100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

À Dembéni, la première laverie solidaire de la Cadema sort de terre

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Ce mardi 2 novembre avait lieu l’inauguration officielle de la première laverie solidaire de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou. Une première pierre à l’édifice pour un projet de dix laveries de ce genre à l’horizon 2023.

Laissez passer, laissez passer. Nous voulons laver notre linge !” Dès le cordon tricolore coupé et la laverie solidaire inaugurée sur la place de la Rose à Dembéni, les habitants du quartier se ruent pour étrenner les nouveaux appareils. Dans le local, des machines flambant neuves de 8 à 14 kg permettront à tous ceux qui le souhaitent de bénéficier d’un service de lavage écologique et économique. “L’objectif de ce projet est avant tout de permettre à la population vivant dans une situation de précarité de laver et sécher son linge dans des conditions optimales”, déroule le maire de la commune, Saïdi Moudjibou, très enthousiaste à l’idée d’offrir ce service innovant à ses administrés.

Un projet aux multiples enjeux

80 centimes pour une machine de 8 kg, 1.30 euros pour 14 kg et 10 centimes les 10 minutes de séchage… Le tout avec une lessive écologique !”, se félicite le président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, Rachadi Saindou. Des tarifs très attractifs destinés à attirer un large public et à endiguer le lavage en rivière. Liza Mahamoudou, la vice-présidente de la Cadema, en charge de l’eau, l’assainissement et la gestion des milieux aquatiques, évoque un projet “écologique, social et sociétal”. “Souvent, ces familles n’ont pas accès au réseau d’eau potable. La laverie solidaire est une avancée considérable pour le territoire et répond parfaitement aux problématiques causées par les lessives en rivière qui sont un désastre sanitaire et écologique.” Comme celle-ci, quatre autres laveries verront le jour en 2022 à Hajangua, Mtsapéré, Cavani et Kawéni. Des lieux de vie et d’échange où les élus espèrent voir les habitants nombreux.

La laverie en quelques chiffres

Du lundi au samedi, de 7h à 12h, les riverains pourront venir laver leur linge dans les tambours de la laverie solidaire. Pour les accueillir, un agent du centre communal d’action sociale de Dembéni se chargera de la mise en marche des machines tandis que les clients régleront les frais de lavage dans une borne automatique. Un investissement unitaire de 175.000 euros, simple et innovant, financé par l’agence régionale de santé, l’État et la Cadema. Reste à espérer que le projet continue à tourner rond.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...