professionnel. Ça ne sera pas facile, il le sait, mais Elhad se donne les moyens pour y arriver. « Je travaille dur, je sais ce que je veux. L’idéal pour moi est de commencer dans mon club de formation, à Châteauroux, avant d’aller ailleurs. » Il rêve de jouer dans les grands clubs nationaux et européens tels que le Paris-Saint-Germain ou le FC Barcelone, à l’instar de ses idoles, Lionel Messi, Neymar et Kylian Mbappé.

Le football, une affaire de famille

Elhad Saïd suit les pas de son grand-frère, qui n’est autre qu’Ismael Boura, actuellement en prêt dans le club de Ligue 2 du Havre, où il est titulaire. Le football est avant tout une passion partagée par toute la famille. Les parents des deux joueurs n’ont ainsi pas hésité à déménager plusieurs fois afin de permettre à leurs enfants d’évoluer dans différents clubs. « Je suis reconnaissant, j’ai conscience des sacrifices qu’ils ont fait, de leur investissement et je les remercie pour cela », déclare Elhad Saïd. Des sacrifices, toute la famille en a fait, particulièrement le grand-frère Dhoulkamal Saïd, qui a fait le choix de mettre sa carrière professionnelle de côté pour celles de ses petits-frères footballeurs. « J’ai refusé un CDI à Limoges et j’ai préféré déménager à Lens pour qu’Elhad puisse entrer au RCL. Nos parents étaient avec nous mais ne comprenaient pas le monde du football. C’était donc moi qui encadrais mes frères », assure Dhoulkamal Saïd.

football-elhad-said-espoir-mahorais-chateaurouxC’est toujours le cas aujourd’hui. Ce dernier est très protecteur envers sa fratrie, notamment avec Elhad, et n’hésite pas à remettre les pendules à l’heure lorsque cela est nécessaire. « Je ne veux pas qu’ils oublient d’où l’on vient, de la misère qu’on a vécue. Ils évoluent dans le monde du football professionnel, ils gagnent de l’argent mais il ne faut pas qu’ils dérivent, car demain ils peuvent tout perdre. Ils doivent avancer tout en gardant les pieds sur terre », explique Dhoulkamal Saïd. Des valeurs partagées par l’ex-Lensois. « C’est très important de ne pas oublier son histoire, ses origines. » Ses origines, il y pense souvent. Elhad Saïd reconnaît avoir de la chance d’être né et d’avoir grandi en métropole car cela lui a permis d’évoluer dans des clubs qui ont les structures adéquates. Ce qui n’est pas le cas des joueurs de Mayotte, qui doivent quitter le territoire pour que leurs carrières évoluent.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....