L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

L’emploi pour tous à Mayotte : un objectif en passe de devenir une réalité

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Du 15 au 21 novembre a lieu la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap (SEEPH). Pour l’occasion, l’association pour les déficients sensoriels de Mayotte (ADSM) organisait ce lundi une matinée “handicap et emploi” afin de présenter les dispositifs existants à Mayotte. Et ainsi mettre le pied à l’étrier à ce public ainsi qu’aux employeurs.

Depuis 1978, Said Youssouf réalise des charpentes. Menuiserie, charpente, métal et soudures, c’est ainsi qu’il a nommé son entreprise fondée en 2001 à Bonovo, dans le quartier de M’tsapéré. Sourd et muet, le cinquantenaire honore seul les différentes commandes de particuliers et d’institutions publiques. “Quand j’étais petit, je ne suis pas allé à l’école… Pendant mon temps libre, je passais de longues heures à regarder les hommes travailler sur les chantiers. Un jour, l’un d’eux m’a proposé de me montrer comment réaliser des travaux de menuiserie et c’est ainsi que j’ai tout appris”, raconte-t-il en langue des signes et d’un large sourire, ce lundi 15 novembre sur la place de la République à Mamoudzou.

Accueillir, échanger et orienter, tel était l’objectif de la matinée “handicap et emploi”. Un rendez-vous au cours duquel les institutions et les associations de l’île présentaient les dispositifs d’accompagnement à l’emploi à destination des personnes en situation de handicap. “Ces personnes ont des compétences et des qualifications. Les différents établissements publics présents aujourd’hui sont là pour les aider à les mettre en avant et ainsi les amener vers l’embauche”, relate Tanzilou Chanfi, cheffe de service au pôle adulte de l’association ADSM. À l’image de Said Youssouf, dont le parcours tumultueux est un exemple pour tous. Une fois les compétences pratiques acquises, l’artisan s’est fait aider d’un ami pour monter sa société. “Il m’emmenait dans différentes institutions et faisait l’interprète. Ainsi, j’ai pu obtenir des financements et acheter des scies et du matériel pour lancer mon activité”, témoigne l’entrepreneur, qui accueille à son tour depuis un mois un jeune stagiaire sourd et muet afin de lui apprendre le métier. Un excellent moyen de transmettre son savoir-faire et de partager son expérience de vie.

Le duoday pour créer des vocations

Sur le parvis de l’agence d’attractivité et de développement touristique, la maison départementale des personnes handicapées, Pôle emploi ou encore la Mission locale de Mayotte étaient réunis pour renseigner les personnes en situation de handicap ainsi que les entrepreneurs. “Beaucoup de dispositifs à destination des demandeurs d’emploi et des employeurs existent, mais bien souvent ils ne connaissent pas ces outils”, témoigne Allaoui Attoumani, référent travailleurs handicapés au Pôle emploi de Dzoumogné. En effet, en France, toute entreprise de plus de vingt salariés a l’obligation d’employer des personnes en situation de handicap dans une proportion de 6% de l’effectif total. Bien trop souvent encore, les personnes atteintes de handicap se retrouvent éloignées de l’emploi. À l’occasion de la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap se tiendra le Duoday ce jeudi 18 novembre. Le principe de la journée : une entreprise, une collectivité ou une association accueille une personne en situation de handicap, en duo avec un professionnel volontaire. Dans l’optique de créer des vocations et pourquoi pas une collaboration.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait encore...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....