L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Lutte contre le cancer : La socio-esthétique et la socio-coiffure, un soutien bienvenu

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les cancers, inscrite le 4 février au calendrier, l’association mahoraise pour la lutte contre le cancer (Amalca) organise une conférence sur le thème de la socio-esthétique et socio-coiffure. Cette matinée d’échanges se déroulera le lundi 6 février à l’hémicycle Bamana à Mamoudzou. Elle est mise en place en faveurs des malades, des familles et des professionnels de la beauté.

Les cancers et leurs traitements ont souvent un impact sur le corps et sur la peau des malades qui en sont atteints. L’estime de soi est alors malheureusement malmenée, la socio-esthétique et la socio-coiffure deviennent alors un soutien bienvenu dans la vie du malade. A Mayotte, « ces métiers n’existent pas », confie Nadjlat Attoumani, présidente d’Amalca. L’idée de cette rencontre est de faire découvrir ces métiers aux esthéticiens et coiffeurs de l’île, « déjà en exercice ou en cours de formation », ajoute-t-elle.

Reprendre confiance en soi

Amalca a pour objectif d’accompagner les malades avant, pendant et après leur traitement et ainsi leur offrir la possibilité de mieux vivre la maladie. C’est dans cet optique que l’association souhaite proposer ces soins supports à l’avenir. « C’est un plus que l’on voudrait apporter aux malades afin de contribuer à leur guérison », explique la présidente. Ces soins peuvent apporter un bien-être corporel, psychique, émotionnel et physiologique. « Avec la perte des cheveux, des sourcils ou encore des cils, avoir les conseils d’un professionnel d’esthétique ou de coiffure, c’est important. C’est un moment pour soi où l’on peut reprendre confiance en soi », admet-elle. Soulager les effets secondaires des traitements, maintenir une énergie positive ou encore apprendre l’utilisation de foulards et de prothèses sont les potentiels bénéfices de ces soins supports.

La découverte des deux métiers de socio-esthétique et socio-coiffeur aura donc lieu lors de cette matinée d’échanges et de partage. Plusieurs membres de l’association réunionnaise « Un autre regard », spécialisée dans ces soins spécifiques, seront présents aux côtés d’Amalca. Les socio-esthéticiens et socio-coiffeurs « ont eu une formation supplémentaire, de contact avec les malades, l’écoute active ou encore l’utilisation de produits qui vont en adéquation avec la chimiothérapie », complète la présidente de l’association. Cet événement sera également l’occasion de mettre en lumière les services de bien-être que ces spécialistes proposent aux malades atteintes de cancer.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...