Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l’économie bleue de Mayotte. Trois objectifs affichés, huit secteurs économiques concernés et 46 actions répertoriées résument les ambitions du conseil départemental. Pêle-mêle.

« Il faut qu’on se fixe un cap, une vision à long terme. » En ouverture ce mardi 13 avril du comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l’économie bleue de Mayotte, le 6ème vice-président du Département, Mohamed Sidi, ne cache pas ses attentes face à ce « sujet important pour le territoire ». Mais en l’absence d’une boule de cristal, difficile pour lui d’imaginer l’avenir, alors même que le schéma d’aménagement régional, pensé en 2016, peine encore à se concrétiser. “Et je ne suis pas Madame…” Irma ? Seule certitude aux yeux de l’élu : « Il faut profiter de cette richesse, qu’est le lagon. »

economie-bleue-mayotte-strategie-ambitions-concretiser

D’accord, mais comment ? Pas de voyante au bout du fil, mais Raphaëlle Lavenus, cheffe de projet pour BRL Ingénierie, société spécialiste en la matière, qui prend alors la parole. Premier enseignement, trois objectifs se dégagent de l’étude : « déterminer le poids de l’économie bleue à Mayotte à la fois à l’échelle territoriale et régionale » ; « co-construire une stratégie de développement opérationnelle à court et moyen terme » ; « définir un modèle de gouvernance pour favoriser sa visibilité et sa promotion ». Rien de bien sorcier ! Mais dans le détail, les grandes ambitions affichées dans huit secteurs économiques s’avèrent… ambitieuses, tout du moins sur le papier.

« Nous n’avons rien à envier »

Au cœur de l’un des plus beaux lagons du monde, le 101ème département se doit en premier lieu d’agir pour la protection de l’environnement et de limiter les pressions anthropiques. Mais aussi de devenir une terre d’innovation et un haut lieu de recherche d’intérêt planétaire. « Mayotte est en retard et est dépendante des missions extérieures », rappelle Youssouf Dahalani, l’un des membres techniques du groupe de travail. Exemple avec l’exploration du volcan sous-marin. « Nous n’avons rien à envier aux îles du bassin Indo-Pacifique. » En plus de la préservation des espèces protégées, du suivi des écosystèmes marins tropicaux et de la mangrove, ou encore du reboisement des bassins versants, reste la problématique de la gestion des déchets. « Il faut que tout le monde se courbe », insiste-t-il pour tenter de provoquer un électrochoc.

economie-bleue-mayotte-strategie-ambitions-concretiser

Comme tout territoire insulaire, Mayotte concentre un vivier important de pêcheurs, toujours bien loin des standards européens. « À ce stade, le secteur n’est pas attractif, malgré les mesures prises depuis les années 80 », regrette Youssouf Dahalani. Et surtout, il souffre du manque d’infrastructures – même si l’aménagement de sept halles de pêche est en cours de réalisation – et aussi de la concurrence de la part de Maurice et des Seychelles. « Au même titre que l’aéroport, nous avons besoin d’un port de pêche pour attirer les thoniers senneurs. » En attendant enfin une évolution structurelle, le stock de thons albacores fond comme neige au soleil. « Les eaux françaises sont une aire marine protégée. Au titre de l’environnement, la France peut prendre des mesures fortes », insiste Christophe Fontfreyde, le directeur du Parc naturel marin.

Et pour exporter l’effort de pêche vers le large, encore faut-il mettre aux normes les embarcations. À ce sujet-là, Charif Abdallah, le 1er vice-président de la CAPAM, dénonce l’immobilisme de l’Europe. « On parle de modernisation des outils de travail, mais jusqu’à maintenant, Bruxelles refuse de nous donner un avis favorable pour le renouvellement des flottes, en attendant de connaître nos ressources. » Dans ces conditions, impossible de rivaliser avec les mastodontes des pays voisins. Conséquence : « 80% des produits de mer consommés sont importés. »

 

Relancer la filière aquaculture

 

L’aquaculture, voilà un autre secteur porteur, pourtant disparu des radars depuis 2017 avec la fermeture d’Aquamay et de l’écloserie piscicole. En cause : l’arrivée tardive des « aides européennes promises en 2014 », regrette Youssouf Dahalani. Mais le Département ne s’avoue pas vaincu et mise sur une nouvelle structuration dans l’espoir d’atteindre une production de 500 tonnes en 2030, voire même de 1.000 tonnes en 2050. Pour cela, il faut « tirer les leçons des 20 dernières années et éviter de faire fuir des investisseurs potentiels ». « La filière doit être relancée, avec l’appui des politiques publiques. Tout doit découler de cela », martèle-t-il.

Autres thématiques évoquées pour développer l’économie bleue tant défendue et désirée par le conseil départemental : le tourisme, les activités portuaires avec un « hub secondaire », les transports maritimes, les énergies marines renouvelables comme la « géothermie » ou la « courantologie », le dessalement et les biotechnologies. Au total, pas moins de 46 actions plus ou moins concrètes répertorient la stratégie de demain. À charge maintenant pour l’instance de concertation, qui réunira les différentes acteurs du domaine maritime, de s’assurer de leurs exécutions.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...