Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Les gardiennes de la mémoire » honorées à Mamoudzou

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

Magic System et Koba LaD à la deuxième édition du festival Sanaa

La deuxième édition du festival Sanaa est centrée autour des musiques à tendance urbaine et World music. Cette année, cinq artistes internationaux, trois régionaux...

Des grandes marmites de fête, divers objets artisanaux en grande quantité, des broderies mahoraises à l’ancienne étaient visibles, place de la République, à Mamoudzou, ce mercredi. Des scolaires, des mamies et des papys, les officiels et un public nombreux étaient là pour apprécier la restitution des travaux de Julia Maria Lopez, qui a souhaité rendre hommage aux femmes mahoraises.

Sur la place de la République à Mamoudzou, mercredi matin, la restitution des travaux de Julia Maria Lopez commence. Cette artiste franco-colombienne est en résidence dans le sud de Mayotte depuis trois ans. Le projet culturel s’intitule « Gardiennes de la mémoire » et tend à rendre hommage aux femmes de Mayotte, des plus illustres d’entre elles aux plus anonymes, gardiennes de traditions millénaires qu’elles transmettent au quotidien, générations après générations, dans les villages et les régions de notre île. Parisienne de son état, Julia Maria Lopez est arrivée dans le département en 2019 sur invitation de la direction des affaires culturelles de la préfecture de Mayotte pour une courte visite. L’objectif recherché était de lui permettre d’asseoir un projet de travail sur le tissu, son domaine de prédilection. Après divers déplacements et observations dans les communes locales, elle a choisi de s’implanter dans le sud de l’île, à Bambo-Ouest, dans la commune de Bouéni, tout en élargissant son champ de travail dans les environs à Passi-Kéli, dans la commune de Kani-Kéli. Elle y a développé un solide partenariat avec la Fédération des associations artisanales et agricoles de Bouéni (FAB), que préside Daourina Romouli, et s’y est mise en résidence jusqu’à la semaine dernière.

Le Covid-19 avait quelque peu bousculé son programme, mais ne l’a pas empêché de s’adapter pour poursuivre son travail avec les femmes de cette localité. C’est ainsi qu’elle a pris le temps d’écrire son projet culturel. Avec l’appui d’Ansufati Halidi, fondatrice de la structure MayPat Culture, qui servit de lien avec la FAB, l’artiste a su participer à beaucoup d’activités avec les cocos (grands-mères), les femmes actives et engagées dans la préservation du patrimoine matériel et immatériel de Mayotte mais aussi les jeunes, notamment les scolaires. Elle a su énormément se nourrir de tous ces expériences triées des actions de la vie quotidienne de la femme mahoraise, dans un partage et une transmission intergénérationnelle. « Mes recherches m’ont conduite dans plusieurs communes du sud de Mayotte, j’y ai découvert les femmes mahoraises dans leur authenticité, leur histoire si particulière, leur rôle dans la société, les figures emblématiques comme l’illustre Zéna Mdéré, Zakia Madi, leur prise de pouvoir dans leurs foyers et l’action politique et l’éducation des enfants, en prenant la nature pour fondement », souligne fièrement l’artiste, qui a pu montrer son travail devant les élues chargées de la culture au Département de Mayotte, à la commune de Mamoudzou et des représentants de la direction des affaires culturelles de la préfecture de Mayotte.

Des grands-mères très impliquées

C’est imprégné de toutes ces expériences, des histoires individuelles ou collectives que l’artiste a travaillé ses tissus en crosant différents motifs, restitués sur un « nambawane » (étoffe à la base de la tenue traditionnelle des femmes mahoraises) qu’elle est allée faire imprimer en Tanzanie, mais également sous la forme d’une peinture monumentale, fruit d’un travail collectif, en rapport avec la nature. De son côté, Ansufati Halidi de MayPat Culture loue l’implication des grands-mères du sud, des écoles primaires et du centre communal d’action sociale (CCAS) de la commune de Bouéni. « Nos enfants ont fait un travail formidable, ils ont eu à dessiner l’ensemble des emblèmes des 17 communes mahoraises, des vrais œuvres d’art transposées sur des tissus, en format « tchandarouwa » (N.D.L.R. larges morceaux de tissus aux motifs multicolores brodés à la main par de groupes de femmes et qui servent à décorer des espaces publics devant accueillir des évènements festifs). L’événement de ce matin a déjà fait l’objet d’une première restitution à Bambo-Ouest, le 15 septembre, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Mais, nous avons proposé à la commune de Mamoudzou de l’accueillir aujourd’hui, une deuxième fois pour en faire profiter à un public encore plus large. Nous sommes ouverts à toute forme de partenariat, localement, même au national et à l’international. Les personnes intéressées peuvent nous contacter via le CCAS de Bouéni. Nous sommes désireuses de voir cette initiative reprise par d’autres sur l’île pour qu’elle se propage au maximum et sommes prêtes à épauler toutes celles qui le désirent », déclare la fondatrice de MayPat Culture. Cette matinée de restitution de l’œuvre de Julia Maria Lopez a été l’occasion de nombreux artisans du sud de l’île d’exposer et vendre leurs produits, mais également à des mamies et des papys de jouer avec des enfants, permettant une transmission de connaissances ancestrales (bikini bakana, sapa sapa, etc…).

Un hommage appuyé a été rendu à deux mamies de Bambo-Ouest, deux sœurs (dont l’une est décédée récemment), Moina Maoulida et Mariame Soilihi, sans le concours desquelles cette résidence n’aurait pas été un succès.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...