Immigration | Bureau des étrangers : 32 personnes reçues

Immigration | Bureau des étrangers : 32 personnes reçues

Hier, une nouvelle mesure prise par la préfecture a permis à un nombre réduit de personnes souhaitant régulariser leur situation auprès du bureau des étrangers de mettre à jour leur carte de séjour. Un tri sélectif des demandeurs était de rigueur.

Le bureau des étrangers de la préfecture ne fonctionne plus normalement depuis mars dernier. Période durant laquelle, grève et mobilisation sociale avaient cerné l'établissement, menant fin juillet, à sa fermeture totale. Le collectif des citoyens de Mayotte et le Comité de défense des intérêts de Mayotte bloquent en effet l'accès au lieu depuis maintenant un mois. Hier, devant le bureau des étrangers de la préfecture, les deux associations manifestaient une fois de plus leur mécontentement face à la décision de la préfecture d’une ouverture partielle bien ciblée. Étienne Guillet, directeur de cabinet du préfet, explicite cette nouvelle position prise pour faciliter les démarches d'un certain nombre d’usagers "qui vivent, de par la situation dans laquelle nous étions avec le service des étrangers fermé, avec une situation personnelle intenable". Et d'ajouter : "Il s'agit de personnes avec des problèmes de santé qui peuvent remettre en cause leur vie, plus largement qui peuvent avoir d'autres aspects sanitaires avec lesquels il faut être vigilant. Des maladies pouvant être à l'origine d'épidémies par exemple".

Le cas des étudiants étrangers pas à l'ordre du jour

En parallèle, le directeur de cabinet met en lumière le cas des enseignants "qui étaient en situation régulière avant d'être reçus ce matin dans le bureau des étrangers, mais ils avaient perdu la régularité de leur séjour puisque ce dernier étant fermé, leur titre était arrivé à expiration". En effet, il s’agit d’enseignants qui étaient sur le territoire et qui ont procédé aux démarches "comme il le fallait" et "qui ont été acceptés sur ce territoire mais qui se sont retrouvés avec un titre de séjour périmé" a-t-il souligné."Nous avons souhaité permettre à ces enseignants de retrouver la plénitude de leurs droits. Pouvoir enseigner tout simplement devant les élèves de Mayotte". Si cette ouverture partielle reste très limitée, d’autres jours d'ouverture sont prévus car tous les cas urgents n’ont pas été traités, à savoir les cas sanitaires assez problématiques et les personnels de l’Éducation nationale qui ne pourront enseigner s’ils se retrouvent en situation irrégulière. En ce qui concerne l’affaire des étudiants étrangers, leur dossier n’est toujours pas à l’ordre du jour : "La décision n’a pas été prise par le préfet, ils ne seront donc pas reçus au bureau des étrangers", a conclu Étienne Guillet. 

 

Une ouverture partielle encouragée par Jean- Michel Blanquer

Lors de son passage sur l'île en début de semaine, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer avait insisté pour que le bureau des étrangers rouvre. "Le bureau des étrangers doit rouvrir dans les plus brefs délais, c'est le rôle du préfet et je lui fais confiance là-dessus", avait-il déclaré. Une allusion probable à la situation des professeurs sénégalais (voir notre article ici) clamant leur droit d’accès à un renouvellement de leur carte de séjour.

Abonnement Mayotte Hebdo