100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Soulaïmana Noussoura : « Il y a dix ans, les gens pensaient que j’étais un illuminé »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

À l’occasion de la sortie de son livre, intitulé « Plan Marshall pour Mayotte », Soulaïmana Noussoura revient sur un projet qui lui tient à cœur depuis presque 20 ans. Une reconstruction de l’île aux parfums en grand, qui lui a valu d’être « vu comme un fou » il y a dix ans. Pourtant, nombreuses de ses premières idées ont vu le jour, ou sont en cours.

soulaimana-noussoura-il-y-a-dix-ans-les-gens-pensaient-que-jetais-un-illumineGrande figure du syndicalisme à Mayotte, Soulaïmana Noussoura a publié cette semaine son
quatrième roman. Il y explique en détail ses envies et ses rêves pour l’île aux parfums, toujours sous l’idée qu’un « développement économique n’est viable que si la finalité est sociale ». Des envies qu’il avait déjà commencé à exprimer il y a dix ans, mais que peu de gens ont prises au sérieux. Pourtant aujourd’hui, il est qualifié d’expert sur la question du développement du 101ème département et en a profité pour réaffirmer sa volonté de voir un « Plan Marshall pour Mayotte ».

Dans l’esprit de l’auteur, le plan se développe sur différents axes. Le premier concerne la communication. Soulaïmana Noussoura était l’un des premiers à revendiquer la nécessité d’une ligne aérienne directe entre Dzaoudzi et Paris. Alors qu’il était pris pour un avant-gardiste à l’époque, il est maintenant possible de rejoindre le territoire directement depuis la métropole. Aujourd’hui, l’auteur va plus loin et revendique même la création d’un deuxième aéroport sur le territoire. L’écrivain rêvait aussi d’une île pouvant être traversée rapidement du nord au sud et d’est en ouest, grâce à des transports en commun, une idée qui germe dans la tête des élus mahorais, comme en témoigne le projet de réseau ferroviaire présenté la semaine dernière par le conseil départemental.

 

Alimentation, logement et emploi

 

Le deuxième axe concerne l’alimentation. Il y a dix ans, Soulaïmana Noussoura luttait pour une restauration scolaire. Et si une collation a été mise en place, il reste encore beaucoup à faire pour les 110.000 élèves mahorais. La généralisation de la restauration scolaire pourrait permettre « la création de milliers d’emplois », et un accès de meilleure qualité à l’éducation, selon l’auteur.

Les deux derniers points évoqués sont le logement et l’emploi. En effet, plus de 30% de la population de Mayotte vit dans des logements insalubres. Et le nombre d’habitants ne fait qu’augmenter. Pour Soulaïmana Noussoura, « chacun devrait avoir accès à une maison avec le minimum, c’est-à-dire une chambre, un salon, une cuisine ». L’homme évoque aussi l’emploi. Si le taux de chômage est si haut, c’est selon lui parce que « l’État ne joue pas son rôle ». Il avait proposé aux prémices de son Plan Marshall, d’accompagner les personnes ne parlant pas français pour leur permettre d’accéder à des jobs et de soutenir financièrement les associations et les entreprises afin de les aider à recruter. Et pour lui, ces changements s’effectueront grâce à des prises de positions politiques.

 

« On est comme l’équipe de France »

 

« Des fois, ils oublient qu’on est comme l’équipe de France », dit Soulaïmana Noussoura, sourire aux lèvres. « Pour qu’on soit bons, il faut que les défenseurs soient bons, mais aussi
les milieux et même le public. » Pour lui, Mayotte n’avancera pas tant que la France ne donnera pas à Mayotte la possibilité d’être égale aux autres départements français. « Dans un pays comme dans une équipe, tout le monde a son importance, la preuve aujourd’hui avec les matchs sans public, il manque une saveur, pourtant on pourrait croire que le public n’est pas forcément utile. »

Passé du « fou » à « l’expert », Soulaïmana Noussoura ne cherche pas à imposer son point de vue sur son île, mais à le partager, surtout avec la nouvelle génération. « C’est à nous, les anciens, de dire aux jeunes qu’ils ont un rôle à jouer dans le développement de Mayotte. » Avec ce nouveau livre, l’auteur veut dire que les rêves ne sont parfois pas si fous et qu’il faut continuer à se battre.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°983

Le journal des jeunes

À la Une

La première Maison de santé mentale de Mayotte ouvre ses portes

À Combani, lundi 24 janvier, l’association Mlezi Maore et le centre hospitalier de Mayotte, soutenus par l’agence régionale de santé, inauguraient la première Maison...

Violences à La Réunion : des Mahorais ont peur de l’amalgame

Les communes réunionnaises de Saint-André, Saint-Denis et Saint-Benoît connaissent une flambée de violences depuis quelques mois. Elles sont le fait de bandes de jeunes...

Le Quartier Gourmand, le restaurant marocain qui réveille les papilles

Vous rêvez d’un bon couscous, d’un tajine ou de pâtisseries maghrébines ? Il n’y a désormais qu’une seule adresse à Mayotte pour satisfaire ces envies....

Bandrélé va refaire son réseau d’eaux pluviales

La commune au sud de Mayotte va bientôt lancer une série de travaux prioritaires pour remettre en état et moderniser son réseau d’eaux pluviales....

Gendarme renversé : le conducteur condamné à quatre ans de prison

Le lundi 17 janvier, un véhicule avec trois personnes à bord a forcé un barrage de gendarmes à Chirongui. Sans titre de séjour ni...