100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Un essai sur l’évaluation de la départementalisation de Mayotte frappé d’effroi

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Ce lundi après-midi, la présentation du dernier ouvrage de Kira Bacar Adacolo intitulé « Essai d’évaluation de la départementalisation de Mayotte » est intervenue quelques minutes après le décès du sénateur honoraire Marcel Henry, l’un des artisans et défenseurs du statut départemental. Malgré la tristesse générale, les invités et l’auteur ont chacun apporté leur contribution lors de ce débat.

La voix tremblante, Kira Bacar Adacolo n’en revient toujours pas : « Nous ne pouvons commencer sans avoir une pensée pour Marcel Henry ! » Prêt à présenter son dernier ouvrage intitulé « Essai d’évaluation de la départementalisation de Mayotte », l’auteur apprend par téléphone le décès du sénateur honoraire, ardent défenseur du statut départemental. « La disparition d’un très grand homme », concède-t-il avec émoi. Une tristesse partagée par Charif Said Adinani, chargé de missions au Département, dont les souvenirs remontent rapidement à la surface. Un « leader », un « visionnaire », mais aussi et surtout une « lisibilité », une « clairvoyance »Un hommage unanime marqué par une minute de silence « en mémoire de son combat pour Mayotte française ».

essai-departementalisation

Un combat pour la départementalisation, approuvée par référendum le 29 mars 2009 et obtenue officiellement le 31 mars 2011. Dix ans plus tard, Kira Bacar Adacolo propose son bilan, comme l’a demandé le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, aux élus du territoire. « J’ai souhaité apporté ma contribution », précise le politiste et le publiciste spécialisé dans l’analyse des politiques publiques institutionnelles à destination de l’auditoire réuni ce lundi après-midi au sein de l’habitat traditionnel mahorais Nyumba Shandza au parc Mpweka Dinga à Passamaïnty. Au fil des chapitres, cinq idées majeures se démarquent : dresser des propositions sur l’évolution du statut sans le remettre en cause ; mettre en exergue les difficultés économiques et sociales ; relever l’enjeu démographique et celui du flux migratoire de masse qui déséquilibre l’île ; poser comme préalable la nécessité de réformer le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile ; apporter une note de clarification des compétences. « Je me suis replongé dans les rapports parlementaires sur les lois organiques de 2009 et de 2010. »

« Un acte unilatéral »

Mais c’est davantage son expérience professionnelle qui donne une légitimité à ses écrits. Exemple en 2008 lorsqu’il accompagne une délégation reçue par le président de l’époque, Nicolas Sarkozy. « J’ai eu le sentiment que le pacte de la départementalisation était un acte unilatéral. » Malgré « l’entrée en vigueur du code de l’urbanisme » ou « le passage en région ultrapériphérique », Kira Bacar Adacolo n’est pas spécialement tendre avec l’État. « Nous ne savons pas dans quel agrégat financier nous devons émerger… Nous sommes calqués sur un modèle départemental, mais où sont les fonds régionaux ? », s’interroge-t-il. « La carence en termes d’infrastructures doit être palliée ! Je reste persuadé que si nous supprimons les dix ronds-points entre Passamaïnty et Majicavo et que nous les remplaçons par des feux tricolores, nous réglerons les embouteillages. »

Un moyen à ses yeux de s’attaquer aux problèmes structurels et conjoncturels, tels que le chômage. En parallèle, l’ancien directeur général des services à la mairie de Tsingoni insiste sur l’importance de prendre en charge la jeunesse. « L’éducation et la formation sont primordiaux. Sinon dans dix ans, nous serons braqués par des pistolets comme à Bogota. » Même son de cloche pour le volet social. « La progression vers le droit commun est très lente. Nous devons rapidement nous aligner sur les standards nationaux. » Au grand dam des acteurs économiques…

« Ne plus subir l’égalitarisme »

essai-departementalisation

Dans l’assemblée, Alain Sarment se montre lui aussi véhément à l’égard de l’administration française, « qui fait exprès de nous déstabiliser » et « qui fait preuve de mauvaise volonté ». En ligne de mire : les conséquences de l’immigration clandestine. « Il faut l’accepter et trouver une autre stratégie », martèle le conseiller départemental sur le canton de Bandraboua. « Nous avons besoin d’un plan Marshall qui permettrait de mettre les moyens sur la table et de simplifier les lois. Nous ne pouvons plus subir de plein fouet l’égalitarisme. »

Plus retenu dans ses propos, Mohamadi Mdjassiri souhaite principalement écouter le point de vue « subjectif » de l’auteur de « Légende d’un promontoire », paru en décembre 2020. Dans l’espoir de mieux comprendre « les défaillances » des années passées et de trouver des pistes face « aux retards » accumulés. « Je suis confiant par rapport à l’avenir de Mayotte », insiste toutefois Kira Bacar Adacolo. « Depuis 1958, beaucoup a été fait, même s’il reste du chemin à parcourir. » Comme pour saluer une dernière fois le combat et la mémoire de Marcel Henry.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...