asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Théâtre : « Elles avant nous », en spectacle à Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Après une trentaine d’entretiens réalisés avec des femmes mahoraises depuis 2021, Leyla-Claire Rabih présente pour la première fois à Mayotte son spectacle de théâtre documentaire, « Elles avant nous », coécrit avec Morgane Paoli. Ils se jouera au Pôle culturel de Chirongui ces vendredi 22 (pour les scolaires) et samedi 23 mars (tout public).

theatre-avant-spectacle-mayotte
Trois comédiennes originaires de Mayotte et des Comores incarneront sur scène les récits d’une trentaine de Mahoraises. Photo Grenier neuf

« La première impulsion c’était : « J’aimerais bien comprendre » », se remémore Leyla-Claire Rabih, metteure en scène en métropole, formée au Conservatoire supérieur Ernst Busch de Berlin. En 2021, elle collabore pour la première fois avec la compagnie Kazyadance sous la direction de Djodjo Kzadi. En déplacement à Mayotte, la spécialisée dans le théâtre documentaire contemporain se pose très vite la question de comment « les jeunes femmes synthétisent les différentes influences historiques et culturelles » dans leurs choix de vie : études, projets, métiers, mariages… Comment elles se définissent et se projettent ? Composent leur liberté, leur autonomie financière… ? Des questions qui aboutissent à la création, en 2024, du spectacle « Elles avant nous », coécrit avec Morgane Paoli. Il sera présenté pour la première fois à Mayotte au Pôle culturel de Chirongui, ce vendredi 22 mars, pour les scolaires, et samedi 23 mars, pour tous.

« Il y a une façon singulière à Mayotte de conjuguer différentes appartenances : à la tradition, la religion, la République française, la modernité », détaille celle qui a contribué, pour faire naître ce spectacle, à interviewer une trentaine de femmes, majoritairement âgées entre 15 et 25 ans, sur deux ans. D’abord au Royaume des fleurs, une école associative de danse, dont la plupart des participantes sont issues du quartier de La Vigie, en Petite-Terre. Et la deuxième étape, en 2022, via un atelier de pratique théâtrale au Pôle culturel de Chirongui, partenaire du projet. « Chacun des récits défaisaient des images toutes faites. Les traditions peuvent aussi être gagnantes de libertés et de pressions à d’autres moments », rend compte la directrice artistique de la compagnie Grenier neuf, implantée à Dijon.

Une résonnance universelle

Ces récits, « tous marquants », sont incarnés par trois comédiennes originaires de Mayotte ou des Comores : Anzmat Ahmadi, Nawoile Said Moulhi et Anturia Soilihi. « Ce ne sont pas des lectures mais un vrai spectacle », prévient Leyla-Claire Rabih, persuadée que les thématiques abordées résonnent plus largement chez « plein d’autres jeunes femmes », comme en banlieue parisienne ou ailleurs en métropole. Il a d’ailleurs déjà été joué sur la scène nationale de Belfort par exemple, mais pas encore à Mayotte. Une seule restitution de récits y avait eu lieu en 2023, lors du festival des Scénographies urbaines, en Petite-Terre : des installations sonores directement placées dans la rue pour faire entendre quelques récits.

« On est très excitées. On est très curieuses de voir la façon dont ça va être perçu, ressenti. On a hâte de discuter le spectacle avec elles », livre la nouvellement nommée directrice de l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (Ensatt), qui ne pourra donc être présente à Mayotte en cette fin de semaine. Mais le spectacle, qui mêle aussi des moments de danse, n’a pas fini de vivre : sa forme légère lui permet d’être joué hors-les murs. Comme dans les lycées de Mayotte, envisage la compagnie.

Samedi 23 mars, de 19h30 à 20h30, « Elles avant nous » au Pôle culturel de Chirongui. Réservation en ligne sur le site du lieu culturel.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...