PATRIMOINE | Les derniers bangas traditionnels font leurs adieux

PATRIMOINE | Les derniers bangas traditionnels font leurs adieux

Après des années de lutte pour conserver ce qu’il présente comme « les derniers bangas traditionnels de Mayotte », l’entrepreneur Fayadhu Halidi jette l’éponge. Par manque de clients et de soutien de la part des institutions, l’homme abandonne son rêve de bâtir un site touristique pour faire perdurer cette tradition architecturale. Ce qui ne l’empêche pas de lancer un dernier appel à l’aide.

Une page se tourne dans l’histoire de l’île aux parfums. Sur les hauteurs de Chirongui, l’entrepreneur Fayadhu Halidi jette un dernier coup d’œil sur les vestiges d’une tradition centenaire. « D’ici quatre semaines, les derniers bangas seront rasés », lâche l’homme avec amertume. Après quelque 30 000 euros d’investissements, et plus d’un an de travail acharné en solitaire, le gaillard doit se résigner : « Ce n’est plus tenable financièrement. En l’absence de soutien des institutions et avec la baisse du tourisme à Mayotte, je suis obligé de détruire ces bangas que j’ai construits de mes mains ».

À l’origine pourtant, le projet semblait des plus prometteurs. « J’ai eu l’idée en 2012 de créer un site pour accueillir les touristes dans des bangas traditionnels. Avec tous les problèmes d’insécurité, je me disais qu’il serait judicieux de créer un coin tranquille dans la campagne pour renouer avec les racines de Mayotte », explique ce passionné d’histoire, amoureux du département. Parcours découverte, formule repas comprise, sensibilisation à l’histoire de l’île… les idées fusent et commencent à attirer les clients. « Il y a eu plusieurs vagues de Réunionnais qui venaient y passer leur weekend. Mais au fil des ans, les clients ont disparus », rembobine celui qui se fait surnommer « J’accuse ».  Pour ce dernier, la baisse du tourisme dans l’île n’est pas la seule responsable de ce déclin. « Que cela soit avec l’Office de tourisme ou d’autres institutions, je n’ai jamais été soutenu. Des contrats ont été passés et j’ai rempli ma part du travail, mais les promesses n’ont pas été tenues. Résultat : ce projet est abandonné et mes petits-enfants ne verront jamais le type de bangas dans lesquels j’ai vécu ».  

La tradition comme leitmotiv

Fayadhu le répète inlassablement : « Je n’aime pas tricher. Soit je choisissais de construire des bangas dans la pure tradition mahoraise, soit rien du tout ». Si le choix est honorable, il demeure en partie responsable du déclin de ces habitations. « Les murs sont composés de terre et de paille qui recouvrent la structure en bois. Celle-ci est en partie composée de bois d’ylang. Avec le temps, la terre s’effrite et le bois n’est plus isolé. Il faut l’entretenir régulièrement, ce qui demande du temps et de l’argent », déplore-t-il. Autre difficulté : l’entretien des toitures en feuilles de cocotier : « Avant j’avais la force de grimper aux arbres. Mais à 40 ans passés, ces choses ne sont plus de mon âge ».

Pour Fayadhu Halidi, la disparition de cette tradition s’explique par la perte de l’un des piliers de la culture mahoraise : la « moussada » (l’entraide villageoise, en français). « Avant, les bangas étaient entretenus collectivement dans les villages. À la moindre galère, la solidarité était présente pour pallier les difficultés de chacun. Aujourd’hui, quand je demande aux jeunes de grimper aux arbres pour me prendre quelques feuilles de cocotiers, ils me répondent ‘’c’est du travail d’Anjouanais, tu n’as qu’à demander à quelqu’un d’autre’’ ». Une dévalorisation de l’activité fraternelle aux relents xénophobes, qui touche profondément l’entrepreneur dans son amour-propre. Mahorais d’origine anjouanaise, Fayadhu Halidi n’en demeure pas moins fier de son combat pour le maintien des traditions de l’île. 

Cap sur l’avenir  

Bien qu’ancestraux, les bangas traditionnels offrent de véritables opportunités dans le développement éco-responsable de Mayotte. Dans le petit village recréé par « J’accuse », tout est écologique : Toilettes sèches, matériaux naturels, aucune consommation énergétique… Autant d’éléments qui ajoutent à la déception de cet entrepreneur tourné vers l’avenir. Attaché à la jeunesse, l’homme souhaite désormais utiliser son terrain pour un projet tout autre : « Je souhaite créer un petit parc à jeux pour les enfants. Il y aura un circuit, des trampolines, des espaces ludiques, etc. », imagine l’éternel optimiste.

À l’origine composé de six bangas, le site touristique de Fayadhu en compte aujourd’hui quatre. A raison d’un banga détruit par semaine, Mayotte assiste désormais aux dernières heures de ce que l’homme qualifie de « seuls véritables bangas traditionnels ». Dans un dernier espoir, « J’accuse » lance pourtant un ultime appel à l’aide aux citoyens intéressés par la préservation de ce vestige culturel. Dans le cas contraire, l’homme hésite malgré tout à « préserver un seul banga au milieu du parc à jeux ».  À en croire ses dires, il s’agirait alors « du dernier banga mahorais ».  

Pour contacter Fayadhu Halidi : 06 39 22 31 37, Fayadhu.h@gmail.com

 

 

Abonnement Mayotte Hebdo