test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : Du riz contenant des morceaux de plastique découverts par des consommateurs

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

L’Office national d’importation et de commercialisation de riz aux Comores a fait le point sur des sacs de riz qui contiendraient des morceaux de plastique aux Comores. Des explications qui se sont imposées comme nécessaires après la diffusion sur les réseaux sociaux de plusieurs vidéos montrant du riz contaminé au plastique, en pleine période de pénurie.

C’est la panique en ce moment aux Comores depuis la publication sur les réseaux sociaux depuis trois jours de deux vidéos dans lesquelles des habitants affirment avoir découvert des corps étrangers, notamment des morceaux de plastique, dans des sacs de riz ordinaire. Le premier témoignage vient d’une femme qui a filmé la scène où elle montre une assiette avec des morceaux ressemblant à des vers. Elle dit que tout cela provient d’un riz ordinaire. Le lendemain, un chef d’une localité appelée Ivembeni, située à l’ouest de la Grande Comore, a également, toujours sur Facebook, fait une déclaration dans laquelle il lance l’alerte. La personne qui tenait le smartphone zoomait au point de laisser apparaître ces corps étrangers retrouvés dans un sac de riz de 25 kilogrammes. Pour lever les doutes et balayer les théories complotistes, le consommateur a demandé au cameraman de s’approcher pour bien visionner. Effectivement les éléments cités étaient perceptibles. Le chef de la localité a confirmé que plusieurs foyers ont fait ces mêmes découvertes.

Le riz ordinaire est le produit le plus consommé par la population comorienne. Depuis plus de 40 ans, l’État a créé une entreprise nationale pour tout gérer. C’est l’Office national d’importation et de commercialisation de riz aux Comores (Onicor). La société qui rencontre des difficultés financières depuis quelques années commande et vend aux grossistes le riz avant même que le produit ne soit sorti des douanes. L’Onicor a le monopole jusqu’à présent, même si fin juillet 2023, le gouvernement a sorti un décret qui libéralise le secteur.  En attendant que la procédure soit achevée pour permettre à de grands commerçants de se positionner, l’Onicor reste la seule institution autorisée à distribuer le riz ordinaire. Ainsi, face aux craintes nées après la publication des vidéos de ces derniers jours, la direction de l’Onicor a tenu une conférence de presse ce mercredi.

“Personne ne nous a saisis”

L’entreprise publique dit dans un premier temps comprendre que de telles révélations suscitent une inquiétude grandissante. « Mais, on n’a jamais fui nos responsabilités. Toutefois, il convient de souligner qu’à propos de ces corps étrangers découverts, personne ne nous a saisis. Ce qui nous aurait permis de retracer au plus vite l’origine du sac jusqu’au bout. Mais cela ne nous a pas empêché de mener des investigations. C’est vrai, un de nos clients, qui avait acheté auprès de nos grands fournisseurs 60 sacs, a reconnu avoir vendu à cette personne qui a découvert les plastiques. Il s’avère que ce lot fait partie de la dernière cargaison déchargée mi-mai« , a reconnu, le directeur commercial, Omardine Mohamed. Il notera en revanche qu’excepté ce signalement, aucun consommateur implanté dans la région où l’on a fait ces révélations ne s’est plaint de la qualité de la céréale blanche. « Nous regrettons qu’il ne se soit pas tourné vers nous, ce qui aurait pu faciliter l’enquête avec le numéro de série du sac. Encore une fois, nous assurons à la population que nous ne commandons pas une cargaison sans tenir compte de tous les aspects de qualité« , a rajouté le directeur commercial. Il acquiesce que dans la dernière cargaison reçue, l’Onicor a essuyé des pertes dues à des conteneurs mouillés après 45 jours de transit au port d’Anjouan, au point d’impacter une quantité importante de riz. Une demi-grossiste a confié à Flash Infos que sur un conteneur qu’elle a voulu acheter, seuls 500 sacs sur 1200 ont pu être récupérés.

“Nous sommes strictes quant à la qualité du riz que nous importons »

Mais, ont assuré les conférenciers, tous les conteneurs jugés non consommables ont été mis sous scellé en présence du service phytosanitaire du pays. « C’est dire que nous sommes strictes quant à la qualité du riz que nous importons« , a martelé, le conseiller technique auprès du directeur général, Amerdine Mohamed, qui a détaillé les étapes de certification qu’ils suivent scrupuleusement depuis le pays d’importation jusqu’à la livraison à Moroni. Il a précisé que, contrairement à de nombreux pays africains, les Comores, en dépit de sa consommation négligeable (60 000 tonnes par an), commandent du riz avec 10% de brisures. « Ce n’est pas tout, pour l’inspection, nous travaillons avec un des leaders mondiaux en la matière à savoir l’entreprise suisse SGS. Une fois à Moroni, nous envoyons des échantillons en France pour vérification avant de payer le reste au fournisseur« , s’est vanté Amerdine Mohamed. Raison pour laquelle le chef de la logistique de l’Onicor dit être prudent par rapport aux produits retrouvés dans le sac de 25 kilogrammes mis en ligne. Sûr de lui, il promet des poursuites judiciaires contre ceux qui ont tenté de nuire à l’image du pays. A l’entendre, il ne peut s’agir que d’un cas isolé. Le service phytosanitaire ne s’est pas encore prononcé. A propos de la pénurie qui touche les trois îles plus particulièrement, Anjouan et Moheli, l’Onicor a annoncé le déchargement d’ici quelques jours de conteneurs de riz.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...