Sauvetage en mer, un nouveau bateau pour la SNSM de Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Fort d’un nouvel appareil plus vaste et performant, les bénévoles de la SNSM vont pouvoir améliorer leurs capacités d’intervention dès le début du mois prochain. Un travail capital qui nécessite également le concours des donateurs.

Cadeau de Noël en retard pour les amateurs du lagon. Dès le début du mois prochain, leur sécurité pourra être améliorée grâce au nouveau bateau de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer). « Contrairement à la métropole, nous n’avons qu’une seule station de sauvetage à Mayotte. Nous avions donc besoin d’un navire spécifique capable de couvrir l’ensemble du littoral, tout en prenant en compte la faible profondeur des fonds marins« , retrace Thibault Demonet, secrétaire adjoint de la SNSM 976. Après tractations, un semi-rigide de 9m de long poussé par deux fois 300 chevaux est retenu. Son nom : Tamani.

Plus rapide, plus performant

Actuellement en conteneur, ce nouveau bateau remplacera le « Haraka » dont la longueur ne dépassait pas 7m. La SNSM 976 dispose désormais du plus gros navire de sa flotte nationale. « Nous pourrons transporter deux victimes allongées« , apprécie Thibault Demonet. Autre source de réjouissance : la rapidité du semi-rigide. « Quand il s’agit d’intervenir à l’autre bout de l’île pour un problème cardiaque par exemple, nous avons intérêt à bénéficier d’une rapidité d’intervention« , rappelle-t-il. Au terme d’un long processus administratif de deux ans accélérés par les récents accidents, pêcheurs, plongeurs et plaisanciers disposent ainsi d’un outil plus adapté pour assurer leur sécurité. Montant de l’acquisition : environ 90 000 euros. Une somme financée par « les différents partenaires de la SNSM » remercie le secrétaire adjoint, mais également par des donateurs moins institutionnels. « Nous sommes une association qui a besoin de mécènes pour vivre« , insiste Thibault Demonet qui souligne que « les membres sont bénévoles« . Il en appelle donc à l’investissement de chacun pour financer l’entretien et le carburant de l’appareil : « Sans les mécènes et le don d’entreprise, le bateau pourrait être cloué au sol« , déplore-t-il. Pour réaliser un don, rendez-vous www.snsm.org.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pour Mansour Kamardine, « les moyens affectés sont en deçà des besoins réels »

Face aux risques de nouvelle flambée épidémique à Mayotte, le député LR Mansour Kamardine martèle depuis plusieurs semaines l'absence de moyens déployés par le...

Crise sanitaire : À la mosquée de Passamaïnty, dernière prière avant le couvre-feu

Les fidèles accueillent avec peu d’enthousiasme les nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du variant de Covid-19 à Mayotte. Surtout au vu des...

Couvre-feu : Les commerçants mahorais obligés de se réorganiser à nouveau

Couvre-feu oblige, les commerçants doivent revoir leur organisation. Horaires aménagés pour les salariés, baisse du chiffre d'affaires… La nouvelle mesure vient aggraver la situation...

Cordées de la réussite : permettre aux élèves mahorais de dépasser leurs limites

Le dispositif Cordées de la réussite fait son entrée à Mayotte cette année, après plus de 12 ans d’existence sur le territoire nationale. 27...

Malgré la fermeture des vols internationaux, Ewa Air pense déjà à rebondir

Éternel optimiste, le directeur général délégué de la compagnie aérienne d'Ewa Air, Ayub Ingar, ne perd ni le sourire ni ses ambitions malgré l'arrêt...