100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

La prodige de la République, Nasrine Wissam, au cœur du monde associatif à Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Désignée prodige de la République au mois de mai dernier, Nasrine Wissam a été reçue par le préfet de Mayotte ce jeudi matin. Pour l’occasion, une cérémonie de récompense a été organisée pour mettre en lumière la lycéenne de 17 ans. Nasrine Wissam fait partie de la centaine de Français méritants qui sont mis à l’honneur par le ministère de l’Intérieur pour leur engagement citoyen.

Du haut de ses 17 ans, Nasrine Wissam est déjà un exemple à suivre pour les jeunes de son âge mais également pour les adultes. Elle fait partie de la centaine de citoyens français désignés « prodiges de la République » grâce à leur engagement envers la société. L’initiative de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté, Marlène Schiappa, a permis de mettre en valeur ces personnes qui œuvrent dans l’ombre pour aider les autres. Nasrine Wissam est l’une d’entre elles. « Je suis fière et honorée. Je sais que je ne suis pas la seule à mériter ce prix, alors ça me touche beaucoup. »

prodige-republique-nasrine-wissam-monde-associatif-mayotte

À Mayotte, une dizaine de noms ont été soumis au préfet pour ce titre honorifique, et c’est cette élève de terminale au lycée Younoussa Bamana qui a marqué le jury pour plusieurs raisons. « Quand elle a été choisie, elle exerçait des responsabilités au sein du conseil d’administration de son lycée, elle était vice-présidente du conseil de la vie lycéenne, elle était au service de ses camarades », retrace Thierry Suquet. Et au recteur d’ajouter : « Ce n’est pas une compétition, on n’a pas regardé qui a les meilleures notes. Nasrine n’est pas la meilleure élève, elle n’est pas non plus la plus engagée, mais c’est elle qui renvoie l’image de l’élève qui a un parcours complet. Elle a de bons résultats scolaires et elle est très engagée. »

En effet, malgré le travail colossal que peuvent demander les années passées au lycée, la jeune fille contribue au bien-être de ses camarades à travers diverses actions. Collecte de vêtements, création d’une cafétéria dans son établissement scolaire, mise en place d’une salle de jeux… Elle a déjà plus d’une corde à son arc et elle n’a pas l’intention de s’arrêter de si tôt. « Depuis le collège, je suis très engagée dans le monde associatif. J’aime créer des projets, tout organiser, alors je réfléchis à me tourner vers ça après le bac », confie Nasrine Wissam. Un engagement qu’elle devra combiner avec ses études supérieures puisque la jeune fille souhaite entamer une carrière de sage-femme ou d’obstétricienne.

500 euros offerts à l’association de son choix

La prodige de la République a été reçue à la Case Rocher par le préfet et le recteur qui lui ont remis deux récompenses. À la clé, un CD intitulé « Jours de gloire » et un chèque de 500 euros qu’elle a donné à son tour à l’association AMORS. « Je l’ai choisie parce qu’elle soutient beaucoup les personnes dans le besoin à Madagascar, notamment les enfants. Les membres suivent la scolarité de certains jeunes et leur permettent d’aller à l’école », décrit la lycéenne. De quoi s’attirer la reconnaissance du président de l’association, également invité à la cérémonie. Depuis la crise sanitaire, il leur est en effet difficile de mener à bien leurs projets. « Ce sont les cotisations qui nous permettent de faire ce que l’on fait, mais avec le Covid c’est plus difficile, alors que l’on ne peut pas arrêter d’aider », indique Benjamin Marolahy. C’est cet engagement farouche qui a poussé Nasrine Wissam a faire ce choix.

Un altruisme qui ne date pas d’hier. « Sa nomination en tant que prodige de la République ne m’étonne même pas car depuis toute petite, elle a toujours aimé aider les gens », soutient Nadia Zabibo, la mère de la récompensée du jour. Elle se dit fière de sa fille et elle sait « qu’elle ira encore plus loin parce qu’elle travaille beaucoup pour réussir ». Nasrine Wissam est devenue un exemple pour tous les jeunes de sa génération. Mais elle veille avant tout à être un bon modèle pour ses petits frères et sœurs.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...