100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

La contraception à Mayotte, un droit pour toutes les femmes… en théorie

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Le camion du réseau périnatal de Mayotte a élu domicile dans le village de Koungou ce jeudi 1er octobre. L’objectif était de sensibiliser les femmes sur la contraception et la santé sexuelle en gé-néral. L’antenne mobile du réseau est ouverte à tous, mais le public qui s’y rend est toujours le même.

Elles sont venues en groupe ou seules, mais elles sont venues. Les femmes du village de Koungou n’ont pas hésité à se rapprocher du camion blanc du réseau périnatal de Mayotte (Répéma) posté devant la bibliothèque. La sage-femme et l’accompagnatrice vont recevoir des patientes tout au long de la journée. Des femmes qui ont des doutes, qui ont besoin de conseil ou d’une consulta-tion médicale gratuite. L’antenne mobile a pour objectif d’orienter et de sensibiliser sur la santé sexuelle, notamment les moyens de contraception. Celles qui se présentent sont dans la grande majorité éloignées du système de santé. “Nous constatons qu’il y a beaucoup de personnes qui pourraient bénéficier d’un suivi gynécologique, mais elles ne le font pas ou peu”, déclare Anne-So-phie Bonnin, sage-femme présente ce jour là. Il s’agit en réalité de femmes en situation irrégulière sur le territoire, qui n’osent pas sortir. Par conséquent, elles sont mal informées ou pas informées du tout sur les moyens de contraception.

Les antennes mobiles du Répéma luttent contre ces fausses informations et orientent celles qui le nécessitent vers les professionnels de santé. “Nous ne sommes pas là pour remplacer les structures de soin qui existent déjà dans les villages. Nous sommes vraiment là pour raccrocher les gens à des parcours de soin”, rappelle Anne-Sophie Bonnin. Cette dernière n’hésite cependant pas à recevoir en consultation les femmes à l’arrière du camion aménagé comme dans un cabinet médical. Et elle prend son temps avec chaque patiente. “Je passe trois quarts d’heure généralement avec chaque femme. Je peux regarder les seins et leur apprendre à les palper. Je regarde ce qu’elles ont si elles ont mal au ventre, c’est une vraie consultation.” La sage-femme va même au-delà de ses fonctions. Elle conseille les femmes qui viennent pour un mal de genou, des problèmes de poids, ou encore de vue. Ses collègues et elles vont même jusqu’à prendre les rendez-vous chez les professionnels de santé, pour ces femmes.

Les jeunes filles se font discrètes

Durant les déplacements de l’antenne mobile du Répéma, les professionnels ont constaté que les jeunes filles manquent à l’appel. Les femmes qui se présentent sont celles qui ont une vie sexuelle reconnue par la société, autrement dit des femmes mariées. La contraception chez les filles non mariées est encore tabou à Mayotte puisqu’elles ne sont pas censées avoir de relations sexuelles avant d’avoir un mari. “Il faut voir la réalité en face. Nous voyons bien avec les chiffres des IVG que les jeunes ont des rapports sexuels. Il va donc falloir discuter dans les familles, les parents doivent prendre ces choses très au sérieux”, recommande Anne-Sophie Bonnin. Il existe cependant d’autres moyens pour sensibiliser les jeunes filles. “À l’occasion des interventions en groupe, nous pouvons faire passer le message auprès des jeunes filles, contrairement aux consultations individuelles. Nous communiquons aussi beaucoup sur les réseaux sociaux”, indique Zaina Malidi, la directrice du réseau périnatal de Mayotte.

Les hommes font également partie des grands absents quand on parle de contraception. Lors de ces journées de prévention, très peu d’entre eux se sentent concernés. Et ceux qui viennent n’ont qu’une seule idée en tête. “Ils ont là pour nous demander des préservatifs”, sourit Zaina Malidi. Et Anne-Sophie Bonnin d’ajouter : “Il faut que les parents éduquent également leurs garçons à la sexualité.” Dans une société où le sexe est encore très tabou, le combat est loin d’être gagné.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/