asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La culture pour lutter contre la violence des jeunes à Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Forces de propositions dans le domaine culturel, socioculturel et socioéducatif, les centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa) de Mayotte veulent reconquérir l’espace laissé vide dans la prise en charge et l’encadrement de la jeunesse sur l’île. À la lumière des récentes assises sur la parentalité dont les actes viennent d’être publiés, ils veulent offrir une nouvelle alternative contre la délinquance juvénile sur notre territoire. Archimède Saïd, l’un de ses fondateurs, dresse un bilan de trente années d’activité en faveur de la citoyenneté.

Flash Infos : Qu’est-ce qui vous a poussé à créer les Ceméa au début de l’année 1992 ?

Archimède Saïd : Il faut savoir qu’avant la création des Ceméa sur ce territoire en mars 1992, il y avait dans notre île une pratique foisonnante d’activités culturelles, socioculturelles et socioéducatives. Toutefois, il était évident pour beaucoup d’acteurs parmi nous et pour des responsables d’organisations locales que tout cela manquait de coordination et d’harmonisation. Il était donc nécessaire que nous nous dotions d’un outil fédérateur capable de nous permettre de devenir une force de propositions. Et c’est comme cela que nous avons choisi de créer les centres à Mayotte pour en faire un outil de développement au service de la population et nous permettre dans le même temps de former les cadres de nos différentes associations dans diverses structures réunionnaises, afin qu’elles puissent, principalement, conduire des actions de qualité à organiser sur le territoire.

FI : Il en a résulté pas mal de choses en matière de formations qualifiantes, entre autres les brevets d’animateurs (Bafa), quel bilan exhaustif pourrait-on dresser ?

A. S. : Il est très intéressant de noter au passage qu’en 1992, les formateurs de passages dans nos structures étaient payés par l’administration à l’issue de leurs prestations. Aujourd’hui, c’est le phénomène inverse qui se produit. Non seulement ils paient eux-mêmes leurs déplacements à Mayotte, mais en plus, ils revendiquent davantage de possibilités de former nos jeunes dans les domaines de l’animation et socioculturel. Nos formations étant ouvertes aux personnes âgées de 17 à 99 ans, cela ouvre véritablement à la citoyenneté, permet un grand brassage entre les jeunes et les adultes. De sorte que ce qui manque aux jeunes dans leurs foyers, ou les notions que les parents n’ont pas réussi à leur inculquer à la maison, ils le retrouvent dans nos espaces de formation via les groupes d’adultes, de pères ou de mères, qui ne sont pas leurs propres parents. C’est très important pour nous car nous assistons aujourd’hui à un phénomène inattendu : des parents viennent négocier pour inscrire leurs enfants à nos formations et proposent de payer plus lorsqu’ils apprennent que nous sommes contraints de respecter des quotas de quarante admissions. En comparaison de nos débuts, pour nous, c’est tout simplement magique ! À l’époque, les parents nous opposaient un refus catégorique à payer pour permettre à leurs enfants de venir participer à des jeux.

FI : En un mot, les actions des Ceméa ont-elles modifié la perception du jeu dans les mentalités locales ?

A. S. : Oui, tout à fait ! À présent, les parents comprennent que jouer est un tremplin qui permet une ouverture d’esprit de leurs enfants, la confrontation entre les jeunes est purement intellectuelle, ils ne ressentent pas le besoin de s’opposer physiquement à coup de bâtons ou de pierres pour se comprendre. Nos actions développent tout ce qui est sociocognitif chez ces jeunes-là et pas que. Je donnerai l’exemple d’un ancien élu local, pratiquant religieux, qui s’est longtemps opposé aux actions des Ceméa à Mayotte et associations similaires au motif qu’elles regroupaient aux mêmes endroits des personnes de sexe différent. Quelques années plus tard, nous avons retrouvé cette personne qui est venue inscrire sa propre femme pour une formation avec des hommes, avec les autres personnes. Cela illustre parfaitement le mouvement qui s’opère dans l’esprit de notre population par rapport aux activités de nos associations.

FI : Malgré un fort développement de vos actions, des aspects essentiels de notre culture se perdent progressivement, c’est le cas des contes qui instauraient jadis un lien fort entre les petits-enfants et leurs grands-parents.

