100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Saifi Hamada, lanceur d’alerte et ange gardien de la population de Mayotte sur Direct Trafic 976

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Sur Facebook, Direct Trafic 976 publie de nombreux posts sur les embouteillages et les faits de violence au cours de la jounée. Une page suivie par des dizaines de milliers d’internautes qui est devenue un réflexe avant de prendre la route. Explications avec l’un de ses trois administrateurs, Saifa Hamada, qui se plie en quatre pour offrir toujours plus de réactivité et de véracité dans l’intérêt général de tous.

À Mayotte, les pages d’informations pullulent sur les réseaux sociaux. Délinquance, embouteillages, petites annonces… Le lot de publications affole la toile quotidiennement. Parmi les lanceurs d’alerte, Direct Trafic 976 apporte sa pierre à l’édifice depuis le 3 décembre 2017. À sa tête : Saifi Hamada, Said Yasmine et Brahim Nabil dont le leitmotiv consiste à diffuser les aggressions et les bouchons en cours « pour rendre gratuitement service à la population ».

saifi-hamada-lanceur-alerte-ange-gardien-population-direct-trafic-976-2Policier municipal dans la commune de Chirongui, le premier des trois n’abuse pas pour autant de sa position. « Je fais la part des choses quand je suis au boulot pour préserver le secret professionnel. » Pas question donc de jouer sur deux tableaux dans l’optique de faire le buzz. Par contre, une fois sa tenue de civile sur les épaules, il se met en branle et sillonne personnellement les routes, du Nord au Sud, « 3h ou 5h le soir », voire même « des demi-journées entières ». Commence alors un long travail de fourmis, qui peut s’avérer parfois dangereux, notamment lorsqu’il se retrouve en plein milieu d’un caillassage. « J’avise la police ou la gendarmerie du secteur qui n’est pas forcément au courant pour les renseigner sur le degré des affrontements et leur permettre d’intervenir en conséquence. »

 

La réactivité, le maître mot

 

Mais Saifi Hamada n’est pas le seul à mouiller la chemise, puisque le groupe recense plus de 32.000 membres, plus ou moins actifs. « N’importe qui peut poster un message. La réactivité est le maître mot. S’il se passe quelque chose à 7h et qu’il faut attendre 2h pour partager l’information, ce n’est plus d’actualité. » Toutefois, l’ancien militaire du 8ème régiment de parachutistes d’infanterie de marine à Castres joue la carte de la prudence et fait appel à ses contacts dans les communes concernées pour confirmer ou infirmer les dires. « Nous faisons notre possible pour ne pas relayer de fausses rumeurs. Sinon, cela peut donner une mauvaise image ! »

Car le Combanien d’origine le sait, leur mission à tous les trois répond largement à l’intérêt général. « La page est devenue indispensable aux yeux des Mahorais. Nous recevons énormément de témoignages de soutien et de félicitation. À chaque fois qu’un habitant quitte son habitation, il consulte automatiquement les conditions sur les routes. Nous pouvons dire qu’à notre niveau, nous sauvons des vies », dit-il en toute humilité. Heureusement, Saifi Hamada concède que ce n’est pas non plus continuellement l’anarchie aux quatre coins de l’île. « Il y a des jours plus tranquilles que d’autres », sourit-il. « Quand c’est calme, nous faisons des rappels sur la sécurité routière ! » Comme cela devrait être le cas ces derniers jours, confinement oblige… « La circulation a baissé sur Mamoudzou, cela se ressent sur Tsararano et Vahibé. Mais nous avons noté une multiplication des violences urbaines. »

 

Le pratico-pratique sur Mayotte

 

D’où l’idée aussi de « balancer » d’autres informations pratico-pratiques, comme l’installation de bornes EDM, les bulletins de l’agence régionale de santé en cette période de crise sanitaire ou encore les communiqués de la préfecture. Un job presque à plein temps qui demande des moyens humains toujours plus conséquents, comme en témoigne le « recrutement » de trois nouveaux modérateurs – Assani Abdallah, Batouli Omar et Zalia Bacar – pour « supprimer certains posts qui ne rentrent dans la ligne directrice et éviter des commentaires haineux ». Aux yeux de Saifi Hamada, un seul objectif prédomine : « Être toujours dans la vérité ! »

saifi-hamada-lanceur-alerte-ange-gardien-population-direct-trafic-976-3

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°983

Le journal des jeunes

À la Une

La première Maison de santé mentale de Mayotte ouvre ses portes

À Combani, lundi 24 janvier, l’association Mlezi Maore et le centre hospitalier de Mayotte, soutenus par l’agence régionale de santé, inauguraient la première Maison...

Violences à La Réunion : des Mahorais ont peur de l’amalgame

Les communes réunionnaises de Saint-André, Saint-Denis et Saint-Benoît connaissent une flambée de violences depuis quelques mois. Elles sont le fait de bandes de jeunes...

Le Quartier Gourmand, le restaurant marocain qui réveille les papilles

Vous rêvez d’un bon couscous, d’un tajine ou de pâtisseries maghrébines ? Il n’y a désormais qu’une seule adresse à Mayotte pour satisfaire ces envies....

Bandrélé va refaire son réseau d’eaux pluviales

La commune au sud de Mayotte va bientôt lancer une série de travaux prioritaires pour remettre en état et moderniser son réseau d’eaux pluviales....

Gendarme renversé : le conducteur condamné à quatre ans de prison

Le lundi 17 janvier, un véhicule avec trois personnes à bord a forcé un barrage de gendarmes à Chirongui. Sans titre de séjour ni...