100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Sadaka, l’association qui veut éduquer les enfants à travers l’art à Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

L’art, un concept subtil perçu de manière subjective. Si l’on a souvent tendance à se référer à la peinture ou à la musique lorsque l’on parle d’art, il peut être exprimé de différentes manières. C’est dans cette optique que Julia Daka a créée l’association Sadaka. Elle a pour ambition d’éduquer les enfants de Mayotte à travers l’art afin que chacun puisse trouver sa voie.

Développer son côté artistique, créer, partager… C’est ce que veut offrir l’association Sadaka aux milliers d’enfants qui errent dans les rues de l’île aux parfums chaque jour sans réel objectif dans la vie. Sa fondatrice Julia Daka, elle-même Mahoraise, est touchée par le nombre de mineurs isolés à Mayotte et souhaite leur apporter un nouvel espoir en les initiant aux différentes formes d’art. « Nous voulons leur donner accès à l’éducation à travers l’art contemporain. Je ne parle pas que de peinture ou de sculpture, mais je fais également référence au design, à l’architecture, à l’artisanat, à la photographie, la mode et bien d’autres. » Tout cela dans le seul objectif d’offrir à ces enfants défavorisés une chance d’une vie meilleure. « J’aimerais leur ouvrir les portes des métiers auxquels ils n’ont pas accès à Mayotte », précise Julia Daka. Architecte, designer, photographe, artisan, styliste… Tant d’opportunités sont possibles pour ce public qui n’a souvent pas besoin de grand-chose pour y arriver. « Vous n’êtes pas obligé d’avoir un gros diplôme pour faire de l’architecture par exemple, nous pouvons commencer à en faire avec des micros confections, nous le voyons d’ailleurs à Mayotte quand des jeunes construisent les bangas », souligne la fondatrice de Sadaka.

Pour mener à bien tous ces projets, Julia Daka veut travailler avec des artistes de tous bords, origi-naires de Mayotte ou du reste du monde. Elle avait déjà fait un essai en juillet 2021 lorsqu’elle a fait venir des humoristes à Mayotte afin qu’ils initient les enfants à l’écriture d’un sketch. Une initiative qui avait séduit les jeunes participants. « Nous voulons que les enfants aient une nouvelle notion de leur propre identité, qu’ils puissent se découvrir eux-mêmes. Dans l’éducation l’art est aussi important que la lecture, les maths et les autres matières », soutient-elle.

Une résidence d’artistes pour créer et faire briller Mayotte

L’association Sadaka en est à ses débuts, mais sa créatrice a d’ores et déjà de grands projets pour elle. « Je veux monter une résidence d’artistes sur l’île. Je la vois comme un énorme bâtiment où il y aurait plusieurs ateliers, une partie exposition, une autre pour la confection, un workshop. Ce serait un lieu culturel, social et éducatif où les artistes de Mayotte, de l’océan Indien ou du reste du monde pourront travailler avec les enfants », détaille Julia Daka. Ce lieu d’échange et de création sera l’occasion pour les jeunes de Mayotte de découvrir un aspect d’eux qu’ils ignorent peut-être et fera rayonner la culture mahoraise à travers le monde par la même occasion.

Cependant cette résidence d’artistes ne verra pas le jour avant six à sept ans puisque la fondatrice de l’association, qui est aussi architecte, a l’ambition de dessiner elle-même le bâtiment avec d’autres collègues, et un projet d’une telle envergure nécessite beaucoup d’argent. En attendant, les enfants restent la priorité de Julia Daka et elle met petit à petit en place des résidences d’artistes nomades. « Nous nous installerons dans les MJC ou les centres culturels pour une durée de trois semaines, trois fois par an. Et à chaque fois, nous allons faire venir différents artistes et nous traiterons différentes thématiques. » L’association tiendra d’ailleurs sa première résidence nomade du 29 novembre au 21 décembre 2021 à Chirongui. Des photographes et designers de l’Hexagone auront pour mission de faire découvrir leurs professions aux jeunes. « Pour cet évènement, notre thématique est la mémoire des formes. Les artistes ont prévu de travailler avec les archives de l’île, les comptes, les histoires de famille, des portraits de personnes sur le territoire afin de les immortaliser », explique Julia Daka. Tout cela sera possible à condition d’arriver à lever les fonds nécessaires pour mener le projet à terme. Une cagnotte en ligne est disponible pour que chacun puisse faire un petit geste et permettre la réalisation du projet. Cette initiative de Julia Daka et de ses dix autres coéquipiers répartis à travers le monde ne résoudra pas la problématique des mineurs isolés qui sont laissés pour compte à Mayotte, mais elle aura au moins le mérite de leur donner un peu d’espoir… Du moins, le temps d’une session avec les artistes !

Pour aider l’association Sadaka, vous pouvez participer à la cagnotte en ligne en suivant le lien suivant : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sadaka-art

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...