100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Reprise en main de l’îlot M’Tsamboro, c’est “Non !”

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Porte d’entrée des kwassas kwassas à Mayotte, l’îlot M’Tsamboro se retrouve à nouveau sous le feu des projecteurs. Mercredi 18 mai, le maire de la commune du Nord, Laïthidine Ben Said, organisait une réunion publique en présence du préfet de Mayotte, délégué du gouvernement, Thierry Suquet, pour présenter et discuter avec les habitants le projet de reprise en main de l’îlot. Un moment de partage qui a tourné court, contraignant le préfet à quitter les lieux avant le terme de la réunion. 

“Ils veulent nous chasser de notre îlot !” Entre les murs de l’ancien foyer des jeunes de M’Tsamboro, une centaine de personnes s’étaient réunies pour assister à la présentation du projet “Shisiwa Mtsamboro”. Introduction au contexte historique, pistes de développement économique mais aussi écologique, les représentants des institutions publiques déroulent leur présentation dans le calme et la bienveillance. « Notre point commun est d’aimer ce site. Nous avons l’obligation de le protéger, le droit d’en profiter », affirme solennellement le maire de M’Tsamboro, Laïthidine Ben Said. Alors comment cette réunion en apparence si paisible, s’est transformée en véritable joute verbale entre des habitants désabusés et des institutionnels visiblement dépassés par les événements contraints de quitter les lieux ?

Quel avenir pour l’îlot ?

La destruction de bangas présents sur l’îlot, voilà le sujet qui a mis le feu aux poudres. Tantôt en français tantôt en shimaoré, les habitants s’adressent au maire ainsi qu’au préfet pour clamer leur mécontentement. “Les aménagements que l’on nous propose ne sont pas conformes à notre culture”, avance le président de l’association Shime Rastami Spelo, enfant du village et fervent défenseur des traditions mahoraises. Des sentiers de randonnée, des aires de bivouacs… Les habitants se demandent à qui s’adresse vraiment le projet de reprise en main et craignent de voir débarquer des dizaines de touristes sur leurs terres. “S’ils veulent construire quelque chose, qu’ils le fassent en Grande-Terre”, invective Saïd*, “Je suis en train de reprendre les champs de mes grands-parents. Nos ancêtres cultivent l’îlot depuis la nuit des temps, pourquoi le détourner de sa fonction première ?” Comme lui, beaucoup d’agriculteurs présents dans la salle ont bondi lorsque le démantèlement de leurs bangas a été évoqué.

“Ce projet est une coconstruction entre l’État, la commune et l’ADINM au service des habitants de M’Tsamboro et des usagers de l’îlot”, affirme le préfet de Mayotte, délégué du gouvernement Thierry Suquet. Ces dernières années, les difficultés d’accès des services de l’État et de la commune se sont traduites par l’implantation de nombreuses constructions illégales (133 recensées en 2022). A partir du 6 juin 2022, les cases en tôle seront supprimées au profit de “bâtiments conformes à l’architecture traditionnelle ayant une vocation agricole”, affirme le DGS de la mairie, Guillaume Benhaiem. Piloté par la commune et le Conservatoire du littoral, cette restructuration sera financée par le Fonds de développement social à hauteur de 384.000 euros. Mais là encore, la méfiance règne. “Qui aura droit à un banga ? Quelle place sera réservée aux agriculteurs ?”, se questionne Asma*, descendante de producteurs des célèbres oranges de M’Tsamboro.

Se voulant conciliant, “Shisiwa Mtsamboro” prévoit pour renouer avec la vocation agro-forestière de l’îlot, d’accompagner techniquement et financièrement les agriculteurs dans une démarche de replantation de plants d’agrumes et de régularisation de leur activité. Un bon moyen de lutter contre une déforestation croissante au profit de la monoculture de manioc et de bananes, remplaçant les historiques arbres fruitiers. Une proposition qui ne semble pas avoir fait mouche auprès des agriculteurs présents dans la salle…

Le ponton, inextricable problématique

Autre point important du projet de reprise en main, le ponton prévu sur le site. L’ouvrage qui cristallise depuis des mois de nombreuses divergences ne fait toujours pas l’unanimité. « Les contraintes topographiques très fortes de l’îlot » ont poussé les autorités compétentes à réaliser diverses études d’impact environnemental, explique Nathalie Gimonet, sous-préfète cheffe d’État major chargée de la lutte contre l’immigration clandestine auprès du préfet de Mayotte. Au Sud, à l’Est, au Nord ou encore à l’Ouest, l’ouvrage destiné à faciliter l’accès à l’Îlot aux services chargés d’y faire respecter la loi verra pourtant bien le jour d’ici la fin de l’année 2022. “Nous voulons faire de cet îlot un lieu de développement harmonieux et non une porte d’entrée pour les kwassas kwassas”, affirme Thierry Suquet. Un sujet qui semble rallier toutes les parties soucieuses de préserver leur îlot de la pression migratoire mais fait émerger une fois encore de la défiance. “Les propositions faites ne sont pas mauvaises mais les intentions et les réalisations nous n’y croyons pas”, conclut Rastami Spelo. De quoi donner encore beaucoup de grain à moudre pour les différentes parties qui entre modernité et tradition devront tenter de trouver un compromis dans l’intérêt de tous.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...