100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Économie, surveillance maritime : les Outre-mer fragiles face aux menaces ?

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Les territoires ultramarins permettent à la France métropolitaine d’être présente dans tous les océans du monde à l’exception de l’Arctique. Alors du point de vue de la stratégie maritime nationale, que peuvent offrir les Outre-mer à la Nation ? C’est toute la question que se pose la délégation sénatoriale aux Outre-mer qui mène actuellement une étude sur le sujet. Éléments de réponse ce jeudi avec l’audition de trois spécialistes.

Sur divers points de vue, les territoires ultramarins offrent un panel d’opportunités à la France. Et les décideurs politiques basés à Paris sont bien forcés de s’intéresser aux réalités locales. Car oui, les Outre-mer concentrent 80% de la biodiversité française, « un trésor de faune et flore marine », insiste Cyrille Poirier-Coutansais, le directeur de recherches au centre d’études stratégiques de la Marine, invité à s’exprimer ce jeudi devant la délégation sénatoriale aux Outre-mer, dans le cadre de son étude sur la place des Outre-mer dans la stratégie nationale maritime. Ces territoires présentent de facto des atouts non négligeables dans les domaines de l’aquaculture, de l’algoculture et du cosmétique. Mais également des freins importants tels que les coûts de transport, la dépendance énergétique ou encore la difficulté à attirer des fonds d’investissement.

En soi, un long chemin reste encore à parcourir. Exemple avec l’aquaculture, dont la production totale est inférieure à 2.000 tonnes, alors qu’elle « peut avoir un bon succès à l’export ». Aux yeux de l’expert, le mal vient notamment de l’absence de structuration de filières « pour que cela décolle » et surtout de la mise en avant des ressources, des entreprises et des potentiels à destination des financeurs privés, qui n’ont pas pris le relais des pouvoirs publics. « Il y a un manque de connexion entre ces possibilités et les acteurs », regrette-t-il, avant de fonder quelques espoirs d’exposition grâce aux Assises économiques de l’Outre-mer organisées le 7 décembre prochain.

Les Outre-mer fragiles face aux menaces

Cette présence aux quatre coins du globe assure à la France une présence militaire sans égal ou presque, qui lui permet de contribuer « aux flux et aux partages d’informations de surveillance maritime » et de contrôler « les zones économiques exclusives » afin de protéger les ressources halieutiques. Toutefois, pour Yann Briand, l’un des membres du cabinet du chef d’état-major de la Marine au ministère des Armées, « les faits géopolitiques et l’émergence de nouvelles puissances en mer font que les Outre-mer sont assez fragiles face à ces menaces », en raison principalement d’un matériel vieillissant et pas assez nombreux pour éviter les pillages par des navires prédateurs. L’espoir d’un redressement vient peut-être des efforts financiers inédits consentis au profit des armées, notamment sur les patrouilleurs en Outre-mer.

Face à l’interrogation des sénateurs sur l’engagement discontinu, voire aléatoire, dans les territoires ultramarins, le capitaine de vaisseau se défend à l’aide d’un exemple. « Déployer en permanence une frégate de premier rang à La Réunion, dans une région assez excentrée de certaines zones de crise, c’est perdre un moyen dont nous aurions besoin en Atlantique Nord pour pister des sous-marins nucléaires russes. » Clair comme de l’eau de roche !

Avec un tel constat, comment inverser la tendance pour une meilleure prise en compte ? Le dérèglement climatique dans les bassins régionaux peut éventuellement rebattre certaines cartes. En effet, selon Mikaa Mered, un spécialiste de géopolitique de la chair Outre-mer de Sciences Po, la multiplication des risques environnementaux va « induire un besoin de la Marine nationale et de d’autres organismes de sécurité et d’assistance environnementale ». Malheureusement, les nouveaux bâtiments de soutien Outre-mer n’ont pas la capacité amphibie de ses prédécesseurs pour ravitailler les territoires en cas de catastrophes naturelles à en croire Yann Briand… Si toutes les pistes évoquées par les trois auditionnés du jour restent une manière d’éclairer les parlementaires ayant un attrait pour les Outre-mer, la décision finale sera toujours entre les mains de la sphère politique basée à Paris, où la compétition est rude pour se faire entendre.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...