100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Publicités

Julia Daka, un modèle mahorais aux multiples facettes

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mannequin, architecte, philanthrope… Du haut de ses 27 ans, Julia Daka a déjà plusieurs cordes à son arc. Cette Mahoraise a déjà commencé à conquérir le monde et elle n’est pas prête de s’arrêter de si tôt. Il y a quelques jours, elle est devenue la première mannequin mahoraise à défiler à la Fashion Week de Paris, un événement convoité par les plus grands top models du monde.

La Fashion Week, elle en rêvait, elle l’a fait ! Julia Daka ne peut s’empêcher de sourire lorsqu’elle évoque ce moment crucial dans sa vie de mannequin. « C’était la première fois que je défilais pour un show aussi prestigieux », affirme-t-elle. Julia Daka a défilé pour la marque Ester Manas et depuis, ses photos font le tour des grands magazines de mode. « Tout le monde m’en parle, c’est complètement dingue ! », lance-t-elle encore ébahie. Si aujourd’hui, elle a réussi à accomplir cet exploit qui est le Graal pour tous les mannequins, c’est grâce au travail qu’elle a fourni durant plusieurs années.

julia-daka-modele-mahorais-multiples-facettesNée à Mayotte, Julia Daka a grandi à La Réunion dès l’âge de cinq ans. Elle a vécu quelques années dans un bidonville du Port avant de déménager dans un HLM avec sa grand-mère et ses nombreux cousins. Après son bac, elle décide de se lancer dans le mannequinat « parce que je ne savais pas quoi faire », admet-elle. Elle participe à des concours et finit par être repérée par la photographe russe installée à La Réunion Elena Iv-Skaya. « Elle m’a photographiée et j’ai partagé les photos sur mes réseaux sociaux. Elles ont ensuite fait le tour du monde. Le magazine New African Woman tombe dessus et les prend pour faire la double couverture de son numéro pour l’Afrique du Sud et le Royaume-Uni », raconte Julia Daka. L’ascension continue alors pour la Mahoraise qui veut aller toujours plus loin.

Le modèle pose pour plusieurs enseignes, notamment pour la célèbre marque de lingerie Valege. Elle fait également des photos nue et assume complètement son choix. « Je suis la seule qui peut décider pour moi. Ma mère était choquée au début, mais je ne lui ai pas laissé le choix, elle a fini par accepter et aujourd’hui, elle est fière de moi », témoigne la professionnelle. Consciente du poids des traditions mahoraises et de l’Islam, Julia Daka prône une libération des mœurs. « Je respecte beaucoup ma culture et ma religion. Je suis toujours musulmane, je fais encore le ramadan et les douas (prières), mais je reste un individu à part entière qui essaye de se faire une place dans un monde de fous. Il faut briser tout cela, et faire évoluer nos traditions. Soyons femme dans notre entièreté ! » À 27 ans, la carrière de mannequin de Julia Daka a encore de longues années devant elle puisque la Fashion Week de Paris lui a ouvert de nouvelles portes.

L’architecture, son premier amour

Le mannequinat n’est pas la seule passion et profession de Julia. En réalité, son premier amour est l’architecture. Diplômée de l’Institut supérieur des arts appliqués (LISAA), une école privée parisienne, elle exerce aujourd’hui en tant qu’architecte designer. Et si la jeune femme est heureuse et fière de son accomplissement, tout n’a pas été toujours rose pour elle. Très tôt, la petite fille qu’elle était manifeste une rage que personne n’arrive à expliquer, pas même elle. « Je n’avais pas de bonnes notes à l’école, j’étais une élève turbulente », se souvient-elle. Ses enseignants ne lui prédisent pas un avenir brillant, mais la rencontre avec sa professeure d’arts plastiques vient changer le cours des événements. « Elle m’a offert un livre d’architecture et j’en suis tombée amoureuse. À 13 ans, j’ai su que je voulais être architecte », confie Julia Daka. Les années passent et les péripéties continuent.
La jeune adulte qu’elle était toque aux portes du conseil départemental de Mayotte pour financer ses études pendant quatre ans, la cinquième lui a été offerte par son école. Après un stage au sein du groupe de design suisse Big Game, et l’obtention de son diplôme, Julia Daka est désormais une architecte qui a soif de mettre son esprit créatif au service des autres. « J’ai envie de créer des espaces où les gens se sentent bien et pour cela, je veux installer mon propre studio. Il sera basé à Paris, mais je veux et je peux travailler avec des clients à Mayotte », assure-t-elle. Et comme ci cela ne suffisait pas, Julia Daka a créé il y a un an son association Sadaka pour permettre aux milliers d’enfants qui sont sans famille à Mayotte ou qui se cherchent encore, d’avoir accès à l’éducation à travers l’art. Elle veut leur donner un peu d’espoir et peut-être déclencher une passion qui les sauvera de la rue, comme cela a été le cas pour elle.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°970

Le journal des jeunes

À la Une

Le retour des gilets jaunes dans le quartier de la Convalescence à Mamoudzou

Ce sont des femmes et des hommes exténués par la montée de la délinquance qui se sont réunis ce dimanche matin à la Convalescence....

22 projets pour 3 lauréats lors du 1er start-up week-end à Mayotte

Du 14 au 16 octobre avait lieu la deuxième édition du concours d’innovation de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) ainsi que...

Constructions scolaires dans le 1er degré : cinq experts pour enclencher la remontada

Ce vendredi 15 octobre, la préfecture, le rectorat, l'association des maires et l'agence française de développement ont paraphé une convention quadripartite portant sur l'accompagnement...

Hommage à Samuel Paty : à Mayotte, une violence d’un autre type

Pour honorer la mémoire du professeur d’Histoire-Géographie tué le 16 octobre 2020 après avoir montré des caricatures de Charlie Hebdo pendant un cours, les...

Le directeur général de LADOM en visite au RSMA pour la formation et l’emploi des jeunes de Mayotte

L’agence de l’Outre-mer pour la mobilité et le Service militaire adapté ont renouvelé un protocole d’accord le 14 septembre dernier. Pour l’occasion, le directeur...