Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Jeunes en situation de handicap : comment s’insérer professionnellement ?

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Des chercheurs du centre universitaire de formation et de recherches (CUFR) de Mayotte ont initié le projet MayMobPro (Mayotte mobilité professionnelle) dans l’objectif de traiter le sujet de l’insertion professionnelle et de la construction vocationnelle des jeunes en situation de handicap en lycée professionnel. Lancé en 2020, ce projet d’étude, qui a pour but d’aboutir à des pistes de réflexion, arrive à son terme.

jeunes-en-situation-de-handicap-comment-sinserer-professionnellement
Pendant deux ans, les élèves du dispositif Ulis ont réalisé un film sur leur parcours de formation et leurs stages.

Selon des études, le choix de carrière et la construction de l’identité professionnelle sont des mécanismes longs, plus prononcés pour les jeunes en situation de handicap. Le projet MayMobPro a vu le jour dans le but d’étudier le comportement de ces jeunes et de comprendre leur projection dans le monde professionnel. Afin de mener ce projet, financé par la Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap (FIRAH), les adolescents du dispositif Ulis (Unité localisée d’inclusion scolaire) en lycée professionnel ont été suivi lors de leurs stages, de leurs ateliers et de leur formation professionnelle. « On regarde comment ils se construisent », explique Gaëlle Lefer Sauvage, enseignante-chercheuse au CUFR, à l’origine de cette étude.

Une valorisation du travail

La méthode de recherche est particulière, « car nous sommes en même temps sur une méthode expérimentale, où l’on teste une application de vidéo montage et en même temps, sur une méthode très immersive, quasiment anthropologique », ajoute-t-elle. En effet, pour cette étude, des outils numériques ont été utilisés. Ce choix se justifie par le fait que ces outils participent « à une vraie compensation pour des difficultés ou problèmes d’accessibilité à des besoins pour certains enfants », complète la chercheuse.

Après une présentation des outils et un accompagnement à la prise en main, pendant deux ans, des lycéens en situation de handicap se sont donc filmés pendant leur formation professionnelle et pendant leur stage respectif, avec comme ambition la valorisation de leur travail en milieu professionnel. Pour Cendrine Mercier, enseignante-chercheuse au centre de recherche en éducation de Nantes (CREN) et membre de l’équipe sur cette étude, la vidéo permet « d’avoir une trace et de travailler la trace active. C’est une richesse de leur proposer des images d’eux en action, ils vont donc pouvoir travailler sur quelque chose de très mouvant ». Ce travail leur permettra, entre autres, de mieux comprendre les compétences acquises et développées au travers de leurs gestes. Cinq élèves, issus du dispositif Ulis en lycée professionnel, ont donc réalisé chacun un film sur leurs parcours scolaire respectif. Cette approche de vidéo montage a également été ouverte à d’autres élèves et enseignants, un effet boule de neige qui « finalement, créer un engrenage pris au niveau du lycée », remarque la chercheuse du CUFR.

« Trouver un sens commun à l’école et au travail »

Afin de mener à bien cette étude, et en parallèle au travail d’alternance filmique – situation où le réalisateur est aussi acteur, spectateur et monteur critique – des entretiens avec les familles ont également été menées. En complément, des enquêtes ont été menés en février dernier. Le troisième axe de travail, celui guidé par Cendrine Mercier, spécialiste des usages numériques et bien-être des jeunes, est un temps de dialogue entre deux espaces, l’école et la famille. Familles, jeunes, associations (Mlezi et Messo – partenaires de l’étude), tuteurs de stage, un total de 19 personnes, se sont récemment rassemblées pour « trouver un sens commun à l’école et au travail, rassembler les attentes, espoirs et craintes de chacun », note-t-elle.

Présentation des capsules vidéo de chaque élève, ateliers facilitateurs d’échanges sur une base de petits jeux pour lever les différentes barrières – celle de la langue, notamment – ont rythmé l’atelier participatif. « Je pense que les jeunes étaient fiers d’eux et l’enseignant aussi », confie Gaëlle Lefer Sauvage. Cendrine Mercier quant à elle, explique qu’en fin de réunion, « une élève lève la main et lance, « moi je voulais juste dire que je suis contente de savoir que l’on peut travailler tous ensemble ». Finalement, elle a résumé en quelques mots, ce qu’on devrait tous faire depuis longtemps ».

Et la suite de projet d’étude ? « La rédaction de nos recherches, qui donneront lieu à des pistes de réflexions, mais aussi aideront au maximum les équipes à voir les points de difficultés », argumente l’enseignante du CUFR. Tout au long de l’étude et afin de permettre une continuité dans les actions, une personne ressource – par ailleurs enseignant spécialisé – avait été désignée. Cette personne pourra être le relais, porter le projet et continuer les actions menées. « Le participatif, c’est super important, cela montre que l’on n’abandonne jamais personne », concède l’enseignante-chercheuse nantaise. Cette étude permettra dans l’avenir une potentielle ouverture vers d’autres établissements et la formation d’autres enseignants.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...