Direction territoriale de la police nationale : Laurent Simonin : “Mayotte est un challenge professionnel”

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Son arrivée à Mayotte n’est pas passée inaperçue. Laurent Simonin succède à Jean-Marie Cavier à la tête de la direction territoriale de la police nationale, après avoir passé une grande partie de sa carrière en région parisienne, à des postes à haute responsabilité. Mayotte était comme une évidence pour celui qui a une carrière remplie de moments marquants.

Il attendait cette nomination depuis longtemps, il l’a enfin obtenue ! Laurent Simonin a quitté la ville de Dreux pour ce petit bout de France, perdu dans l’océan Indien. “C’est la troisième fois que j’essaye de venir ici”, annonce le nouveau directeur territorial de la police nationale à Mayotte. Et si le 101ème département lui tenait tant à cœur, c’est parce qu’il représente un “challenge professionnel” pour celui qui a passé pratiquement toute sa carrière à Paris et en région parisienne. Des années en plein cœur de la capitale durant lesquelles il a tout vu, ou presque, et surtout occupé des postes stratégiques comme celui de responsable de l’ordre public dans la ville Lumière et dans le département de Seine-Saint-Denis.

direction-territoriale-police-nationale-laurent-simonin-mayotte-challenge-professionnel

Au cours de sa vie professionnelle déjà bien remplie, il s’est notamment occupé des manifestations revendicatives et des voyages des chefs d’État français et étrangers. Mais parmi tous ces souvenirs, un évènement l’a particulièrement marqué… “Lors des attentats du 13 novembre au Stade de France, j’étais en charge des lieux”, se rappelle-t-il. Sur l’île aux parfums, Laurent Simonin compte bien se servir de son expérience dans des villes connues pour le trafic important de stupéfiants pour lutter contre ce fléau. “Les techniques d’enquête que nous pouvons mettre en place peuvent être adaptées ici, parce que c’est une criminalité organisée au même titre que les réseaux de passeurs qui existent pour faire entrer à Mayotte les personnes en situation irrégulière”, explique-t-il.

 

Améliorer la communication des unités et conquérir les territoires difficiles

 

Dès sa prise de fonction lundi dernier, Laurent Simonin a tenu à connaître immédiatement ses équipes et leurs méthodes de travail. Parti en mission avec elles, de nuit comme de jour, il se dit agréablement surpris. “Les fonctionnaires sont extrêmement motivés. J’ai été bluffé par le niveau d’implication des adjoints de sécurité. Ceux que j’ai pu voir en métropole n’étaient pas aussi impliqués et n’avaient pas tout le savoir-faire que j’ai pu voir ici”, souligne-t-il. Le nouveau directeur territorial de la police nationale souhaite tout naturellement maintenir ce niveau d’exigence et améliorer les échanges d’informations entre les unités. “L’idée c’est que tout le monde soit au courant des faits de délinquance, que l’on arrive à avoir une bonne communication des personnes qui sont recherchées”, précise-t-il.

S’il sait d’emblée qu’il ne fera pas de grandes révolutions au sein de la DTPN, Laurent Simonin, aspire particulièrement à « regagner » les territoires devenus compliqués. “Nous allons essayer d’avoir une occupation assez méthodique. En général, quand nous avons des difficultés dans un secteur, nous y retournons le lendemain, le surlendemain…” Sans trop en dévoiler pour garder un coup d’avance sur les malfrats.

 

Les attentes des syndicats face à la limitation de ses compétences

 

Autre priorité depuis son débarquement dans le 101ème département ? Rencontrer les syndicats, qui espèrent le voir à la hauteur de son prédécesseur, Jean-Marie Cavier. “Nous voulons qu’il soit capable de s’inscrire dans la dynamique mahoraise avec les Mahorais”, indique Bacar Attoumani, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police Nationale 976. Cela passe notamment par le recrutement de policiers mahorais pour “une meilleure représentativité de la population dans la police, dans toutes les catégories”, ajoute le syndicaliste. Requête à laquelle le directeur territorial de la police nationale n’a pas de réponse satisfaisante à donner pour l’instant. “Je suis quelqu’un de très pragmatique et j’utiliserai tous les leviers pour essayer d’avoir une stabilisation des effectifs, voire une augmentation. Mais la décision ne me revient pas”, confie-t-il.

Du côté d’Alternative Police, le délégué départemental demande plus de moyens. “Nous avons eu des arrivées d’effectifs, de véhicules, du renouvellement de matériel. Nous espérons que Monsieur Simonin continuera dans la lancée de Monsieur Cavier,”, indique Aldric Jamey. Et là encore, Laurent Simonin prend des pincettes car“ce sont des arbitrages nationaux, je ne suis pas la personne qui décide in fine”, avertit-il. Une chose est sûre, tous s’accordent à dire que la protection des policiers est primordiale. Ils doivent maintenant mettre en place une stratégie commune pour l’assurer.

 


 

50 postes de service civique à pourvoir dans la police nationale

 

Le ministère de l’Intérieur a annoncé la semaine dernière son nouveau “Plan 10.000 jeunes”, s’engageant à les accompagner dans leurs études et leur insertion dans la vie professionnelle. Ce programme est destiné à la population en difficulté à la suite des confinements. “Il propose des stages et des offres d’emplois aidés pour les jeunes, essentiellement étudiants ou en difficultés économiques et sociales”, précise Thierry Lizola, brigadier en charge du bureau partenariat et prévention à Mayotte. Sur le territoire, cela se concrétisera par 50 postes de service civique en police nationale, 30 stagiaires en classe de troisième et 60 pour le lycée. Il s’agira de stages de découverte qui permettront aux jeunes de se familiariser avec les différents métiers de la police nationale. Les jeunes intéressés peuvent envoyer leur candidature à l’adresse e-mail suivante : plan10000@mayotte.pref.gouv.fr

Mais il ne faut pas traîner, les places sont très convoitées : huit contrats ont déjà été attribués à l’arrivée du nouveau directeur territorial de la police nationale. Et si les jeunes sont aussi motivés pour intégrer ce service civique c’est parce qu’il leur ouvre les portes du monde du travail. “Certains sont dans une démarche de demande d’emploi, d’autres ont intégré les entreprises de sécurité et puis quelques-uns sont dans la police nationale. Nous avons deux gardiens de la paix et cinq adjoints de sécurité et deux attendent leur incorporation dans une école de police. 25% des jeunes ont trouvé un emploi à temps plein”, énumère Thierry Lizola. La grande majorité des autres ont repris leurs études. Au-delà de l’insertion professionnelle, le service civique leur apprend à être des citoyens en leur rappelant leurs droits et devoirs. Leur mission est d’une grande aide pour la police nationale puisque ces jeunes sont souvent aux abords des établissements scolaires dans le but d’assurer l’ordre public. “Leur présence a beaucoup apaisé les choses, pas forcément sur les actes les plus graves, mais elle tempère les ardeurs du socle bas de la délinquance”, insiste Laurent Simonin.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...