A. S. : Je partage parfaitement ce point de vue, il y a un phénomène d’érosion dans la mise en place, l’accompagnement et le portage des activités culturelles. Contrairement à l’époque de feu Colo Mangara, aujourd’hui, il y a de moins en moins d’adultes et d’anciens qui suivent ces associations. Dans nos villages et quartiers, il y a très peu de conteurs, très peu de vieux conteurs, très peu de grand-mères qui se soucient de cette activité complémentaire dans l’éducation de leurs petits-enfants. Le défaut vient des parents qui ont encore tendance à croire que c’est l’école qui peut tout faire, qu’il suffit d’y amener les enfants pour que l’institution s’en occupe, qu’elle va les former et qu’ils seront moins bêtes que nous, leurs parents. Il y a des associations et des jeunes qui pratiquent l’activité de conteur, mais les portages ne sont pas suffisants. Nous constatons de plus en plus en plus de formations d’animateurs, le nombre de professionnels et de bénévoles croît, mais nous n’avons pas assez de structures qui portent de manière objective le sens des actions.

FI : Comment expliquez-vous que les choses aillent si mal chez nos jeunes alors même que les collectivités locales multiplient les moyens et les personnels dédiés ?

A. S. : Je prendrai l’exemple des mairies où nous avons maintenant des animateurs au sein d’une très large partie d’entre elles, sauf que leurs employeurs et leurs responsables ne pensent pas qu’ils doivent organiser le rythme de leurs activités. À tel point que ces animateurs ne sont à leurs postes que de 8h à 14h au moment où les enfants sont en cours et les adolescents en formation. C’est-à-dire qu’ils débauchent lorsque les jeunes ont besoin d’eux pour les encadrer et les occuper. La nature ayant horreur du vide, nos enfants se retrouvent dans la rue, livrés à eux-mêmes, ils s’autogèrent et ne pratiquent aucune activité. Résultat des courses : des actes de violence et de vandalisme dans certaines localités. Je pense que pour que ces jeunes réussissent ces activités complémentaires de l’école, nous avons besoin de ces acteurs au moment où les parents ne sont pas avec leurs enfants, et que ces derniers ne sont pas à l’école. C’est là où nous gagnerons quelque chose de positif sur le terrain. Ils ne trouveront personne qui leur proposera d’aller casser des véhicules ou des bâtiments, mais plutôt un encadrement pour des activités utiles au développement de projets personnels. La violence de nos jeunes provient du fait qu’ils ne pensent pas à leur avenir et à la nécessité de le préparer. Pour eux, le futur proche, c’est maintenant, c’est aujourd’hui, mais ils ne pensent pas à l’avenir à proprement parler. Ils ne le penseront qu’avec les éducateurs et les animateurs qui seront à côté d’eux.

FI : En se basant justement sur le capital constitué par vos actions passées, qu’envisagez-vous pour inverser la tendance et peser positivement au profit de l’avenir de Mayotte ?

A. S. : Je reste convaincu qu’il y a d’énormes possibilités pour transformer positivement l’avenir de Mayotte. Il y a un bel avenir pour nos actions, pour la population, et c’est même pour cette raison que les Ceméa entendent jouer à nouveau leur carte de force de propositions vis-à-vis de leurs partenaires institutionnels. Nous allons nous rapprocher encore une fois des différents responsables pour constituer un vrai noyau dur dans le but de pouvoir porter des actions, de leur donner du sens et ne pas juste sortir des propositions sur propositions ou des actions qui n’aboutissent pas ou ne se réalisent pas totalement. Les centres ont beaucoup d’idées en faveur de Mayotte, envisagent beaucoup de projets, mais ils veulent se lancer dans des actions qui seront portées par des hommes et des femmes de bonne volonté. Donc, retrouvons-nous et donnons du sens à la façon de les porter, de les suivre, d’associer les intéressés, la population dans son ensemble, les jeunes en particulier, les élus de nos différentes collectivités pour que cela fonctionne dans l’avenir.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Un bilan Mayotte Place nette « positif » selon le préfet

Ce mardi 16 juillet, le préfet a tenu une conférence de sécurité, en présence des élus mahorais, pour leur faire le compte-rendu de l’opération...

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...