asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La mission locale sensibilise les jeunes contre la précarité menstruelle

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

La mission locale de Mayotte a reçu Corrine Boulay, créatrice de l’entreprise Weekup, qui commercialise des protections menstruelles réutilisables et écoresponsables. Ce vendredi 26 mai, à Passamaïnty, elle a abordé le sujet de la précarité menstruelle qui s’est aggravé à cause de l’inflation.

la-mission-locale-sensibilise-les-jeunes-contre-la-precarite-menstruelle
Il existe différents types de protection menstruelle, comme des coupes menstruelles, des serviettes lavables ou des culottes de règles.

La précarité menstruelle, c’est la difficulté ou le manque d’accès aux protections menstruelles et ça touche 3,7 millions de femmes dans le monde. À Mayotte, 44 % des jeunes femmes interrogées par la mission locale de Mayotte déclarent ne pas changer régulièrement leurs protections hygiéniques car les produits sont trop coûteux. En un an, le prix des protections a subi fortement l’inflation, obligeant les populations les plus précaires à choisir entre produits d’hygiène et autres produits essentiels. C’est donc en guise de solutions que l’organisme dédié à l’insertion des jeunes a accueilli ce vendredi 26 mai, Corinne Boulay, la créatrice de la Weekup pour un séminaire sur la précarité menstruelle. Son entreprise, située dans la Mans, commercialise des protections menstruelles réutilisables et écologique, des coupes menstruelles, des serviettes lavables et des culottes de règles. Celle qui se décrit comme une maman-entrepreneuse espère voir ses produits vendus dans les pharmacies. En effet, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé que début 2024, toutes les protections réutilisables seront remboursées.

« Tous nos produits sont en coton bio, avec des matériaux labellisés et made in France. J’ai étudié le processus pour qu’à la fin de vie du produit, il n’y ait aucun déchet », affirme Corinne Boulay. Elle explique qu’au lieu de jeter ses produits à la poubelle, comme n’importe qui le ferait, il suffit de les déposer dans les points de recyclage de vêtements. Ils seront ensuite broyés pour être ensuite utilisés en tant qu’isolant. Même les boites des coupes menstruelles sont biodégradables puisqu’elles sont faites en amidon de pomme de terre compressé. La créatrice de Weekup constate, qu’« il y a énormément de déchets rejetés dans les océans ».

Briser les tabous

Cette intervention se veut un moyen de faire de la prévention sur un territoire qui en a bien besoin. Nadia Djoumoi, directrice de la mission locale, affirme qu’il y a un réel tabou autour des menstruations à Mayotte. Elle affirme que « les jeunes filles sont seules, livrées à elles même. Il vaut mieux les accompagner et mieux les informer ». À cause du manque d’éducation, les jeunes femmes « ont une méconnaissance de leur corps » et parler de cycle menstruel leur permet de se le réapproprier.

Nadia Djoumoi ajoute qu’« il faut aider les jeunes, leur montrer, les éduquer » pour éviter toute mésinformation ou méprise. Elle rappelle notamment les règles d’hygiène quand on utilise des protections hygiéniques. Le 28 mai, c’était d’ailleurs la journée mondiale de l’hygiène menstruelle, parfait pour briser les tabous parce qu’il est normal de parler de cycle menstruel.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...