L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Chez « SOS Karibu », on joue les guides à destination des primo-arrivants

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Offrir un accueil de qualité et faciliter l’installation à Mayotte de personnel de santé par une offre de logement temporaire, de mobilité et de bons plans de sorties, tel est l’objectif que se fixe « SOS Karibu », une structure nouvellement créée sur l’île afin de permettre aux nouveaux arrivants de prendre leurs marques et s’installer dans la durée.

L’une des raisons qui favorisent la désertification médicale à Mayotte est l’absence de repères pour les personnes tentées par un emploi ou ayant opté pour un séjour professionnel dans le département. Le manque d’informations suffisantes et de contacts en a dissuadé plus d’un, sans parler de l’aspect sécuritaire régulièrement à la Une des journaux. Pour pallier cela, les services de santé devaient mobiliser du personnel en interne pour gérer l’accueil et l’installation des primo arrivants. Seulement voilà, pour certaines personnes, cet accueil s’avérait trop éphémère et insuffisant pour leur permettre de trouver facilement leurs repères sur le territoire, au point qu’ils choisissaient tout bonnement de repartir ou ne pas renouveler leur séjour, alors que l’île en a grand besoin.

Fort de ce constat, Mickael Perchoc, anciennement préposé à cette tâche au sein de l’administration hospitalière locale, a décidé de s’investir dans une activité professionnelle concrète basée sur des réponses aux attentes souvent exprimées par les candidats à un séjour à Mayotte. Il a décidé de se mettre en disponibilité en début d’année et a créé une activité exclusivement dédiée à cette problématique de l’accueil et de l’installation des primo-arrivants, avec à la clé une convention passée avec le Centre hospitalier de Mayotte (CHM).  Installée rue du jardin à Pamandzi, à côté de l’hôpital Martial Henry et à seulement cinq minutes de voiture de l’aéroport, l’entreprise baptisée « SOS Karibu & Karibu loc’» est désormais pleinement opérationnel, bien qu’encore en phase de structuration et de consolidation. Il s’agit d’un projet collaboratif destiné aussi à sensibiliser les pouvoirs publics au besoin de prendre soin de leur personnel nouvellement affecté dans le département afin de le rendre plus attractif. Selon le créateur, il est à constater que les grandes administrations publiques (en particulier celle de la justice) s’occupent d’avantage du confort des agents affectés à Mayotte pour des missions courtes que ceux appelés à y résider plus longtemps. « Il est indispensable de travailler les conditions d’accueil des gens ici à Mayotte si l’on veut vraiment maintenir un personnel de santé capable de satisfaire les attentes des Mahoraises et Mahorais. Il est, par conséquent, nécessaire de recruter des personnes qui connaissent bien le territoire », fait remarquer le gérant de « SOS Karibu & Karibu loc’». Aussi la qualité des prestations à offrir à la clientèle va primer sur la quantité des personnes à recevoir, sachant qu’il existe déjà sur le territoire des structures qui proposent des services plus ou moins similaires.

Des prestations qui s’adressent à un très large public

Dans les locaux de l’entreprise à Pamandzi, des espaces sont aménagés pour accueillir dans des conditions optimales, aussi bien les primo-arrivants que des personnes en attente de prendre l’avion en direction de l’extérieur. Un lounge y est aménagé pour les hommes d’affaires, il sera possible de faire du co-working, mais aussi participer à des ateliers de couture, d’informatique ou d’aromathérapie. Sur réservation, des personnes pourront être mise en relation avec d’autres à travers un réseau d’individus qui adhèrent à ce projet et qui aident à le structurer afin que ses différentes déclinaisons puissent toutes avancer ensemble de façon pérenne, dans un concept gagnant-gagnant. A priori tout devrait bien se passer, le rythme actuel des constructions de logements dans le département devrait permettre de satisfaire les attentes diverses et variées susceptibles de provenir des primo arrivants, sachant que l’entreprise s’attend à toute sorte de cas et se prépare à y répondre à la limite de ses moyens.

Ses prestations s’adressent à large public pouvant provenir de tous horizons, Europe, Outre-mer, d’autres pays dans le monde, et même des originaires de Mayotte installés hors territoire depuis longtemps (qui n’ont plus d’attaches sur l’île) et désireux de revenir s’y installer. Il s’agira alors pour « SOS Karibu & Karibu loc’» d’orienter les clients en leur fournissant les bons conseils pour trouver les logements souhaités, aux bons endroits, et négocier les meilleurs baux locatifs dans le respect des réglementations e vigueur sur l’île. S’agissant de l’aspect sécuritaire, « nous dirons clairement les choses à nos clients, à savoir qu’il y a effectivement des soucis d’insécurité à certains endroits, mais que malgré cela on peut bien vivre à Mayotte », fait valoir Mickael Perchoc.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre

Un bateau de particuliers a repêché Fabien Trifol dans le lagon, à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre, vers 17h, ce lundi....

[Mis à jour] Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Fabien Trifol retrouvé en mer à proximité des trois îlots entre Petite-Terre et Grande-Terre Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

M’tsapéré, Majicavo-Koropa, Koungou, Tsararano, barrages et rixes entre forces de l’ordre et bandes de jeunes ont émaillé le week-end à Mayotte. A la veille...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu vert il...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...