Publicités

Commémoration des déportés de la Seconde guerre mondiale à Pamandzi sous Covid-19

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Le dernier dimanche d’avril est la journée nationale du souvenir de la déportation. Des commémorations sont organisées sur tout le territoire national pour rappeler cette partie sombre de l’histoire de la France pendant la Seconde guerre mondiale. Même si Mayotte n’a pas été touchée, il est important pour les représentants du gouvernement d’honorer la mémoire des déportés, notamment auprès des jeunes. Une cérémonie de commémoration a eu lieu ce dimanche à Pamandzi, mais Covid-19 oblige, le public n’a pas pu y assister.

8h30 précise, le son qui sort de la trompette résonne sur la place de la mairie à Pamandzi. Il marque le début de la cérémonie de commémoration en hommage aux déportés de la Seconde guerre mondiale. En temps normal, le lieu aurait été rempli d’élèves, d’anciens combattants, de différents élus, ou encore d’historiens. Mais le contexte sanitaire ne permet toujours pas l’organisation de cérémonie en présence de public. Alors celle-ci a lieu avec un nombre restreint de personnes. La directrice de cabinet du préfet de Mayotte et le maire de Pamandzi sont les principaux acteurs, entourés de quelques adjoints.

commemoration-deportes-seconde-guerre-mondiale-pamandzi-covid-19-3

« Dans l’avenir, il est important que l’on puisse associer plus de personnes et notamment la jeune génération… Demain, elle doit pouvoir expliquer tout cela, mais il faut qu’elle ait été informée, formée et qu’on lui ait donné tous les éléments de compréhension », déclare Laurence Carval, la directrice de cabinet du préfet. Conscient de ce travail de préservation de mémoire, la commune de Pamandzi dit mettre en œuvre des actions pour instruire les plus jeunes. « On fait des animations, notamment au niveau de la bibliothèque qui était fermée depuis quatre-cinq ans et que j’ai rouvert. C’est un lieu de lecture qui permet aussi de réfléchir sur ce qu’il s’est passé. C’est d’autant plus important dans ce contexte de violence commis par des jeunes contre des jeunes. On est là pour les accompagner à ne pas faire ce genre de massacre », affirme Madi Souf, le première magistrat de la commune.

 

Mayotte épargnée, mais Mayotte solidaire

 

Selon les historiens, Mayotte n’a pas été touchée par cette période sombre de l’histoire, mais il est nécessaire de la rappeler. « C’est l’ensemble de la communauté nationale qui se recueille, qu’elle ait été atteinte dans sa chaire ou pas. Que l’on soit à Mayotte ou ailleurs, je pense qu’il est important que tout le monde puisse avoir cette vision de ce que peut donner une société dont les règles qui prévalent à son fonctionnement sont ceux d’une catégorisation des personnes et d’une non reconnaissance du statut d’être humain à une personne », souligne Laurence Carval.

Maintenir cette commémoration à Mayotte est un moyen de montrer notre solidarité au peuple massacré pendant la Seconde guerre mondiale. Elle change également les habitudes des Mahorais. « À chaque fois, on nous indexe d’être une société orale. Il faudrait donc garder au moins ces souvenirs qui nous restent. Un jour comme aujourd’hui sert à rappeler aux jeunes qu’il y a eu des horreurs pendant la deuxième guerre mondiale », selon Madi Souf. C’est donc ensemble, de manière solennelle, que la directrice de cabinet du préfet et le maire de Pamandzi ont déposé la gerbe sur le symbole patriotique de place de la mairie qui rend hommage aux enfants morts pour la France.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...