100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Coopération régionale : Jane Jaquin, nouvelle ambassadrice de Mayotte à Zanzibar

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

D’animatrice de concours de beauté à directrice de l’association Franco-Zanzibarite en Tanzanie, Jane Jaquin a un parcours professionnel éclectique. Cette touche à tout mahoraise a récemment été nommée par l’association France Volontaires pour représenter son île à Zanzibar. Sa mission consiste à favoriser les échanges entre l’île aux parfums et l’archipel tanzanien avec qui nous avons déjà plusieurs points en commun, notamment culturels.

Flash Infos : Que fait l’association Franco-Zanzibarite ?

Jane Jaquin : L’AFZ (association Franco-Zanzibarite) est une association de droit local dont la mission est de promouvoir la langue et la culture française. Elle constitue la seule implantation française dans ces domaines à Zanzibar et travaille en réseau avec les Alliances Françaises de Dar es Salaam et Arusha. Nous donnons des cours de français à tous et dans le contexte touristique de l’île, aux professionnels désireux d’accueillir les Français et de leur faire découvrir Zanzibar et sa riche culture.

FI : Quelles seront vos missions en tant qu’ambassadrice de Mayotte à travers cette association ?

J. J. : En tant que directrice de l’AFZ, sous statut de Volontariat de Solidarité Internationale (VSI), je travaille avec le conseil d’administration au développement des activités pédagogiques et culturelles. Il va de soi que ce travail en tant qu’ambassadrice de Mayotte à Zanzibar sera accompagné d’une coopération avec notre département. Ma mission ainsi que celle de mes deux autres collègues mahoraises (trois mahoraises font du VSI en Tanzanie) en Tanzanie, est de développer les échanges avec Mayotte car nous avons à apprendre des uns et des autres, aussi bien sur le point linguistique que culturel.

FI : De quelles manières allez-vous mettre en valeur Mayotte ?

J. J? : Je fais systématiquement la promotion de mon île, quel que soit l’endroit où je me trouve, même à Mayotte ! Mon premier voyage en Tanzanie était avec Ousna Attoumani, alors Miss Mayotte. Nous étions invitées en tant qu’ambassadrices de Mayotte et nous étions heureuses de promouvoir notre département qui se trouve juste à côté. À présent, à travers les activités culturelles et pédagogiques que nous organisons à l’AFZ et avec les Alliances Françaises soutenues par l’Ambassade de France en Tanzanie, nous pouvons inviter des artistes et travailler avec eux, organiser des séjours culturels et linguistiques et des événements avec Mayotte et Zanzibar, faciliter les échanges entre les acteurs souhaitant aller dans les deux pays.

Il existe de nombreuses façons de valoriser notre île et c’est tous ensemble que nous y arriverons. Voilà pourquoi il est important aussi que nous soyons présents dans la région et que nous travaillions en réseau. Mes deux collègues mahoraises et moi sommes toutes des ambassadrices de Mayotte. Notre travail et les liens que nous créons ici font partie de notre mission de promotion du département. Et nous le faisons avec le soutien du conseil départemental, par le biais du dispositifde Volontariat de Solidarité Internationale avec France Volontaires.

FI : Qu’est-ce que cela va changer pour les Mahorais ? Peut-on espérer un meilleur échange culturel et économique entre Mayotte et Zanzibar ?

J. J. : J’y compte bien ! C’est ma mission ! Ce qui va changer concrètement c’est qu’il y a désormais une présence de compatriotes de référence sur le territoire. Vous pouvez prendre contact avec nous si vous venez en vacances, si vous avez un projet d’échanges, ou pour toute autre raison. L’AFZ est ouverte à tous et nous apprécions les échanges entre nos membres et les francophones. J’ai été très émue par l’histoire d’une dame venue faire du commerce et qui s’était retrouvée seule à Zanzibar lorsque Mayotte avait été remise en confinement. Lorsque vous partez à l’étranger, il y a des petites préparations et précautions à prendre, j’espère pouvoir guider les Mahoraises et Mahorais se rendant à Zanzibar. Je tiens vraiment à rappeler que partir c’est bien, partir préparée c’est mieux !

FI : Comment Mayotte peut-elle tirer des avantages de cette coopération ?

J. J. : Mayotte a tout à tirer de cette coopération. De par notre position dans le canal du Mozambique et cette richesse culturelle et linguistique que nous partageons avec la région. Il est temps que nous soyons représentés et connus puisque nous sommes le seul département français dans le canal du Mozambique. Nous sommes riches par cette double identité, nous avons autant à offrir qu’à recevoir. Mayotte et tous les Mahorais ne peuvent que tirer profit d’une ouverture sur la région. Nous parlons très souvent de nous ouvrir à l’international : l’international, j’y suis, et c’est à une heure de vol de la maison !

FI : Pourquoi est-ce important pour vous de représenter Mayotte en Tanzanie et plus précisément à Zanzibar ?

J. J. : Cela fait presque deux ans que j’étais partie seule sur le continent africain. Chaque Mahoraise et Mahorais qui part est une porte ouverte pour faire découvrir Mayotte, que l’on connaît mal dans la région. Je veux aussi donner envie aux Mahorais de découvrir les autres territoires. Nous avons très souvent peur de partir à l’étranger. J’ai fait une première expérience, montré que cela était possible et à présent je continue la promotion de Mayotte avec un accompagnement et un encadrement qui, je l’espère, sera aussi celui de nombreuses et nombreux d’entre nous. Représenter Mayotte, en soutien avec le conseil départemental, France Volontaires et les fonds européens, est une opportunité incroyable aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Nous avons beaucoup à découvrir sur nous à Zanzibar et en Tanzanie, berceau du peuple swahili avec lequel nous partageons une histoire, une culture et une langue.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...