100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

L’économie sociale et solidaire et l’entrepreneuriat au féminin au coeur du mois de novembre

À lire également

Larissa Salim Bé, une miss qui excelle

Elle a été élue le 31 octobre à Ouangani. Larissa Salim Bé est la nouvelle miss excellence Mayotte et a tout pour plaire. Elle...

Crêpage de chignon autour de l’événement Miss Mayotte

L’événement n’en finit plus de faire jaser. Alors que la prochaine Miss Mayotte sera élue le 7 novembre, une jeune association culturelle, Model Agency...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Département de Mayotte : Un dernier vœu et puis s’en va pour le président Soibahadine

Ce jeudi 14 janvier, le président du Département, Soibahadine Ibrahim Ramadani, a adressé ses vœux à la population, et plus particulièrement aux officiels du...

La chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte organise sa cinquième édition du « mois de l’ESS » en novembre. Plusieurs manifestations auront lieu dans différentes communes du territoire pour permettre au public d’assimiler ce concept. La Cress devra également composer avec la 4ème édition du salon de l’entrepreneuriat au féminin qui se tiendra ce mercredi 3 novembre à Coconi et qui a pour objectif d’inciter les femmes à devenir des cheffes d’entreprise au même titre que les hommes.

Un mois pour parler de l’économie sociale et solidaire, vulgariser le concept et le rendre plus accessible. C’est le challenge que se lance la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte depuis sa création il y a maintenant cinq ans. Ce mardi 2 novembre se tenait le premier évènement du « mois de l’ESS » à la place de la République à Mamoudzou. Une trentaine de structures, entreprises et associations ont participé à la matinée et ont pris part à la table ronde avec des professionnels de tout horizon.

economie-sociale-solidaire-entrepreneuriat-feminin-mois-novembre

Les questions fusent, pourtant l’économie sociale et solidaire n’est pas inconnue dans le 101ème département. Elle existe dans la tradition mahoraise sous différentes formes. « L’ESS est déjà dans l’ADN des Mahorais. À titre d’exemple à Mayotte, nous avons le principe de la musada. Quand quelqu’un a un projet, tout son entourage se mobilise pour intervenir financièrement et faire aboutir le projet. Il y a aussi le chicoa, ailleurs c’est appelé la finance solidaire et les réglementations sont strictes, ici c’est nous qui faisons les réglementations », indique Kamal Youssouf, directeur de la CRESS Mayotte. La musada et le chicoa se font encore sur l’île, mais pour des occasions personnelles telles que les mariages ou la construction d’une maison. Le directeur de la Cress Mayotte aimerait que les Mahorais se servent de l’économie sociale solidaire à des fins professionnelles. « Tous les projets peuvent être accompagnés. C’est une économie du quotidien, qui répond aux problématiques de la population et qui est adaptée à toutes les activités humaines. »

Ce « mois de l’ESS » est également organisé pour donner la parole aux acteurs qui ont adopté l’économie sociale et solidaire. La Cress va récolter leurs témoignages afin qu’ils soient entendus au niveau national lors du congrès de l’économie sociale et solidaire qui aura lieu le 10 décembre prochain. « Nous avons programmé des débats sur la thématique de la résilience économique à la suite de la crise sanitaire. Nous allons sonder les structures ESS de Mayotte pour connaître leur réalité afin de mieux porter leurs voix. Lors de ce congrès en métropole, il y a aura un débat avec les candidats officiels à l’élection présidentielle », annonce le directeur de la Cress de l’île.

Encourager les femmes à devenir des cheffes d’entreprise

La Cress s’engage également dans l’entrepreneuriat au féminin en partenariat avec le BGE Mayotte, la direction régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes et la communauté de communes du Centre-Ouest. En ce sens, la quatrième édition du salon de l’entrepreneuriat au féminin se tient ce mercredi 3 novembre à Coconi. « Il s’agit de l’édition de l’émancipation. La femme est sujette à certains freins lorsqu’elle se lance dans l’entrepreneuriat, nous voulons donc proposer des méthodes, des aides qui permettront de lever ces freins et rendre les femmes totalement autonomes », précise Sonia Anli, la directrice de BGE Mayotte. Cette journée permettra de présenter l’écosystème en mesure d’accompagner celles qui veulent franchir le pas. La couveuse d’entreprises Oudjérébou, l’Adie, Créa’pépite, Pôle emploi, la Cress… Tous seront présents pour répondre aux questions du public !

economie-sociale-solidaire-entrepreneuriat-feminin-mois-novembre

Et comme il n’y a pas d’âge pour se lancer dans l’entrepreneuriat, les étudiants de deux classes de BTS du lycée des Lumières et de celui de Sada seront les invités spéciaux de cet événement. Ils seront sensibilisés à l’écosystème entrepreneuriale et à l’ensemble des dispositifs. « La promotion de la femme doit permettre de susciter l’envie d’entreprendre, peu importe le genre, les études ou l’appartenance sociale », soutient Sonia Anli. Un travail grandement nécessaire puisque les chiffres sur les femmes créatrices d’entreprises sont à la baisse dans l’île, alors que Mayotte figurait parmi les bons élèves il y a quelques temps. Les femmes accompagnées par le BGE en 2021 représentent 24% des entrepreneures contre 41% en 2019 et en 2020. « De moins en moins de femmes qui viennent nous voir… À travers le salon de l’entrepreneuriat au féminin, nous voulons comprendre ces chiffres, définir les freins et trouver des solutions », annonce la directrice du BGE du département. Parmi ses propositions ? Le coaching consacré à la gente féminine. Cet accompagnement pourrait redonner confiance aux femmes qui sont parfois en proie aux doutes en raison du contexte social et traditionnel.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...