L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Comme tous les Malgaches, nous sommes vraiment attristés »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Alors que le dénouement de l’élection présidentielle approche à Madagascar, Youssouf Thany, président de la fédération des associations malgaches, revient sur le projet de « Maison de Coopération » pour une meilleure représentation des ressortissants à Mayotte et regrette l’image renvoyé par le pays au cours du scrutin dont les résultats définitifs tomberont le lundi 4 décembre.

Flash Infos : Quel est l’historique de la fédération et son rôle ?

Youssouf Thany : Notre activité a démarré en 2014. Bien avant, il y avait une sorte de plateforme réunissant toutes les associations malgaches. L’idée était d’en faire une seule association, une fédération, et d’avoir un organisme moral qui représente la communauté malgache. C’est ce qui s’est passé. J’ai eu la chance d’être nommé président à l’époque. Aujourd’hui, je souhaite céder ma place. Cette fédération est d’abord un espace commun où l’on se rencontre et où l’on réalise des activités inter-associatives. Certains membres organisent leurs propres événements, comme l’association des ressortissants de Majunga. Nous avons aussi des activités communes, comme pendant la fête nationale (N.D.L.R. le 26 juin). On propose également des actions humanitaires. En 2022, on a notamment aidé la population malgache qui a souffert du kéré.

F.I. : Où en est le projet d’une Maison de la coopération censée faire office de consulat à Mayotte ?

Y.T. : Depuis quelques temps, on me dit qu’un appel d’offres a été renouvelé pour qu’un agent de Mayotte soit en poste à l’ambassade de France à Madagascar, au sein du bureau de la coopération décentralisée. C’est cet agent qui doit mettre en place une Maison de la coopération à Mayotte, mais cela n’est pas encore finalisé. L’idée est simplement d’avoir une représentation du gouvernement. Auparavant, on pensait qu’installer un consulat avec pignon sur rue était impossible étant donné les problèmes diplomatiques entre Madagascar et Mayotte. Mais Madagascar soutient Mayotte, sans le faire ouvertement. Le pays cherche surtout l’aide des Comores pour récupérer les îles Éparses. Aujourd’hui, ce qu’on nous propose, c’est de faire une « Maison de Madagascar » au sein de laquelle une personne serait en charge des affaires courantes, notamment récupérer un extrait de naissance, organiser le vote pour la présidentielle… Il faudrait que cette personne soit nommée par l’Ambassade de France.

F.I. : Le 4 décembre, la Haute cour constitutionnelle devrait confirmer la réélection d’Andry Rajoelina à la présidence du pays. Comment avez-vous vécu cette campagne présidentielle ?

F.I. : Comme tous les Malgaches, nous sommes vraiment attristés. On parle de Madagascar comme un pays sujet à des démêlés. On a voté, mais beaucoup ne reconnaissent pas le président qui est là. Ce n’est pas à nous de déterminer si l’élection s’est déroulée dans les règles, mais le fait que le pays ne soit pas stable nous gêne. Ça freine tout investissement étranger nécessaire pour que le pays avance. Le collectif des candidats dit qu’il y a eu des magouilles et qu’il ne reconnaît pas ce vote…

F.I. : Craignez-vous des émeutes une fois que les résultats seront annoncés ?

F.I. : Je ne pense pas qu’il y aura des dérapages. Les événements se passent uniquement à Antananarivo. Peut-être qu’il y aura des échauffourées à Tana, mais cela ne touchera pas les Provinces, qui sont presque toutes acquises à la cause d’Andry Rajoelina. Je pense que c’est toujours le nombre qui l’emporte. Mais bon, après ce vote, si la victoire d’Andry Rajoelina est confirmée, certains vont crier.

F.I. : Avez-vous senti que la diaspora était sensible à cette élection et ses enjeux ?

F.I. : Le problème qu’il y a, c’est la guéguerre entre les personnes qui vivent sur les côtes et celles qui viennent des Hauts-Plateaux. C’est d’ailleurs pour ce motif que l’association qui représente les ressortissants d’Antananarivo a quitté la fédération.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...