100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Une journée dans la peau des volontaires du service national universel à Mayotte

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Depuis lundi 21 juin, 42 jeunes participent à la première phase du Service National Universel à l’internat du lycée de Dembéni à Tsararano. En 2021, ce dispositif national rassemble 17.000 volontaires, âgés de 15 à 17 ans en France métropolitaine et dans les départements d’Outre-mer. À Mayotte, ils sont 43 lycéens à y prendre part. Cerise sur le gâteau, l’un d’eux se rendra même à Paris à l’occasion du défilé du 14 juillet.

Dring, dring ! 5h10… Le réveil sonne. Les yeux des 43 jeunes volontaires du service national universel s’ouvrent péniblement, au gré des premières lumières du jour. Pas le temps toutefois de somnoler et de retomber dans les bras de Morphée. Ni une ni deux, les lycéens s’activent et revêtent leur uniforme pour hisser le drapeau tricolore dans la cour du lycée polyvalent de Tsararano, à 6h pile. Hors de question d’arriver en retard ! “Après la levée des couleurs, nous leur apprenons un peu d’ordre serré tous les matins. Ce sont eux qui ont insisté afin de pouvoir participer au défilé du 14 juillet à Dembéni”, précise Marie Charifou, la cadre de compagnie.

journee-volontaires-service-national-universel-mayotte

 

Un programme chargé jusqu’au dodo

 

Place ensuite aux tâches ménagères avec le rangement des chambres, moment durant lequel ils font leur lit au carré, et le nettoyage de tout l’étage de l’internat où ils logent. Un réveil pour le moins militaire ! À 7h, direction le self pour la collation, qui coïncide avec l’un des seuls temps mort de la journée. Parfait pour se remplir le ventre avant la répartition des volontaires en deux groupes pour une séance de sport et de sophrologie. Ce mercredi matin, c’est l’occasion pour eux de prendre soin de leurs corps et de leur mental. Au programme ? Différentes thématiques telles que la cohésion, la découverte du patrimoine culturel, de l’engagement, la sécurité, l’autonomie en lien avec l’accès aux droits et la connaissance des services publics, la défense sécurité et les résiliences nationales ainsi que le développement durable.

Bis repetita l’après-midi, après la pause déjeuner. Les ateliers redémarrent sur les chapeaux de roue, histoire de brasser, en long, en large et en travers, tous les sujets à l’ordre du jour. Quatre heures intenses au bout desquelles s’enchaînent le temps libre de 17h à 18h pour profiter des derniers rayons de soleil, puis le dîner jusqu’à 19h30. Pas le temps de réellement relâcher la pression qu’arrivent le brief sur la démocratie et les activités du soir. Le coup de grâce intervient avec l’extinction des feux à 22h. Exténués, les jeunes peuvent enfin profiter d’une nuit de sommeil bien méritée.

 

Moustoihi, symbole de Mayotte le 14 juillet

 

Une routine quotidienne qui se répète inlassablement depuis le 21 juin. Avant la cérémonie de clôture organisée ce jeudi 1er juillet avec l’ensemble des volontaires, des encadrants, des personnalités et des membres du comité de pilotage. À l’approche du bilan, les retours s’avèrent plus que positifs. Depuis le début de leur formation, les 43 participants au séjour de cohésion font preuve d’un enthousiasme sans faille. Et une petite surprise de dernière minute s’invite même à la partie. “Le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé pour le 14 juillet la création d’une chorale engagée de 132 jeunes, parmi lesquels 12 jeunes volontaires en service national universel pourront participer. Nous avons alors été contactés pour savoir si nous avions une perle à présenter dans nos rangs », confie la directrice déléguée aux formations professionnelle et technologiques au lycée de Tsararano. « Nous avons fait passer des auditions et l’un d’entre eux a été retenu. Il va alors intégrer le chœur de la chorale et chanter place de la Concorde. C’est vraiment une expérience formidable pour ce jeune qui a été félicité par tous ses camarades.” Élève au lycée Younoussa Bamana, Moustoihi représentera donc fièrement le 101ème département français dans quinze jours lors de la fête nationale dans la capitale.

 

Le SNU quésako ?

 

Le service national universel était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron en 2017. Une session test avait été mise en place en 2019 et avait rassemblé 2.000 volontaires. Cette année, le nombre de ceux-ci a été multiplié par 8.5. Le SNU se présente comme un dispositif qui vise à faire découvrir aux jeunes de nouveaux horizons. Il ne veut en aucun cas être perçu comme un retour du service militaire, suspendu en 1997 par Jacques Chirac, mais comme “une aventure inclusive et universelle pour donner aux jeunes les clés de leur avenir commun”.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

En plus de son plan propreté, Mamoudzou s’attaque à son trafic routier

Ce vendredi 17 septembre, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, a présenté son plan propreté 2020-2030 et signé un arrêté de voirie pour expérimenter...

Dans les yeux des jeunes mahorais avec “Nouveau regard sur ma ville 2021”

Vendredi dernier avait lieu le vernissage de l’exposition photographique “Nouveau regard sur ma ville 2021”. Un projet mis en place par la communauté d'agglomération...

Stéphane Bijoux, député européen : « Notre responsabilité, c’est d’accompagner nos planteurs, nos éleveurs et aussi nos pêcheurs »

Lundi 13 septembre, le député européen de La Réunion Stéphane Bijoux présentait devant le parlement de l'Union sont rapport intitulé "Vers un renforcement du...

Compagnies maritimes : la baisse des rotations pénalise les entreprises de Mayotte

Depuis l’annonce en juin d’une réduction du nombre de navires de CMA-CGM au port de Longoni, les patrons de l’île tirent la sonnette d’alarme....

Mon Pouleti : une polémique qui prend des ailes

Le nouvel abattoir Mon Pouleti a-t-il raté sa dernière campagne de publicité ? Ou au contraire, a-t-il fait un coup de maître ? Les...