test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Chez Mangrove Environnement, « je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant »

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

En service civique depuis moins d’un an chez Mangrove Environnement, une association qui a pour objectif d’aménager et de protéger la mangrove du front de mer et ces alentours, Saïd Grondin, 20 ans, et Ridjali Hilda, 19 ans, participent à la sensibilisation des ces écosystèmes, chacun à leur manière. Outre l’acquisition de compétences, cette expérience leur permet de mettre un pied dans la vie active. Retrouvez tous les mercredis notre série sur les petites mains des associations ou des entreprises sociales et solidaires.

Située à Tsimkoura, l’association Mangrove Environnement œuvre pour la protection des mangroves et donne l’opportunité aux jeunes d’engranger de l’expérience sous la forme de service civique. C’est le cas de Saïd Grondin, âgé de 20 ans, et Ridjali Hilda, 19 ans. D’un naturel timide, le premier est rentré dans la structure il y a un an. Après avoir effectué son certificat d’aptitude professionnelle Construction bois au lycée de Chirongui, il avait envisagé d’effectuer une formation dans le transport, un projet qui n’a pas abouti pour des raisons financières. « J’ai découvert l’association grâce à mon oncle Saïd Boina car je cherchais du travail. Pour moi, le service civique permet de ne pas s’ennuyer en restant à la maison », avoue-t-il.

Content de travailler dans un cadre associatif, il effectue différentes missions. « Nous allons ramasser les déchets dans la mangrove, nous plantons des palétuviers et nous proposons également des prestations kayak. Je me sens vraiment bien ici, je m’amuse tout en travaillant », déclare le jeune homme. Cette façon ludique de faire de la protection de l’environnement lui plaît. Accompagnés de plusieurs camarades dans cette expérience professionnelle, ils se soutiennent mutuellement.

« Ici, on apprend beaucoup de choses »

Détentrice d’un baccalauréat professionnel en gestion et administration, Ridjali Hilda a également rejoint Mangrove Environnement il y a un an. Elle s’y occupe de la partie administrative. « Plusieurs personnes m’évoquaient de l’association. Une amie m’a parlé des différentes activités que nous pouvons faire ici et je me suis dit pourquoi ne pas aller voir », affirme la jeune demoiselle, elle aussi en contrat service civique. Reconnaissante, elle est consciente des différentes compétences qu’elle a pu acquérir et qui lui seront favorables dans l’avenir. « Je gère les devis, les factures et je réponds au mail. Ici, nous apprenons beaucoup de choses concernant la mangrove, mais aussi dans l’agriculture », dit-elle.

À la fin de son contrat, Ridjali Hilda a déjà une idée de quoi son avenir sera fait. « Je compte passer une formation de secrétaire médicale à Passamaïnty », avoue la jeune femme. Preuve que de la mangrove, de jolis parcours de vie peuvent émerger.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....