L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Quand on est illettré, les perspectives sont difficiles »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

À l’occasion de la dixième édition des Journées nationales d’action contre l’illettrisme (JNAI), le Carif Oref a convié le public à une projection du film « Champion », de Mona Achache, ce lundi 11 septembre au cinéma Alpa Joe, à Mamoudzou. Le chanteur Kendji Girac y interprète le rôle de Zack, un jeune homme illettré qui se retrouve en difficulté lorsque son père, seul au courant de son secret et en capacité de l’aider au quotidien, tombe dans le coma après un accident. La séance était suivie d’une table ronde qui a permis de sensibiliser les spectateurs sur la question de l’illettrisme.

« Ce film m’a beaucoup touché, car il m’a rappelé ma propre histoire », confie une des spectatrices à l’issue de la projection de « Champion », ce lundi matin, à l’Alpa Joe. Applaudie pour son courage par la centaine de personnes venues assister à l’événement, cette dernière raconte qu’elle a dû arrêter l’école en CM2 à Madagascar.

L’illettrisme, soit le fait d’avoir été instruit mais de ne pas ou plus savoir lire, écrire et calculer, touche particulièrement Mayotte. Si des chiffres récents et concernant l’ensemble de la population sont compliqués à obtenir, on peut noter qu’en 2018, l’illettrisme touchait plus de sept jeunes sur dix, d’après un rapport de l’Observatoire Régional de la Santé datant de 2019.

« Il faut être attentif dès la maternelle. L’illettrisme crée des difficultés à s’insérer dans la vie professionnelle, mais aussi dans la vie sociale », insiste le directeur du Carif Oref, Youssouf Moussa. « On profite de cette semaine pour sensibiliser sur la question. » C’est dans ce but que plusieurs acteurs œuvrant contre l’illettrisme ont pris la parole lors d’une table ronde à l’issue du film. « À Mayotte, on apprend à lire et à écrire en français, qui n’est pas la langue maternelle. Cela représente une double difficulté », explique Njeri Brandon, directrice du centre de formation Hodina, qui s’adresse aux adultes qui ont du mal à s’insérer socialement et professionnellement. Une difficulté qui se traduit par l’augmentation du nombre d’heures de formation pour les personnes illettrées. « Avant c’était 200 heures, mais c’était insuffisant. On est passé à 400 heures puis 600 heures en 2023 », relate Youssouf Moussa.

Des programmes pour ceux qui ont arrêté les études

Tadjidine Madi Dalger, responsable pédagogique au centre Mahafor, a profité de cette table ronde pour présenter Familire, un programme expérimental lancé dans cinq territoires d’outre-mer par l’Agence nationale contre l’illettrisme. « Ce programme s’adresse aux jeunes parents, qui ont souvent dû arrêter l’école ou les études », précise-t-il. Ainsi, le 4 septembre dernier, plusieurs stagiaires ont pu commencer ce programme à Mayotte afin d’acquérir les savoirs de base. C’est le cas pour Fairouze Houmadi, une jeune maman de 25 ans, qui suit cette formation pour pallier ses difficultés avec la lecture et l’écriture. « Je ne veux plus rester à la maison, je veux pouvoir travailler dans la petite enfance », assure la jeune femme, arrivée des Comores à Mayotte pendant son adolescence.

L’importance de la sensibilisation à l’illettrisme a été rappelée par Daoud Saindou Malide, sxième vice-président du Département chargé de la Formation professionnelle, de l’éducation et de l’insertion : « Quand on est illettré, les perspectives sont difficiles. C’est pourquoi il est important d’informer sur ce sujet ».

 

Quelques actions de lutte contre l’illettrisme cette semaine

Ce mardi 12 septembre : Une matinée consacrée à l’illettrisme est organisée par la Communauté de communes du Sud de Mayotte et le bus France Services du Sud. Plusieurs dispositifs et outils d’accompagnement seront présentés à la Médiathèque de Bandrélé. Une dictée géante est également organisée au Centre universitaire de formation et de recherche (CUFR) de Mayotte par le département Sciences de l’Éducation. Près de 2.000 étudiants pourront ainsi être sensibilisés à l’illettrisme.

Mercredi 13 septembre : Une rencontre est organisée à l’espace numérique et médiathèque de Chirongui à 13h30 pour sensibiliser les parents des enfants du Programme de réussite éducative de Chirongui au numérique et à la lecture.

Jeudi 14 septembre : A partir de 9h, au centre social Miréréni, à Chirongui, les animateurs conseilleront les familles et l’après-midi, un conteur sera présent. Le but est de donner le goût de la lecture aux usagers.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...