L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Coconi au cœur de l’innovation et de la visite ministérielle

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Lauréat de l’appel à projets « France Relance 2030 », le pôle d’innovation intégré de Mayotte (P2IM) va continuer à se développer grâce à une enveloppe de 1,5 million d’euros. Ce mercredi, au pôle d’excellence rurale (PER) de Coconi, le ministre chargé des Outremers, Philippe Vigier, a eu le droit à un point d’étape du projet, ainsi que des visites du laboratoire et du jardin. Ensuite, il a rencontré des acteurs du monde culturel à Kawéni (voir encadré).

C’est en connaisseur que Philippe Vigier est rentré dans le laboratoire du pôle d’excellence rurale (PER) de Coconi, mercredi matin. « Ça, c’est une centrifugeuse. Elle fait combien de toursminute ? », demande le ministre chargé de l’Outremer, biologiste de profession. Comme d’autres représentants de l’État, du Département de Mayotte, de l’Adim (l’Agence de développement et de l’innovation de Mayotte, qui porte le projet du PER), le membre du gouvernement était dans le centre de l’île pour faire le point sur l’appel à projet « France Relance 2030 » remporté par le pôle d’innovation intégré de Mayotte en mars dernier.

Ce P2IM, c’est en fait la partie recherche du PER, un laboratoire réparti sur plusieurs salles dans lequel une équipe travaille sur la faune et la flore de l’île, dans ce qui est « le berceau de l’agriculture mahoraise », comme l’ont rappelé Youssouf Ambdi et Ben Issa Ousseni, respectivement maire de Ouangani et président du conseil départemental de Mayotte. L’an dernier, les premières machines ont été installées pour aider la recherche dans les domaines de la cosmétopée et la pharmacopée, deux domaines dans lequel l’île a de sérieux arguments. « Sur ces marchés, il ne faut pas être bon, il faut être excellent », rappelle Fahoullia Mohammadi. La déléguée à la recherche et à l’innovation au rectorat de Mayotte loue l’aide apportée par Cosmetic Valley (un pôle dédié au développement de la filière), représenté ce jour-là, par son directeur général, Christophe Masson.

Relancer l’aquaculture

L’enveloppe de 1.515.000 euros qui accompagne le lauréat est un sérieux coup de pouce pour le P2IM. « Elle va nous permettre de développer la communication à l’international, d’acheter du matériel et d’organiser des visites de scientifiques », explique Madi Madi Halidi, chef de projet innovation à l’Adim. Parmi le matériel justement, le projet le plus couteux est la plateforme immergée. Celle-ci servira à faire des tests de croissance. « On a pour objectif de relancer l’aquaculture. Il y a déjà eu des essais, mais ça été abandonné faute de modèle économique stable », rappelle l’employé de l’Adim à Philippe Vigier, qui prend des notes.

Curieux à la fois du laboratoire et du jardin dans lequel se mêlent les productions de l’île, le ministre a semblé ravi de cette visite, qui dépassait cette fois le volet sécuritaire devenu plus que prégnant sur l’île. Il a promis de ne pas laisser Mayotte « sur le bord de la route » et rappelé l’importance de « mobiliser les financements » pour que ce type de projet prospère.

La culture en conclusion d’une visite rapide

coconi-au-coeur-de-linnovation-et-de-la-visite-ministerielle
Dans la MJC de Kawéni, les acteurs culturels mahorais ont pu faire part de leurs difficultés au ministre.

Alors que la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, était au même moment à La Réunion, Philippe Vigier a rencontré les acteurs culturels mahorais, mercredi midi, à la MJC de Kawéni. Plusieurs représentants d’associations, le pôle culturel de Chirongui, des élus de la mairie de Mamoudzou et du Département de Mayotte ont assisté à cet échange à bâtons rompus. Le ministre délégué a laissé chacun exprimer ses doléances. Fatima Ousseni par exemple, de l’association Zangoma, a demandé que l’État n’oublie pas la culture qui répondrait à plusieurs maux de la société mahoraise. Décrit comme « créateur d’emplois », le secteur répondrait aussi au manque d’attractivité et à l’oisiveté de la jeunesse. Sophie Huvet, la directrice de l’association Hip-hop évolution, et Lisa Patin, directrice du pôle culturel de Chirongui, ont rappelé que l’absence de statut d’intermittent du spectacle sur le territoire pénalisait les structures pour embaucher des artistes ou des techniciens. Le ministre a répondu qu’il allait voir ça de son côté, enjoignant ces interlocuteurs à essayer de décrocher le label scène nationale pour à la fois faire rayonner la culture sur le territoire et permettre de générer de nouveaux financements étatiques.

Concernant les moyens financiers justement, Philippe Vigier n’a pas hésité de rappeler au Département qu’il devait faire sa part. A cela, Nadjayedine Sidi, conseiller départemental du canton de Mamoudzou a répliqué que la collectivité n’avait pas les moyens financiers pour assurer toutes ses compétences dévolues autant à des départements qu’à des régions. Il n’en fallait pas plus pour énerver les acteurs culturels à sa gauche. En effet, beaucoup attendent depuis des années des subventions promises par le Département.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...