test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Faire le maximum pour qu’il puisse y avoir des bracelets anti-rapprochement »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Justine Benin, coordinatrice interministérielle de la lutte contre les violences faites aux femmes en Outre-mer, était en déplacement à Mayotte en fin de semaine dernière. Depuis septembre, elle va dans l’ensemble des territoires d’Outre-mer afin de rédiger un rapport sur les violences faites aux femmes dans ces territoires. Elle est venue rencontrer des institutions et a échangé tout l’après-midi de vendredi avec les différentes associations du territoire, dans l’hémicycle Bamana, à Mamoudzou.

faire-le-maximum-pour-quil-puisse-y-avoir-des-bracelets-anti-rapprochement
La coordinatrice interministérielle a échangé pendant près de trois heures avec les associations mahoraises travaillant sur la question des violences faites aux femmes, dans l’hémicycle Bamana, au conseil départemental, à Mamoudzou.

Flash Infos : Ce vendredi matin, vous avez rencontré plusieurs institutions pour parler de la lutte contre les violences faites aux femmes. Qu’avez-vous retenu de cette rencontre ?

Justine Benin : Ce que je retiens de mes échanges avec les institutions, c’est que le recteur d’académie (N.D.L.R. Jacques Mikulovic) est conscient des difficultés. Pour tout ce qui concerne la prévention, la sensibilisation dans les collèges, dans les lycées, dans les écoles, il souhaite, encourage et fait en sorte que l’ensemble des enseignants de Mayotte soit formé à ces questions. Il veut absolument former à tous les étages l’ensemble du corps enseignant de Mayotte et je pense que c’est important.

F.I. : Vous venez d’échanger pendant près de trois heures avec les associations, qu’est-il ressorti de vos échanges ?

J.B. : J’ai vu ce qui fonctionne et je sais aussi voir ce qui ne fonctionne pas. Donc à charge pour moi, premièrement, de dire qu’il n’y a pas de conséquences sans cause. Je crois sincèrement que, malgré la vivacité et le dynamisme des associations, partenaires, collectivités et institutionnels, il y a des choses à revoir. On sait que lorsqu’on parle de violence, c’est la résultante de la précarité, de la pauvreté, de l’impasse éducative, de tellement de choses qui font qu’il y a un basculement à un moment. Mais les associations sont là. Ça veut dire que, tout comme moi, elles ont foi et espoir que les choses vont s’améliorer, parce que chaque pas qu’elles font est décisif, et c’est une force.

FI. : Pourquoi était-il important pour vous de venir à Mayotte ?

J.B. : Je ne me voyais pas parler du sujet des violences faites aux femmes en Outre-mer sans aller dans les territoires. À l’époque, quand j’étais parlementaire, je disais souvent qu’on ne pouvait pas venir nous dire quoi faire sans venir dans les territoires. Donc je voulais aller au bout de ce que j’ai dit, aller dans les territoires, au cœur de ce qui se fait. De ce que je retiens, il y a une forte mobilisation des acteurs, qui mettent en place des initiatives et qui sont empreints de lucidité. Ce que je sais c’est qu’en venant dans les territoires, je ne viens pas à nu, j’essaye a minima de regarder ce qui se fait, ce qui existe. Je viens avec la modestie et l’humilité qui commande lorsqu’on arrive sur un territoire « qu’on ne connaît pas ».

F.I. : Quelle est la prochaine étape ? Qu’allez-vous faire de ce que vous avez appris ?

J.B. : Dans le cadre de la mission qui est la mienne, je dois remettre un rapport d’ici le 20 décembre. En termes de recommandations, je vais, entre autres, dire qu’il faut absolument que le Parquet Général puisse faire le maximum pour qu’à Mayotte il puisse y avoir des bracelets anti-rapprochement et des téléphones “grave danger” opérationnels, parce que c’est important. À Saint-Martin aussi, du jour au lendemain, il n’y a plus eu de téléphone “grave danger”, à cause d’un problème de protocole. Je dirais aussi qu’il faut revoir la salle Mélanie (N.D.L.R. salle permettant d’accueillir les auditions médico-judiciaires des mineures victimes de certaines infractions). Mais je dirais aussi qu’à Mayotte, il faudra une deuxième salle Mélanie. Ce n’est pas possible que cette salle se trouve au centre hospitalier de Mayotte et qu’au niveau des services de police et de gendarmerie, il n’y en ait pas. Tout ce que je vais dire c’est ce que j’ai entendu en une journée. Je dirais aussi qu’il y a des associations qui fonctionnent avec toute la détermination que nous connaissons, mais qu’il faut les aider. Il faudra qu’il y ait une proposition de loi sur le cadrage juridique de l’observatoire ultra marin des violences faites aux femmes, car sinon, ça ne se fera pas. La deuxième phase est un colloque que nous allons réaliser à La Réunion, avec des ateliers et des retours d’expérience.

F.I. : Dans le cadre de votre mission, vous êtes déjà allée aux Antilles et en Guyane. Vous allez prochainement sur les îles du Pacifique. Quelles sont les problématiques propres à Mayotte et quels points communs avez-vous pu constater avec les autres territoires d’Outre-mer ?

J.B. : Concernant Mayotte, je vais par exemple voir le Grand cadi pour parler de la polygamie. Je vais aussi faire état du problème de l’illettrisme qui est une cause de la violence et de la méconnaissance des droits. Il y a plusieurs points communs avec les autres Outre-mer, comme la forte mobilisation des associations. Mais en même temps il faut savoir qui fait quoi pour bien coordonner. Il faut mettre en place ici le réseau sur les violences intrafamiliales, les violences faites aux femmes, qui n’est pas non plus dans les autres territoires. Lorsqu’on parle de collecter des données, il n’y en a pas. Il n’y a pas d’observatoire des violences faites aux femmes sauf à La Réunion. Donc, oui, il y a des similitudes. C’est tout l’intérêt de ma mission.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Avec la canalisation réparée à Chirongui, un retour progressif de l’eau ce vendredi

La casse d’une canalisation à Chirongui, jeudi soir, perturbait le réseau d’eau depuis dans le sud de Grande-Terre. Celle-ci a été réparée, indique la...

Assises : ils sont sept à répondre de la série de meurtres de Petite-Terre en janvier 2021

Sept accusés de « meurtre en bande organisée » sont jugés depuis ce vendredi devant la cour d’assises des mineurs de Mayotte, au sujet d’une série...

Les Urgences en difficulté faute de médecins

Depuis la semaine dernière, le service des Urgences du centre hospitalier de Mayotte ne fonctionne qu’avec entre un et trois médecins par garde, ce...

Aller chercher de l’eau, un risque pour les migrants de Cavani

Depuis le 22 mars et la fin du démantèlement du camp du stade de Cavani, à Mamoudzou, de nombreux migrants d’Afrique des Grands lacs...

« Des indicateurs de performance pour évaluer l’efficacité des mesures prises »

Circonscription sud. Candidat au scrutin législatif du 30 juin et 7 juillet, Madi-Boinamani Madi Mari (Agir) avait échoué de peu à se qualifier pour...