Publicités

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date peut varier à un ou deux jours près. La nuit où l’on cherche le fin croissant de lune porte le nom de Nuit du Doute, ou laylat ul-chaq.

Bon alors, c’est demain ou pas ?”, lance Nassir à son groupe d’amis. “On sait pas encore, on va regarder ce soir”, répond Andjib du tac au tac. Le mois de jeûne pour les musulmans débute le lendemain du premier croissant de lune. Et si Mayotte est un département français, des milliers de kilomètres séparent la métropole de l’île. Du coup, le cycle de la lune y est forcément un peu différent. Ceci explique cela ! Ici, c’est donc l’annonce du Grand Cadi de Mayotte que tout le monde attend à l’approche du moment fatidique. Voilà pour la théorie. En pratique, une règle se dessine toutefois, qui se vérifie plus ou moins chaque année : dans le département, le jeûne démarre un jour après l’Hexagone.

Ce lundi soir, tout le monde se doutait donc un petit peu que le mois sacré ne commencerait pas le lendemain. Mais les regards se tournaient tout de même vers le ciel, au cas où. Chacun profitait de ces derniers instants, en famille ou entre amis, à la maison ou aux brochettis. “Je vous avais dit que ce serait mardi”, rétorque fièrement Ayra, avant de croquer dans une brochette. Nassir, lui, préfère la jouer fine. Il dégaine son téléphone aussi sec :“Je vais quand même appeler mon oncle à Anjouan, pour être sûr !” Et Ayra de lever les yeux au ciel, pas pour regarder le croissant, cette fois-ci. “C’est mercredi je vous dis ! Est-ce que vous avez vu la lune monter ?”, martèle-t-elle. La petite équipe alpague des passants dans le quartier, mais n’écope en guise de réponse que quelques moues dubitatives. “Personne ne sait, ça doit vouloir dire que ce n’est pas demain”, conclut Andjib.

« Dès que je la vois, je vous appelle »

Si les trois loustics n’en démordent pas, c’est que ce moment et cette attente avant le mois sacré sont particulièrement importants pour les musulmans. Chacun espère voir la lune en premier, pour bien commencer son mois de jeûne et de réflexion. Car au-delà du fait de ne pas manger ni boire entre le lever et le coucher du soleil, les bonnes actions, la bonté et le partage sont au cœur de ce mois spécial. C’est aussi l’arrivée d’un mois au ralenti à Mayotte, où les commerces et les institutions changent leurs horaires, où le monde vit la nuit. Des habitudes qui seront peut-être adaptées à cause de la situation sanitaire. Resteront sans aucun doute les grands moments de partage.

Demain, à 18h, je regarde le ciel, dès que je la vois, je vous appelle”, annonce Ayra, sûre d’elle. “Et si elle ne monte pas demain ?”, questionne Andjib.“On commencera quand même, en France, ils débutent mardi” rétorque Ayra. Avant d’inviter toute la compagnie à la maison. “ Samedi, on fait le ftour à la maison tous les cinq !”, lance-t-elle avec un sourire réjoui. Chacun salive déjà, avant de prendre la route de son habitation. Le mois de jeûne débutera finalement mercredi sur l’île aux parfums, après deux nuits à attendre. La tête dans les étoiles.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Avec le parc Amina Oili, « Tsoundzou 1 est sur la bonne voie pour évoluer positivement »

Samedi dernier s'est déroulée l'inauguration du parc Amina Oili situé à Tsoundzou 1. Un investissement conséquent de plus de 2.5 millions d'euros pour la...

Le Krav-Maga fait ses débuts à Mayotte avec un instructeur de renom

Le Krav-Maga est un sport de combat encore méconnu sur l’île, pourtant au vu de l’insécurité grandissante à Mayotte, son enseignement serait utile à...

Extension du pass sanitaire : ce qui va changer (ou pas) à Mayotte

Un vote « au forceps » selon certains élus. Dans la nuit de dimanche à lundi, le Parlement a adopté le projet de loi concernant l’extension...

À l’image de Latouldine, la nouvelle génération mahoraise à la main verte

À Barakani, le jeune agriculteur Latouldine Madi cultive les terres de ses grands-parents avec amour et passion. Respectueuse de l'environnement, son activité est en...

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...